09/02/2020 08:12

Patinage - La démission de Didier Gailhaguet : Et maintenant que va-t-il se passer et comment réformer la Fédération ? Vidéo

Le long règne de Didier Gailhaguet à la tête du patinage français est terminé. Le président de la Fédération française des sports de glace (FFSG) a pris la porte samedi, contraint à la démission par le vaste scandale de violences sexuelles qui touche sa fédération et tout le sport français.

Moins d'une semaine après l'appel à la démission lancé par la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, et face à l'inquiétude de plus en plus forte des clubs de patinage, Gailhaguet a jeté l'éponge lors d'un conseil fédéral exceptionnel, sans vote, mettant fin à un règne quasi ininterrompu, et souvent sans partage, depuis 1998. «Dans un souci d'apaisement, j'ai pris avec philosophie, avec dignité, mais sans amertume devant son injustice, la sage décision de démissionner», a-t-il annoncé aux journalistes à la sortie de cette réunion.

La présidente du conseil fédéral, Maryvonne Del Torchio, que Maracineanu rencontrera la semaine prochaine, assurera l'interim, avant une nouvelle élection dans un délai de cinq semaines, selon les statuts de la FFSG. Gailhaguet, 66 ans, a dénoncé «la dictature ministérielle, et notamment la honteuse menace d'un retrait de l'agrément» de la fédération brandi par la ministre des Sports.

Pour Maracineanu, qui remporte son bras de fer contre un patron de fédération, «c'est une première étape». «Il n'y a pas d'autre solution que de déconstruire pour mieux reconstruire. Il ne faut pas avoir peur de ça», a-t-elle considéré, en indiquant que l'enquête administrative annoncée au sein de la FFSG débutera «dès lundi» et durera «quelques bonnes semaines».

Elle a en outre laissé planer l'éventualité d'un retrait de délégation le cas échéant. La championne de patinage Sarah Abitbol, à l'origine des premières révélations d'abus sexuels il y a une dizaine de jours, a estimé dans L'Obs qu'«il reste à nettoyer toute la fédération où il a tous ses amis. Ceux qui se sont tus et ont soutenu son système, sont toujours là-bas».

Ailleurs sur le web

Vos réactions