19/12 14:10

Gilets jaunes: Le premier policier jugé à Paris pour violences condamné à 2 mois de prison avec sursis - Il avait jeté un pavé sur les manifestants le 1er mai

Le premier policier jugé à Paris pour violences condamné à 2 mois de prison avec sursis, pour avoir jeté un pavé sur les manifestants le 1er mai dernier à Paris. Le parquet avait requis trois mois de prison avec sursis. 

Ce CRS avait comparu "pour violences volontaires de la part d'une personne dépositaire de l'autorité publique" après avoir lancé un pavé en direction de manifestants lors de la mobilisation du 1er mai, dans le XIIIe arrondissement de la capitale.

Sur deux vidéos qui avaient été visionnées à l'audience, on voyait le prévenu lancer un pavé en direction de manifestants le 1er mai à Paris. Les images ne montraient pas où avait atterri le projectile et s'il avait blessé quelqu'un.

"Peu importe le résultat mais lorsque le prévenu lance ce pavé il ne peut pas ignorer qu'il peut provoquer des blessures graves", avait déclaré la procureure, assurant que le geste n'était "pas strictement proportionné".

Emu et le visage fermé, le brigadier, 44 ans dont vingt dans la police, aavair de son côté évoqué "un geste de peur" et "absolument pas" de colère.

Mobilisé ce jour-là depuis le matin avec sa compagnie, le fonctionnaire avait évoqué des "scènes de guérilla" sous "une pluie permanente de projectiles": "On n'a pas le temps de descendre en pression", s'était-il défendu.

Quelques minutes avant les faits, le prévenu avait vu son chef de section être gravement blessé au visage par un pavé jeté par un manifestant.

"Notre capitaine était sérieusement blessé, c'est notre boss, donc on s'inquiète pour lui, en plus ça bouge de partout", avait ajouté le policier, dont l'avocat avait plaidé la relaxe.

Alors, "par réflexe", le fonctionnaire dit avoir renvoyé "ce pavé pour avoir une distance de sécurité", affirmant qu'il se "sentait agressé" par les manifestants. Mais, "je ne voulais blesser personne", avait-il rajouté, en soulignant avoir lancé le projectile "dans une zone neutre".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Panurge
20/décembre/2019 - 11h37

Moi je suis pour l’utilisation (très limité) de balles en mousse et aussi de confettis pour remplacer les canons à eau!!Comment et par quel courage peut-on vouloir rentrer dans la PN en France de nos jours ???Ces personnes sont insultées à longueur de temps avec une vie privée qui ne l’est plus ! donc en danger permanent !!!Ce n’est plus du courage mais de la folie...

Portrait de cineberry
20/décembre/2019 - 00h31

Heureusement que ça n'était qu'un pavé. Si c'était un pot de rillettes, il aurait pris 10 mois dont 4 ferme, comme ce gilet jaune condamné le 30 janvier dernier à Marseille.

Portrait de Fab82
19/décembre/2019 - 22h23 - depuis l'application mobile

Total soutien au policier !

Portrait de lxa75
19/décembre/2019 - 15h56
Climato a écrit :
Tu parles de condamnation. C'est hallucinant qu'un policier-voyou lance des pavés sur des manifestants qui ne sont même pas casqués.

c'est vous le voyou qui soutenez la fiente de l'humanité 

Portrait de lxa75
19/décembre/2019 - 15h55

LAMENTABLE 

Portrait de gros ours
19/décembre/2019 - 15h43
Ninie76700 a écrit :

Et les manifestants qui ont poussé ces policiers à bout et vont à la confrontation semaine après semaine, il ont pris combien ???

Plus que les policiers eborgneurs.

Portrait de nantes55
19/décembre/2019 - 15h13

"aavair de son côté évoqué."

le rédacteur aussi a du recevoir un pavé sur la tête

Portrait de Ninie76700
19/décembre/2019 - 14h49
Climato a écrit :
Tu parles de condamnation. C'est hallucinant qu'un policier-voyou lance des pavés sur des manifestants qui ne sont même pas casqués.

Et les manifestants qui ont poussé ces policiers à bout et vont à la confrontation semaine après semaine, il ont pris combien ???

Portrait de Climato
19/décembre/2019 - 14h33 - depuis l'application mobile

Tu parles de condamnation. C'est hallucinant qu'un policier-voyou lance des pavés sur des manifestants qui ne sont même pas casqués.