29/10 08:16

Le présentateur des journaux de France 2, Nathanaël de Rincquesen, révèle pour la première fois avoir été victime d'un AVC: "J'avais toute la partie gauche du visage qui s'affaissait"

C'est aujourd'hui la journée mondiale de prévention de l'AVC et le journaliste de France 2, joker des journaux de 13h et de 20h a décidé de prendre la parole et de révéler pour la première fois avoir été victime d'un AVC. A nos confrères du Parisien, Nathanaël de Rincquesen raconte le jour où cela est arrivé:

"Le 1er mai, il était 19 heures. On discutait, on riait, puis j'ai vu leurs visages se figer brusquement. Ma compagne Caroline me touche et m'arrache de la bouche un biscuit apéritif. Elle avait compris que je faisais un AVC et a aussitôt appelé les secours. J'avais toute la partie gauche du visage qui s'affaissait. Mais je leur disais : Tout va bien, n'appelez pas les pompiers ! Je faisais un gargouillis de mots sans même m'en rendre compte. Dans le camion des pompiers, je n'arrivais pas à serrer la main gauche, j'étais paralysé de tout ce côté. (...)

Un scanner a confirmé qu'un caillot bouchait un vaisseau côté droit. Un AVC classique, sans hémorragie. Pour le déboucher, ils ont pratiqué une thrombolyse, en injectant un produit. Après une semaine en soins intensifs à l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis, j'ai fait un court séjour dans un centre cardiologique. Puis j'ai été terrassé par la fatigue, pendant deux mois. Aujourd'hui, je prends des médicaments anticoagulants, à vie."

Après quatre mois de convalescence, celui qui a présenté pendant 13 ans les journaux de « Télématin » a repris le chemin des studios. 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Kratus
29/octobre/2019 - 10h32
La République C'est Moi a écrit :

Ce n'est pas tout à fait exact.

Il y a aussi des tas de solutions pour éviter certains AVC. On le sait, il y a des facteurs à risque.

 

Bien sur mais quand on en fait un ce qui a été mon cas et que les médecins vous disent que vu votre style de vie ce n'est pas normal çà fait réfléchir...en plus après cet AVC on est bien plus à l'écoute d'éventuels symptomes et c'est là qu'on s'apercoit que de légéres alertes on en a souvent...moi le seul symptome que j'ai eu c'est que j'étais désorientè et qu'en rentrant chez moi sur une route que j'empruntais tous les jours je me demandais si j'étais sur la bonne route..et pour conclure quand on voit que le seul traitement qu'ont souvent ceux qui en font c'est un médicament pour fluidifier le sang, on se demande si la prise d'un tel médicament à partir d'un certain age pour tout le monde ne suffirait pas pour en limiter le nombre...