13/10 10:16

Marie-José Nat, décédée cette semaine à l'âge de 79 ans, sera inhumée dans sa Corse natale mardi à Bonifacio dans le caveau familial

Marie-José Nat, figure familière des écrans dans les années 60 et 70 décédée cette semaine à l'âge de 79 ans, sera inhumée dans sa Corse natale mardi, a annoncé  son agent à l'AFP. Une "cérémonie religieuse sera célébrée le mardi 15 octobre à 14H00 à l'église de Saint-François à Bonifacio" et sera "suivie de l'inhumation au cimetière marin, dans le caveau familial", a précisé l'agent.

L'actrice née en 1940 à Bonifacio d'un père kabyle et d'une mère corse et décédée jeudi des suites d'une longue maladie, a été dirigée par des metteurs en scène renommés comme Henri-Georges Clouzot, Gérard Oury ou Claude Autant-Lara, lors d'une carrière menée autant au cinéma qu'à la télévision.

Le réalisateur Michel Drach, avec qui elle partagea sa vie durant plus d'une décennie, lui offrira un de ses beaux rôles dans le controversé "Elise ou la vraie vie" (1967), l'histoire d'une jeune fille qui se lie d'amour avec un militant algérien du FLN (Front de libération nationale, en lutte pour l'indépendance de l'Algérie), Cette femme aux yeux et aux cheveux très noirs avait reçu en 1974 le prix d'interprétation féminine à Cannes pour "Les Violons du Bal", également de Michel Drach, histoire autobiographique du réalisateur.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de oralsf1
13/octobre/2019 - 12h12

Et vous oubliez son plus beau rôle : celui tenu dans le grandiose RUE DES PRAIRIES (mais c'est vrai que ce n'est pas un film de débile de la nouvelle vague qui a détruit le cinéma français) du non moins grandiose Denys de la PATELLIERE, avec une scène d'enguelade notamment, mémorable avec le géant GABIN. C'est une grande dame du VRAI cinéma français, je veux dire par là celui des acteurs et actrices qu'on n'aura plus jamais, celui des réalisateurs (DE LA PATELLIERE, VERNEUIL, OURY, DUVIVIER, DELANNOY, GRANGIER...) qui n'étaient pas de la nouvelle vague (c'est pour cela que leurs films sont des merveilles), et celui des dialoguistes hors pair comme AUDIARD ou encore JEANSON pour ne citer qu'eux.