26/09 21:03

Incendie d'une usine "à haut risque" à Rouen: Le feu est désormais éteint, selon la préfecture du département dans un tweet publié à 20h15

21h02: Le feu est désormais éteint, selon la préfecture du département dans un tweet publié à 20h15. La préfecture évoque des risques d'odeur après extinction de l'incendie et demande aux personnes incommodées de ne pas "engorger les lignes pour signalement de cette situation déjà prise en compte" Une enquête est toujours en cours pour faire le jour sur cet incendie. Le procureur de la République de Rouen, Pascal Prache, a indiqué que "l’origine du feu était pour l’heure inconnue". Concernant l'épais nuage de fumée, qui a inquiété les habitants de la région, le préfet a annoncé que "78 mesures de l’air ont été effectuées sur 28 points. La fumée était ininflammable, dépourvue d’hydrogène sulfuré et présentait des traces minima d’oxyde de soufre et d’azote (0 à 1 PPM)". De plus amples informations devraient être données demain matin.

"Dix personnes admises au CHU de Rouen pour des irritations de la gorge, du nez ou des yeux sont rentrées chez elles. Idem pour les chauffeurs de taxis et de bus que nous avons auscultés à leur demande", a témoigné un médecin du SAMU auprès de nos confrère de Ouest-France.

16h50: Le préfet de Seine-Maritime annonce que le "feu est maitrisé". "Par mesure de précaution, les établissements scolaires des 12 communes concernées restent fermés vendredi 27 septembre".

16h49: Les transports en commun de l'agglomération de Rouen vont s'arrêter "progressivement" cet après-midi et devraient reprendre normalement demain matin en raison de l'incendie dans l'usine chimique Lubrizol, a annoncé le service de transports publics de l'agglomération

15h43: Le préfet de Seine-Maritime indique que "les pompiers sont maintenant maitres du feu" , et d'ajouter que "le panache a sensiblement diminué en intensité, il n'y a pas de propagation, la situation est dominée ".

"Les résultats des analyses seront donnés à 18 heures" ajoute le préfet de Seine-Maritime", a-t-il poursuivi.

"Des barrages anti-pollution sont placés sur la Seine. L'effet marée peut toutefois entrainer des traces"

14h09: LE POINT A 14h:

Dix heures après le début d’un spectaculaire incendie dans l’usine Lubrizol de Rouen classée Seveso, le feu, qui n’a pas fait de victime, était circonscrit jeudi à la mi-journée mais toujours pas éteint, avec une crainte de pollution de la Seine et d’un «sur-accident».

L’incendie est «circonscrit» mais «n’est pas éteint», a indiqué à la mi-journée Marc Vitalbo, commandant des opérations qui a mobilisé d’importants moyens de secours, dont 200 véhicules.

«Certains produits ont été évacués du site», a-t-il expliqué au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner arrivé sur place, à quelques centaines de mètres du site.

«La priorité des priorités c’est les installations intérieures de l’entreprise qui ne sont pas encore touchées», avait expliqué un peu plus tôt à la presse le colonel Jean-Yves Lagalle responsable des pompiers de Seine-Maritime. Deux usines à proximité, classées Seveso seuil bas, ont été évacuées.

L’usine Lubrizol, classée seuil haut, où travaillent environ 400 employés, fabrique et commercialise des additifs qui servent à enrichir les huiles, les carburants ou les peintures industriels. Un important nuage de fumée était toujours visible jeudi midi à une dizaine de km à la ronde.

«Les sapeurs-pompiers pataugent dans 3 ou 4 cm d’hydrocarbure, ce type de feu ne s’éteint pas qu’avec de l’eau, il faut mettre de l’émulseur, un tapis de mousse», a dit M. Lagalle. «C’est un feu extrêmement dangereux pour la sécurité du personnel», a-t-il ajouté, qualifiant l’incendie d'«hors-norme».

Le préfet de Normandie Pierre-André Durand a évoqué un «risque de pollution de la Seine» alors que cette usine est située au bord du fleuve, à environ 3 km du centre-ville et de la cathédrale. «On continue de lutter contre le feu avec un risque de pollution de la Seine par débordement des bassins de rétention», a-t-il déclaré.

Interrogé sur l’ampleur de l’accident industriel, il a assuré qu’il n’y avait aucune «minoration des risques» par les pouvoirs publics. «S’il avait fallu confiner (toutes les populations, ndlr), nous aurions confiné, s’il avait fallu évacuer, nous aurions évacué».

Sur twitter, le ministère de l’Intérieur, «par mesure de précaution», conseille «d’éviter les déplacements non indispensables dans l’agglomération de Rouen». Une enquête pour déterminer les causes de l’accident a été ouverte par le parquet de Rouen, a-t-on appris auprès du procureur de la République Pascal Prache.

«Le nuage de fumée est impressionnant», a raconté à l’AFP Olivier, responsable de la brasserie Les Maraichers, dans le centre de Rouen, ajoutant que «la place était vide». Il a expliqué avoir été «réveillé en pleine nuit» par le bruit de l’explosion.

A Préaux, au nord de Rouen, «il y avait chez moi des suies sur les allées, les dallages et les voitures», a relaté ean-Claude Bleuzen, adjoint au maire. Louise, une commerçante de la commune, a décrit «des voitures marbrées de noir» et «une odeur de carburant».

- Des précédents -

Plusieurs établissements accueillant du public sont fermés, comme les établissements scolaires (écoles, collèges, lycées) et les crèches à Rouen rive droite et dans douze autres communes avoisinantes, a précisé la préfecture. Les maisons de retraites font l’objet d’une mesure de confinement, selon la même source, précisant que les transports en commun fonctionnaient.

L’odeur de la pollution se faisait sentir jusqu’en Picardie, a indiqué la préfecture de la Somme dans un communiqué. «Portées par des vents dominants, des fumées diffuses très odorantes mais sans risque pour la population traversent actuellement le département».

Dans un message sur twitter, la préfecture a mis en garde contre de fausses informations et images. «Attention aux Fakenews qui circulent déjà sur l’incendie de Lubrizol à Rouen».

Créée en 1954 sur les bords de la Seine, rive gauche, cette usine a été classée Seveso en raison des risques qu’elle comporte.

En janvier 2013, elle avait été à l’origine d’une fuite de gaz malodorant qui avait empuanti jusqu’à la région parisienne et au sud de l’Angleterre. La société Lubrizol France avait été condamnée à une amende de 4.000 euros en 2014.

Plus récemment, en 2015, quelque 2.000 litres d’huile minérale se sont déversés dans le réseau d’évacuation des eaux pluviales après un «incident d’exploitation» à l’usine chimique.

L’usine à Rouen appartient au groupe de chimie américain Lubrizol Corporation, lui-même propriété de Berkshire Hathaway, la holding du milliardaire et célèbre investisseur américain Warren Buffett.

14h04: Christophe Castaner précise que l'incendie de l'usine Lubrizol est "maîtrisé, cantonné" mais "il faudra plusieurs jours pour en venir totalement à bout". Et d'annoncer la mise en place du plan Polmar pour contrer les risques de pollution de la Seine.

Au total, 200 sapeurs-pompiers, 200 engins venus de six départements prennent part aux opérations.

13h12:  Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique, a demandé au préfet de diligenter une enquête, "demandant au préfet de diligenter une enquête administrative, qui débutera dès le sinistre maîtrisé et le site mis en sécurité, afin d’identifier les causes de l’incendie". Et de préciser que "des premières analyses de la qualité de l’air ont été réalisées dès la survenue de l’incendie, qui n’ont pas mesuré de toxicité aiguë de l’air". 

 

11h54: La préfecture de Seine-Maritime indique que des axes de circulation ont été fermés:

11H50: Des pompiers de Paris, de l'Oise et de la Somme ont été appelés en renfort pour maîtriser l'incendie. 

11h40: Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner arrive à Rouen - Il a rejoint les secours à 150 mètres environ de l'usine, qui lui ont un point sur la situation.

"L'incendie est circonscrit mais pas encore éteint", indiquent les secours à Christophe Castaner.

11h38: L’université de Rouen annonce être en partie fermée, jusqu’à nouvel ordre, dans un communiqué :

11h33: Une enquête judiciaire pour déterminer les causes de l'incendie a été ouverte, rapporte le procureur de la République de Rouen

11h18: Le site Ouest France relaie mes premiers mots des pompiers qui combattent l'incendie : « C’est un feu complexe, difficile. Extrêmement dangereux pour la sécurité des personnes et des pompiers. Ce qui brûle ce sont des additifs d’huiles de moteur, des lubrifiants et des hydrocarbures. Les hommes qui s’étaient approché avec des lances et canons ont dû refluer après une première explosion. Une deuxième explosion de fûts s’est produite. Nous nous concentrons sur la protection des installations utltra-sensibles au sein de l’entreprise qui ne sont pas en feu. Nous devons nous demander à chaque fois si elles sont explosives, si elles sont inflammables ou si elles sont toxiques notamment de l’hydrogène sulfurée. Nous faisons en sorte d’éviter la propagation du feu aux autres entreprises et aux installations sensibles."

"Des renforts nationaux sont attendus avec des moyens spécialisés parce que ce type de feu ne s’éteint pas avec de l’eau : il faut un émulseur pour un tapis de mousse. Nous ferons d’autres contrôles atmosphériques pour éviter une pollution chronique et des concentrations dans des maisons. »

11h04: « La priorité des priorités c’est les installations intérieures de l’entreprise qui ne sont pas encore touchées », explique Jean-Yves Lagalle, responsable su Sdis de Seine-Maritime

Et d'ajouter que deux usines classées Seveso seuil bas à proximité de l’usine en feu ont été évacuées.

10h56: Sur les quais rive droite de Rouen, des traces d'hydrocarbures apparaissent suite à l'incendie toujours en cours, précise la journaliste Dorothée Brimont sur Twitter, qui publie une vidéo:

10h54: « La priorité est de protéger les produits dangereux » pour « éviter un sur-accident », viennent d’annoncer les pompiers

10h44: Cyrille Moreau, vice-président de la métropole de Rouen en charge de l'environnement, indique à France Bleu qu'il n'y a aucun risque sur l'eau potable. Des mesures de confinement sont prises sur les réservoirs d'eau.

10h38: Les transports en commun ne sont pas interrompus mais plusieurs lignes sont perturbées. Voici les lignes concernés : 

- Ligne Métro: Terminus Théâtre des Arts - Pas de desserte des stations Palais de Justice- Gare rue Verte - Beauvoisine et Boulingrin

- Ligne 22: Terminus Hôtel de Ville de Rouen.

- Ligne 40: Terminus Hôtel de Ville de Rouen.

- Ligne 6: Terminus Champlain

10h29: Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, est attendu sur place en fin de matinée

10h25: Le colonel des sapeurs-pompiers s'exprime également

"Il ne faut pas rester sous les fumées (...) Il n'y a plus d'explosions mais les fûts de stockage brûlent"

"Les pompiers veulent fixer le feu pour éviter la propagation à l'extérieur de l'entreprise "

"Les pompiers pataugent dans 3 à 4 cm d'hydrocarbures", "Un véhicule spécialisé de Paris est arrivé pour faire des prélèvements"

"Ce n'est pas un feu de bâtiment mais un feu d'usine complète", "La chaleur et la fumée compliquent l'intervention des pompiers"

"L'urgence c'est la maitrise du feu pour éviter un suraccident"

"Nous sommes en train de protéger les installations ultra-sensibles à l'intérieur de l'usine (...) C'est un feu dangereux du point de vue de la sécurité des personnels"

10h17: Le préfet de Seine-Maritime donne une conférence de presse pour faire un point sur la situation

"Il y a un risque de pollution de la Seine", indique le préfet de Seine-Maritime

"Pas de toxicité aiguë" indique le préfet de Seine-Maritime, "des mesures de précaution ont été prises".

"La nature des produits ne fait pas apparaitre de toxicité aigüe néanmoins des mesures complémentaires sont attendues"

"Le travail peut continuer, les transports en commun ne sont pas interrompus, il faut éviter les déplacements inutiles"

" il va y avoir des retombées de suie, il faut se laver les mains en cas de contact, et laver fruits et légumes"

"Ce qui brûle, ce sont des huiles, des additifs d'huile, des hydrocarbures"

"Le procureur de la République de Rouen est saisi. Il n'y a pas d'explication sur les causes de l'explosion"

"Pas de victime décédée ou blessée parmi les 400 salariés de Lubrizol" déclare le Préfet

10h13: Le CHU de Rouen annonce sur Twitter qu'une "cellule de crise est en place".

10h09: Voici le communiqué de la préfecture de Seine-Maritime

Un incendie s'est déclaré aux alentours de 2h40 au sein de l'entreprise Lubrizol, quai de France à Rouen. Cette entreprise est classée SEVESO seuil haut. Elle produit, notamment des additifs pour l'huile.

Le préfet de la Seine-Maritime a déclenché le plan particulier d'intervention (PPI) et a ouvert un centre opérationnel départemental en préfecture où l'ensemble des services de l’État sont regroupés pour gérer l'événement.

Pour toute information : 02 32 76 55 66

Par mesure de précaution et même si à ce stade au vu des premières analyses il n’est pas mesuré de toxicité aiguë dans l’air, il est conseillé, dans l’attente du résultat actualisé des mesures de qualité de l’air sur les principales molécules, d’éviter dans l’agglomération de Rouen les déplacements non indispensables.

Il est conseillé de ne pas s’exposer inutilement aux fumées et de rester à l’intérieur autant que possible. Le pont Flaubert, les rues et routes du périmètre proche de l’accident sont interdites à la circulation. Pour les personnes sensibles, des mesures particulières sont recommandées.

Les établissements scolaires (écoles , collèges, lycées) ainsi que les crèches sont fermés sur les communes suivantes :

Rouen rive-droite
Bois-Guillaume
Mont-Saint-Aignan
Isneauville
Quincampoix
Saint-Georges-sur-Fontaine
Saint-André-sur-Cailly
La Rue-Saint-Pierre
Saint-Germain-sous-Cailly
Cailly
Bosc-Guérard-Saint-Adrien
Canteleu
Bihorel

Les maires des communes concernées ont été invités à confiner les résidents de maisons de retraites. Les personnes des EPHAD et établissements sanitaires sont invitées à ne pas sortir de leur établissement.

Afin d’informer la population, deux sirènes (Petit-Quevilly et Rouen) ont été actionnées pour inviter la population à écouter la radio pour se tenir informé de la situation. 200 sapeurs-pompiers sont engagés pour le moment. 

10h05: Un numéro de téléphone est mis en place par la préfecture pour avoir plus d'information sur la situation : 02 32 76 55 66

09h54: Le préfet de Seine-Maritime rappelle les conseils de bon comportement à suivre
- Limitez les déplacements. Ne pas se rendre à proximité du sinistre pour ne pas perturber l’action des secours. Des communes alentours sont concernées par la fermeture des établissements scolaires. Renseignez-vous sur le site internet de la préfecture.

- Restez à l’abri des fumées

- L’incendie entraîne des dépôts de suie sous forme de retombées, ingérer des suies peut être néfaste pour la santé, en cas de contact, se laver les mains. Lavez tous fruits et légumes avant consommation.

- Restez informé de la situation en suivant les services de radio et de télédiffusion

09h33: Le préfet de Seine-Maritime indique que 200 sapeurs-pompiers sont sur place pour le moment. "Des renforts sont attendus", précise-t-il dans un communiqué.

09h24: Le point sur la situation ce matin

Les habitants de douze communes dont Rouen sont invités à rester chez eux en raison d’un incendie en cours dans une usine Lubrizol classée Seveso seuil haut, qui n’a pas fait de victime, a annoncé jeudi le préfet de Normandie.

Les établissements scolaires vont rester fermés et un «spectaculaire panache de fumée domine toute l’agglomération», a ajouté Pierre-André Durand qui a d’abord parlé de 11 communes avant qu’une douzième ne s’y ajoute.

Les secours ont été alertés vers 2H40 du matin, selon le préfet.

Ce panache de fumée «noire» lié à la présence «d’hydrocarbures» est «forcément anxiogène» mais les «premières analyses n’ont pas fait apparaître de toxicité aiguë sur les principales molécules que nous suivons, ce qui est plutôt rassurant», a-t-il ajouté lors d’une audioconférence de presse. «Nous n’avons pas d’élément qui permettent de penser qu’il y a un risque lié aux fumées», a affirmé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner sur RTL.

Un périmètre de 500 mètres autour du site a été évacué, a poursuivi le préfet sans pouvoir préciser combien de personnes cela a concerné.

«Le feu n’est pas circonscrit. Le dispositif monte en puissance. 200 hommes et plus de 60 véhicules sont mobilisés. J’attends des renforts nationaux», a précisé vers 7H30 un responsable des pompiers.

Des habitants ont entendu des bruits d’explosion dans la nuit mais il s’agissait de fûts d’huile qui ont éclaté, selon la préfecture.

Le plan particulier d’intervention a été déclenché. L’usine Lubrizol fabrique essentiellement des additifs pour huile, selon le préfet.

08h51: Le préfet annonce que "l'incendie sera très difficile à maîtriser"

08h24: Désormais treize communes sont désormais concernées par la fermeture des établissements scolaires aujourd'hui, après l'incendie en cours d'un site Seveso à Rouen:

Canteleu et Bihorel rejoignent Rouen, Bois-Guillaume, Mont-Saint-Aignan, Isneauville, Quincampoix, Saint-Georges-sur-Fontaine, Saint-André-sur-Cailly, La Rue-Saint-Pierre, Saint-Germain-Sous-Cailly, Cailly, Bosc-Guérard-Saint-Adrien

08h01: "Pas d'élément sur un risque lié aux fumées" selon Christophe Castaner. Des renforts de pompiers des régions voisines sont en train d'arriver sur place. L'incendie n'est pas maîtrisé à cette heure.

07h55: Conséquence de l'incendie en cours à l'usine Lubrizol : l'autoroute A150, qui relie Rouen à Yvetot, est fermée dans les deux sens de circulation à partir de l'échangeur de Canteleu, raporte le PC Mobilité de Radio France. Le pont est lui aussi fermé. Le préfet annonce qu'il "va y avoir une réorganisation des flux de circulation sur la métropole, notamment par le sud".

07h44: Le confinement passe à 12 communes

07h43: Le point complet sur la situation

Selon des témoins, des débris retombent autour des bâtiments. De très nombreux moyens de secours sont mobilisés et un périmètre de sécurité a été établi dans un rayon de 500 mètres. Aucune victime recensée pour le moment selon les pompiers. Les installations voisines ont été protégées pour éviter une éventuelle propagation. Les fumées se voient à plusieurs kilomètres... La Préfecture de Seine-Maritime demande d'éviter le secteur.

Le Pont Gustave-Flaubert, situé non loin de là, est interdit à la circulation. Toutes les écoles des alentours resteront fermées ce jeudi matin. Lubrizol France est la principale filiale étrangère du Groupe Lubrizol Corporation et deux autres sites existent à Mourenx et au Havre. 

De nombreux pompiers étaient mobilisés sur place et un large périmètre de sécurité a été mis en place. Sur les réseaux sociaux, des témoins affirment avoir entendu plusieurs détonations. Les pompiers ne parvenaient pas à maîtriser le sinistre et ont dû faire appel à des renforts venus des départements limitrophes de la Seine Maritime.

La préfecture de Seine-Maritime a confirmé à nos confrères de France Bleu avoir activé un centre opérationnel départemental (COD). «Le feu a pris dans un stockage de produits conditionnés type additifs pour lubrifiant», a expliqué la direction du site, qui a mis en place une cellule de crise. Les explosions, très impressionnantes, sont liées à des fuites d’huile, rapporte Paris-Normandie.

07h39: La Préfecture demande aux habitants de 11 communes de rester confinées par mesure de précaution

07h31: Le Préfet annonce que les sirènes d'alerte vont être déclenchées dans les prochaines minutes à Rouen pour sensibiliser la population

07h01: Les pompiers sont submergés d'appels pour avoir des informations sur le panache de fumée, ils demandent à limiter vos appels au strict nécessaire.

.

06h51: Un périmètre de confinement a été mis en place dans un rayon de 500 mètres autour de l'usine. La préfecture de Seine-Maritime appelle à éviter le secteur.

06h46: La préfecture annonce la fermeture des établissements scolaires dans la métropole de Rouen, à Rouen et dans les communes au nord de la ville, "pour éviter tout déplacement inutile". Le préfet de la Seine-Maritime a déclenché le plan particulier d’intervention (PPI) et a ouvert un centre opérationnel départemental en préfecture où l’ensemble des services de l’État sont regroupés pour gérer l’événement.

06h38: Un gigantesque incendie s’est déclaré aux alentours de 2 h 40 au sein de l’entreprise Lubrizol, quai de France à Rouen. Un important panache de fumée se dégage. Plusieurs explosions ont été entendues par des habitants. Cette entreprise est classée Seveso seuil haut (risque majeur, classification qui concerne 656 établissements en France). Elle produit notamment des additifs pour l’huile. Il n’y a pas, à l’heure actuelle, de victime. Environ 130 sapeurs-pompiers sont déployés sur site. "Le feu a pris dans un stockage de produits conditionnés type additifs pour lubrifiants", explique la direction du site, qui a mis en place une cellule de crise.  Le plan d'opération interne a été enclenché et la préfecture est informée de la situation. Les installations voisines ont été sécurisées afin d'éviter que l'incendie ne se propage à l'ensemble du site.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Patpatoche83
27/septembre/2019 - 07h06 - depuis l'application mobile

Que de messages pour ne rien dire d'intéressant !

Portrait de swatss
26/septembre/2019 - 17h32
tvor a écrit :

Moi aussi , ca m'enerve a un point  ,que nous citoyens soyons pris  que pour des neuneus  , merde on connait les méfaits de la fumée quelle qu'elle soit  , on sait ce que veut dire classé Seveso , on sait qu'a un moment donné cette pollution va retomber sur terre ......alors pourquoi nous prendre que pour des CONS ???

Avant de vous offusquer , la fumée n'est pas de toxicité aigüe , c'est de ça que les intervenants parlent pour dire que ce n'est pas dangereux...

Mais bon vite faut s'empresser de venir cracher sa haine...

Portrait de CARAMEL MOU
26/septembre/2019 - 10h59

cette usine est classée "Seveso" c'est à dire à haut risque de pollution, entre autre lorsque cela brule, dire que ces fumées sont sans risques est débile.

Portrait de Cl
26/septembre/2019 - 10h06
DarK Knight a écrit :

il parait que les fumées des voitures diesel et essence ne sont plus toxique non plus , fini l  interdiction des voitures a paris , youpi !! vive la voiture !!  :bigsmile:

C'est ça !!!!!!   

Portrait de Cl
26/septembre/2019 - 10h06
C'ptain What104 a écrit :

Si ces fumées (bien noires) ne sont pas toxiques alors pourquoi vouloir interdire le diesel en 2O25 pour raison de santé ? 

Castaner a le chic de se ridiculiser à chaque événement.  

Exact !!!!!!!!!!!!!!   c'est d'un ridicule !!!   ils nous prennent pour des idiots !!!!!

Portrait de jarod.26
26/septembre/2019 - 09h54
Cl a écrit :

Les fumées ne sont pas toxiques !!  dit Castaner !!! 

Faut il le croire !   

 

c'est comme tchernobyl quand on nous a dit que le nuage radioactif allait s'arrêter à la frontière =)

Portrait de Harriet
26/septembre/2019 - 08h51
DarK Knight a écrit :

ben non c est le principe des fumées .. , si les fumées de notre dame etait toxique , je vous laisse imaginer celle la , rien ne se crée tout se transforme

le nuage radiactif de tchernobyl etait sans danger , passe pas la frontiere ..

De toute façon, C. Castaner est devenu le spécialiste des déclarations précipitées ...

Je ne vois pas comment on peut une fois de plus , déclarer " Circulez , tout va bien" , alors que l'incendie n'est toujours pas maîtrisé et qu'il est trop tôt pour évaluer l'impact qu'auront ces fumées sur la santé et l'environnement ... Il s'agit quand même d'un site classé Seveso !  

Portrait de nina83
26/septembre/2019 - 08h29

Je plains les gens qui habitent autour de cette zone..... j'espère que l'on connaîtra l'origine de cete incendie en pleine nuit.....

Portrait de Philou-02.
26/septembre/2019 - 08h17

C’est impressionnant ! Courage aux soldats du feu ..

Portrait de Cl
26/septembre/2019 - 08h12

Les fumées ne sont pas toxiques !!  dit Castaner !!! 

Faut il le croire !