18:11

Procès Mélenchon: Le parquet requiert 3 mois de prison avec sursis et 8.000 euros d’amende contre Jean-Luc Mélenchon - Le jugement sera rendu le 9 décembre

18h11: Le jugement de l’affaire Mélenchon et autres est mis en délibéré au 9 décembre

18h02: Jean-Luc Mélenchon: "Je viens de vivre deux jours qui m’ont donné un privilège auquel je n’ai pas eu droit avant : celui d’un débat contradictoire. Hors de ces murs, c’est pilonnage médiatique continu en boucle depuis un an avec les images de Quotidien. "

Et d'ajouter: "Le parquet de madame Belloubet a été incapable de fournir le moindre élément de réponse sur la raison pour laquelle j’aurais bien pu vouloir empêcher une perquisition alors que nous n’avons rien à cacher. Pourquoi l’aurais-je empêché ?"

"Le parquet de Belloubet qui me persécute et qui utilise le lawfare a montré une nouvelle fois une de ses caractéristiques en demandant le renvoi. Pour que je subisse encore les images pendant des mois avant une nouvelle date de procès. ", a-t-il poursuivi sur Twitter.

"On m’a décrit comme le chef d’une «horde», comme un homme prêt à bondir sur un pistolet. Mais si c’est le cas, demandez mon inéligibilité ! Car cela voudrait dire que je suis indigne de ma fonction. Ou alors c’est que vous-même ne croyez pas à ce que vous dites ! On me reproche d’être un rebelle. Mais c’est mon rôle ! Quand je suis à Marseille, je me rebelle contre les marchands de sommeil. Ça peut être véhément aussi. Vous savez ce que c’est d’empêcher une expulsion locative quand on est élu ? On vient avec son écharpe et on empêche physiquement les forces de police d’entrer.".

"Depuis le début, mes droits sont piétinés. Tous les procès verbaux fuitent dans la presse. Je demande à Nicole Belloubet qu’elle fasse cesser ces délits : elle me répond qu’elle ne peut rien faire."

16h48: Maitre Davy, avocat de Jean-Luc Mélenchon: "On reproche à M. Mélenchon d’avoir fait un Facebook live. C’est amusant d’entendre les parties civiles nous reprocher de communiquer alors que nous avons nous-mêmes appris tout notre dossier dans la presse. Qui fait de la politique ? "

16h42: Maitre Davy, avocat de Jean-Luc Mélenchon: « On est à un procès basé entièrement sur une vidéo. Vous pouvez aller au-delà des images, des gros plans sur les visages pour chercher les éléments intentionnels. On ne peut pas condamner un homme seulement car on ne supporte pas son visage. Cette perquisition comporte de nombreux dysfonctionnements. À partir de ce moment là,

@JLMelenchon

se retrouve devant une perquisition vérolée qui porte atteinte aux droits des personnes concernées. Quand il y a rupture de droits, il faut l’exprimer.

Il ne faut pas oublier les raisons de cette perquisition. Il s’agit d’abord de la dénonciation sans preuve de l’ex eurodéputée d’extrême droite Sophie Montel. 

Macron a dit : “Le parquet doit continuer à mes yeux à être intégré dans une chaîne hiérarchique qui dépend au final du pouvoir exécutif”. Alors oui, la perquisition à LFI peut être considérée comme politique et injuste par ceux qui la subissent

Je vais citer Montesquieu : “Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir”. C’est le rôle d’un mouvement d’opposition.

16h21: L’avocat d’Alexis Corbière évoque le coup de sang du député le jour de la perquisition : « M. Corbière a la colère respectueuse, il a la colère qui vouvoie, qui donne du monsieur au policier »

13h45: Suivront cet après-midi les plaidoiries de la défense. Le jugement sera mis en délibéré.

13h21: Le point à la mi-journée sur le deuxième jour du procès de Jean-Luc Mélenchon

Le parquet a requis trois mois de prison avec sursis contre Jean-Luc Mélenchon pour les incidents ayant émaillé la perquisition d’octobre 2018 au siège de LFI, estimant devant le tribunal de Bobigny que le leader insoumis a mené «un acte de résistance violente avec usage de la force».

Poursuivi pour «actes d’intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l’autorité publique, rébellion et provocation», M. Mélenchon, qui martèle être victime d’un «procès politique», encourt jusqu’à 10 ans de prison, une amende de 150.000 euros et 5 ans d’inéligibilité.

Le ministère public n’a requis une peine de prison avec sursis que pour le chef du parti LFI. Il a aussi demandé 8.000 euros d’amende pour M. Mélenchon, les députés Alexis Corbière et Bastien Lachaud et l’eurodéputé Manuel Bompard, 10.000 euros contre le président de l’association «L’Ere du peuple» Bernard Pignerol et 2.000 euros contre l’attachée de presse du mouvement.

«La loi a prévu 10 ans, de 10 ans on passe à trois mois avec sursis... Tout ce souk pour ça!», s’est exclamé Jean-Luc Mélenchon devant la presse, après avoir salué les dizaines de militants qui attendaient dans le hall pour le soutenir.

«J’estime que sur le plan moral notre victoire est totale (...). Il faut que tout se termine par une relaxe et qu’on passe à autre chose», a-t-il ajouté.

Pour justifier ses réquisitions, le parquet a souligné le rôle décisif de M. Mélenchon dans l’escalade de tensions ayant mené à l’interruption de la perquisition, scène dont les images filmées par des journalistes ont été largement reprises dans les médias.

«La rébellion monte d’un cran dans l’escalier lorsque Jean-Luc Mélenchon arrive», a estime la procureure Juliette Gest, égrenant plusieurs phrases du leader insoumis: «Allez enfoncez-moi cette porte», «rentrez on en a rien à foutre de ce qu’ils disent» ou encore «Allez, vas-y, essaie de me pousser pour voir».

«Il lève le doigt menaçant, son visage a touché le sien (du procureur, ndlr), dit +ne me donnez pas d’ordre ou de consigne+, puis il le pousse: la rébellion est constituée», a déclaré Mme Gest. Selon elle, il s’agit «sans conteste d’un acte de résistance violente, avec usage de la force».

Plus tôt dans la matinée, Me Eric Dupond-Moretti, avocat de policiers constitués parties civiles, s’est exclamé dans sa plaidoirie: «De grâce, arrêtez votre cirque!» Il a dénoncé l’argumentaire des six prévenus Insoumis qui dénoncent un «procès politique»: «On n’est pas au Venezuela ici. On est en France et quand on outrage un policier, on est condamné».

Suivront cet après-midi les plaidoiries de la défense. Le jugement sera mis en délibéré.

12h37: Le leader de La France insoumise s'est exprimé devant les journalistes

"On se croirait dans un arbitrage de cour de récréation"

"J’estime que sur le plan moral, notre victoire est totale (...) Il faut que tout cela se termine par une relaxe et que l’on passe à autre chose"

"Il n’y aurait pas eu de procès s’il n’y avait pas eu les images de Quotidien"

"La justice n’est pas grandie après tout cela (...) J’espère que le tribunal ne suive pas de tel réquisition"

"Tout ça pour ça ! Ça fait des mois que ça dure"

"De l'argent, encore de l'argent, c'est tout ce qui les intéresse. Et comme on ne sait que faire de moi, ils passent la patate chaude au suivant. Allez, prison avec sursis !".

12h32: Le parquet de Bobigny a requis trois mois de prison avec sursis contre le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon pour les incidents ayant émaillé la perquisition au siège de son parti LFI en octobre 2018.

Jean-Luc Mélenchon est poursuivi pour «actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire, rébellion et provocation». Des amendes, allant de 2000 à 10.000 euros, ont par ailleurs été requises contre les cinq autres prévenus.

11h35: "Il y a des tweets de Jean-Luc Mélenchon alors qu'il est au tribunal. On voit bien que l'on répond pour l'électorat, pas pour le tribunal", a déclaré Eric Dupond-Moretti devant les journalistes.

Et d'ajouter : "Les policiers ne font pas partie du complot, ils sont là pour faire leur boulot". "J'attends du tribunal une décision de condamnation".

"Jean-Luc Mélenchon s'en est pris à tout le monde avec un mépris souverain", a précisé l'avocat.

"On est chez les fous. Ca veut dire que l'on ne peut plus faire de perquisitions dans un parti politique ? Le policier aurait dû dire 'ah c'est immoral, on plie bagages' ?

11h24: "Indigne. L’avocat de 2 policiers finit sa plaidoirie sur les suicides de policiers. En nous y associant à demi-mot. Nous qui ne cessons de dénoncer conditions de travail et manque de moyens", a déclaré Jean-Luc Mélenchon sur son compte Twitter. 

 

11h14: Le point ce matin sur le deuxième jour du procès

Au lendemain d’une première longue journée d’audience terminée vers 23H00, le parquet prononce ses réquisitions vendredi au procès de Jean-Luc Mélenchon et cinq de ses proches à Bobigny, jugés pour les incidents ayant émaillé la perquisition d’octobre 2018 au siège de LFI.

L’audience a repris à 9h30 avec le début des plaidoiries des avocats des douze parties civiles.

Comme la veille, quelque dizaines de personnes étaient présentes devant le TGI de Bobigny pour apporter leur soutien aux six prévenus. Des militants ont installé une table près du tribunal et offrent le thé et café, a constaté une journaliste de l’AFP.

Poursuivi pour «actes d’intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l’autorité publique, rébellion et provocation», M. Mélenchon, qui martèle être victime d’un «procès politique», encourt jusqu’à 10 ans de prison, une amende de 150.000 euros et 5 ans d’inéligibilité.

A l’AFP, l’entourage de Jean-Luc Mélenchon se dit «très content» de la première journée d’audience, qui a «montré le vide du dossier».

Les réquisitions du ministère public sont prévues dans l’après-midi suivies des plaidoiries de la défense. Le jugement sera mis en délibéré.

La première journée du procès a été marquée par la confrontation du leader insoumis avec Me Eric Dupond-Moretti, avocat de plusieurs policiers. M. Mélenchon a raconté son «sentiment d’humiliation» au moment de la perquisition ce 16 octobre, et expliqué sa véhémence d’alors, notamment sa phrase «La République c’est moi», criée à la figure d’un policier en faction.

Il a affirmé n’avoir pas voulu s’opposer à la perquisition mais simplement avoir tenté d’y assister pour s’assurer que le fichier des inscrits à LFI ne soit pas emporté. «J’ai eu l’attitude que j’estimais politiquement nécessaire, car je pensais être la cible d’une attaque politique», a expliqué le patron des députés LFI, qui s’est défendu de toute violence physique.

La perquisition au cœur du procès avait été menée au siège parisien de LFI dans le cadre de deux enquêtes du parquet de Paris: sur les comptes de la campagne présidentielle de 2017 et sur les conditions d’emploi d’assistants d’eurodéputés de LFI, confiées depuis à des juges d’instruction.

Filmant en direct sur Facebook une première perquisition de son domicile, M. Mélenchon avait d’abord dénoncé une «énorme opération de police politique» avant de se rendre avec des proches au siège du mouvement. Devant des caméras, il avait appelé ses proches à «enfoncer la porte» pour entrer dans les locaux. On le voyait également bousculer un représentant du parquet, ainsi qu’un policier qui tentait de s’interposer.

«Vous n’avez pas tous les droits en tant que personne publique», a reproché à l’Insoumis le représentant du ministère public. «Ici, on est dans une enceinte judiciaire, pas devant le tribunal avec des pancartes», a aussi tonné Me Dupond-Moretti, se référant aux dizaines de militants qui avaient manifester le matin devant le bâtiment, et critiquant les longues digressions politiques de M. Mélenchon.

Les cinq autres prévenus, dont les députés LFI Alexis Corbière et Bastien Lachaud et l’eurodéputé Manuel Bompard, ont ensuite été entendus, présentant une défense dans la lignée de celle de leur chef de file. Alexis Corbière a ainsi assumé son attitude lors de la perquisition: «Cette manière de monter le ton peut être apaisante», a-t-il plaidé.

La journée s’est achevée sur le récit des parties civiles. Un policier a ainsi relaté avoir été «marqué par cet événement», après lequel plusieurs agents ont obtenu jusqu’à sept jours d’ITT.

Visiblement fatigué à la sortie de l’audience jeudi, Jean-Luc Mélenchon a dit quelques mots aux médias qui le questionnaient et lâché: «Qui a ouvert la porte, qui a fermé la porte, qui a levé le doigt, qui a parlé fort, moins fort, trop fort... Tu sors abîmé de cette pantalonnade pareille».

10h40: Jean-Luc Mélenchon vient de poster un nouveau tweet sur son compte Twitter. "Hier, 6 mois avec sursis pour 2 syndicalistes CGT, 4 mois avec sursis pour un autre demandés par le parquet. À Marseille aussi les procureurs de Belloubet ont la main lourde avec l’opposition populaire", déclare-t-il sur le réseau social. 

 

10h32: L’audience a repris à 9h30 avec le début des plaidoiries des avocats des douze parties civiles. Comme la veille, quelque dizaines de personnes étaient présentes devant le TGI de Bobigny pour apporter leur soutien aux six prévenus. Des militants ont installé une table près du tribunal et offrent le thé et café, a constaté une journaliste de l’AFP.

Poursuivi pour «actes d’intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l’autorité publique, rébellion et provocation», M. Mélenchon, qui martèle être victime d’un «procès politique», encourt jusqu’à 10 ans de prison, une amende de 150.000 euros et 5 ans d’inéligibilité.

A l’AFP, l’entourage de Jean-Luc Mélenchon se dit «très content» de la première journée d’audience, qui a «montré le vide du dossier».

Les réquisitions du ministère public sont prévues dans l’après-midi suivies des plaidoiries de la défense. Le jugement sera mis en délibéré.

10h05: Il y a quelques minutes, Jean-Luc Mélenchon a posté son premier tweet de la journée concernant le second jour de son procès à Bobigny.

"L’avocat du procureur Marilly dit que son client a « été surexposé médiatiquement sans qu’il l’ait choisi lors d’une opération de police judiciaire »", déclare-t-il sur le réseau social. Et d'ajouter : "C’est donc contre Quotidien qu’il faut porter plainte". 

09h12: L’audience doit reprendre à 09H30 au tribunal correctionnel avec les plaidoiries des avocats des 12 parties civiles - des policiers et magistrats -, avant les réquisitions du ministère public l’après-midi suivies des plaidoiries de la défense. Le jugement sera mis en délibéré.

La première journée du procès a été marquée par la confrontation du leader insoumis avec Me Eric Dupond-Moretti, avocat de plusieurs policiers. M. Mélenchon a raconté son «sentiment d’humiliation» au moment de la perquisition ce 16 octobre, et expliqué sa véhémence d’alors, notamment sa phrase «La République c’est moi», criée à la figure d’un policier en faction.

Il a affirmé n’avoir pas voulu s’opposer à la perquisition mais simplement avoir tenté d’y assister pour s’assurer que le fichier des inscrits à LFI ne soit pas emporté. «J’ai eu l’attitude que j’estimais politiquement nécessaire, car je pensais être la cible d’une attaque politique», a expliqué le patron des députés LFI, qui s’est défendu de toute violence physique.

La perquisition au cœur du procès avait été menée au siège parisien de LFI dans le cadre de deux enquêtes du parquet de Paris: sur les comptes de la campagne présidentielle de 2017 et sur les conditions d’emploi d’assistants d’eurodéputés de LFI, confiées depuis à des juges d’instruction.

07h41: Au lendemain d'une première longue journée d'audience terminée vers 23H00, le parquet prononce ses réquisitions vendredi au procès de Jean-Luc Mélenchon et cinq autres de ses proches à Bobigny, jugés pour les incidents ayant émaillé la perquisition d'octobre 2018 au siège de LFI.

Poursuivi pour "actes d'intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l'autorité publique, rébellion et provocation", M. Mélenchon, qui martèle être victime d'un "procès politique", encourt jusqu'à 10 ans de prison, une amende de 150.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. L'audience doit reprendre à 09H30 au tribunal correctionnel avec les plaidoiries des avocats des 12 parties civiles - des policiers et magistrats -, avant les réquisitions du ministère public l'après-midi suivies des plaidoiries de la défense. Le jugement sera mis en délibéré.

La première journée du procès a été marquée par la confrontation du leader insoumis avec Me Eric Dupond-Moretti, avocat de plusieurs policiers. M. Mélenchon a raconté son "sentiment d'humiliation" au moment de la perquisition ce 16 octobre, et expliqué sa véhémence d'alors, notamment sa phrase "La République c'est moi", criée à la figure d'un policier en faction. Il a affirmé n'avoir pas voulu s'opposer à la perquisition mais simplement avoir tenté d'y assister pour s'assurer que le fichier des inscrits à LFI ne soit pas emporté. "J'ai eu l'attitude que j'estimais politiquement nécessaire, car je pensais être la cible d'une attaque politique", a expliqué le patron des députés LFI, qui s'est défendu de toute violence physique.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de popeye55
20/septembre/2019 - 23h23
Antho-le a écrit :

Haha, Allez le Vénézuela, ça faisait longtemps dis-donc, arrêtez de perdre votre temps à faire tourner ce vieux disques. On est à mille lieux du programme lfi. Je vous laisse le lire, l'avenir en commun

J'ai lu le programme de Mélenchon et je peux vous affirmer qu'en moins d'un an la France serait ruinée. Son programme est basé sur 2 piliers : faire payer les riches et augmenter la dépense publique par la dette.

Concernant le 1er pilier, avez-vous une idée de ce que rapporterait par exemple le fait de doubler (ce qui paraît énorme) l'impôt sur le revenu des plus riches, j'attends votre chiffre ? Savez-vous que le montant récolté serait largement inférieur au déficit annuel de la France ? Pensez-vous dans un monde mondialisé que les gens qui se feraient spolier resteraient en France ? Et si tous les riches partaient, dans ce cas quel serait d'après-vous le montant à partir duquel on est riche. Pour info, Hollande parlait des gens riches à partir de 4000€ par mois et par foyer fiscal !

Le 2ème pilier de son programme est basé sur la dépense publique et l'augmentation de la dette. Connaissez-vous le montant de la dette cette année ? Connaissez-vous le montant cumulé de la dette ? Savez-vous que l'on vit en France de l'ordre de 30% au-dessus de nos moyens ? Pensez-vous, comme Mélenchon, que notre dette peut croître indéfiniment ? Connaissez-vous ce qui s'est passé en Grèce il y a quelques années quand le montant de la dette est devenu insupportable pour le peuple Grec : une diminution de 30 à 40 % des retraites et des salaires ! C'est ce que vous voulez ? Alors votez Mélenchon !!!

Portrait de Antho-le
20/septembre/2019 - 22h10
C'ptain What101 a écrit :

Bein quoi ?  C'est bien le modèle que veut nous vendre Merluch non?  Le programme c'est entre la politique du Venezuela et Cuba... C'est fou comme ça donne envie surtout quand on voit que le seul rêve des habitants de ces pays c'est de partir vers des horizons plus verts. 

Toi tu n'es jamais allé là-bas on dirait

Portrait de tvor
20/septembre/2019 - 21h27

Mais faite le taire ...............

Portrait de ErgoProxy
20/septembre/2019 - 21h15
LastChristmas a écrit :

t'es déjà bourret? jean claude? :bigsmile:

C'est la vérité ! Et je préfère entendre parler d'une invasion d'aliens plutôt que de voir matin midi et soir la tête de Mélanchon toujours en train de gueuler, râler et taper sur le gouvernement.

Portrait de LastChristmas
20/septembre/2019 - 19h51
ErgoProxy a écrit :

Pourquoi faire un focus sur Mélanchon alors que l'armée américaine vient de confirmer la présence d'Ovni (3 engins sans moyen apparent de propulsion, allant à des vitesses hypersoniques, certaines effectuant des manœuvres défiant les possibilités actuelles de l'aéronautique"). Toujours aucun article à ce sujet ici. C'est quand même plus important que ce Mélanchon non?

t'es déjà bourret? jean claude? smiley

Portrait de C'ptain What101
20/septembre/2019 - 19h12
Antho-le a écrit :

Haha, Allez le Vénézuela, ça faisait longtemps dis-donc, arrêtez de perdre votre temps à faire tourner ce vieux disques. On est à mille lieux du programme lfi. Je vous laisse le lire, l'avenir en commun

Bein quoi ?  C'est bien le modèle que veut nous vendre Merluch non?  Le programme c'est entre la politique du Venezuela et Cuba... C'est fou comme ça donne envie surtout quand on voit que le seul rêve des habitants de ces pays c'est de partir vers des horizons plus verts. 

Portrait de ErgoProxy
20/septembre/2019 - 19h01

Pourquoi faire un focus sur Mélanchon alors que l'armée américaine vient de confirmer la présence d'Ovni (3 engins sans moyen apparent de propulsion, allant à des vitesses hypersoniques, certaines effectuant des manœuvres défiant les possibilités actuelles de l'aéronautique"). Toujours aucun article à ce sujet ici. C'est quand même plus important que ce Mélanchon non?

Portrait de Antho-le
20/septembre/2019 - 18h46
C'ptain What101 a écrit :

Dans le sens du peuple et de la planète ? Vraiment ? 

Si c'est pour finir comme les vénézuéliens avec une inflation de 130 06O % avec une agriculture réduite au néant et où le rouleau de PQ est une valeur plus sur que l'or... Non merci !  

Haha, Allez le Vénézuela, ça faisait longtemps dis-donc, arrêtez de perdre votre temps à faire tourner ce vieux disques. On est à mille lieux du programme lfi. Je vous laisse le lire, l'avenir en commun

Portrait de Antho-le
20/septembre/2019 - 18h44

Haha, Allez le Vénézuela, ça faisait longtemps dis-donc, arrêtez de perdre votre temps à faire tourner ce vieux disques. On est à mille lieux du programme lfi. Je vous laisse le lire, l'avenir en commun

Portrait de Antho-le
20/septembre/2019 - 18h42
Oui-oui... a écrit :

Ah oui? Bon faudra m’expliquer en quoi être un insoumis fait tourner l’économie d’un pays et donne du boulot aux gens. 

Avec la règle verte, mais je vous laisse lire le programme l'avenir en commun. Ça sera plus exhaustif. 

Portrait de C'ptain What101
20/septembre/2019 - 18h31
Antho-le a écrit :

Et j'adore lire tous les commentaires de chacun, ça taille, pas de problème ça taille dans tous les sens. Jamais de solutions, jamais de propositions, toujours du venin mais pourquoi, pour ensuite voter LePen (vous êtes sérieux??) Voter Macron encore (vous avez pas déjà compris ce qu'il est en train de faire??) Voter PS (pff trop long à expliquer) Voter LR (encore pire que Macron) Enfin si quelqu'un me sort les verts, par compassion je ne dirais rien. Ce mec est ce qu'il est mais c'est un des seuls dont le programme va dans le sens du peuple et de la planète.

Bon Weekend

Dans le sens du peuple et de la planète ? Vraiment ? 

Si c'est pour finir comme les vénézuéliens avec une inflation de 130 06O % avec une agriculture réduite au néant et où le rouleau de PQ est une valeur plus sur que l'or... Non merci !  

Portrait de CARAMEL MOU
20/septembre/2019 - 18h23

lorsque les voyous de banlieue jettent des pierres sur les flics avec la volonté évidente de les blesser, ils sont condamnés à combien de jours de prison ?

Portrait de Oui-oui...
20/septembre/2019 - 17h43
Antho-le a écrit :

Et j'adore lire tous les commentaires de chacun, ça taille, pas de problème ça taille dans tous les sens. Jamais de solutions, jamais de propositions, toujours du venin mais pourquoi, pour ensuite voter LePen (vous êtes sérieux??) Voter Macron encore (vous avez pas déjà compris ce qu'il est en train de faire??) Voter PS (pff trop long à expliquer) Voter LR (encore pire que Macron) Enfin si quelqu'un me sort les verts, par compassion je ne dirais rien. Ce mec est ce qu'il est mais c'est un des seuls dont le programme va dans le sens du peuple et de la planète.

Bon Weekend

Ah oui? Bon faudra m’expliquer en quoi être un insoumis fait tourner l’économie d’un pays et donne du boulot aux gens. 

Portrait de Harriet
20/septembre/2019 - 17h38
C'est Mon Avis a écrit :

Mélenchon a raison, c'est une justice à deux vitesses, dans le sens où je ne suis pas sûr que le parquet ai été aussi clément avec un citoyen lambda.

Il est obligé de faire son petit cirque devant ses fans, histoire d'avoir encore un peu de "légitimité" à leurs yeux. Il est maintenant enfermé dans son personnage, mais plus personne n'est dupe... Bonne journée

La peine requise par le parquet n'a pas d'importance puisque, politiquement, J-L Mélenchon n'a plus aucun avenir ...

Portrait de atchoumfarmer
20/septembre/2019 - 17h27
minou75 a écrit :
#LibérerMéluche ...!!!

surtout qu'il est pas en prison comme Balkany

Portrait de C'est Mon Avis
20/septembre/2019 - 17h22

Mélenchon a raison, c'est une justice à deux vitesses, dans le sens où je ne suis pas sûr que le parquet ai été aussi clément avec un citoyen lambda.

Il est obligé de faire son petit cirque devant ses fans, histoire d'avoir encore un peu de "légitimité" à leurs yeux. Il est maintenant enfermé dans son personnage, mais plus personne n'est dupe... Bonne journée

Portrait de minou75
20/septembre/2019 - 17h16 - depuis l'application mobile

#LibérerMéluche ...!!!

Portrait de .Kazindrah.
20/septembre/2019 - 16h57
Blek37 a écrit :

Bien sur 8.000€ pour un communiste,comme lui ,c'est rien ! Mais pour un(e) ouvrier(ère) ou un(e) employé(e),c'est énorme ! 

Je me suis fais la même réflexion ; beaucoup ne pourraient pas les payer.

Portrait de Antho-le
20/septembre/2019 - 16h45

Et j'adore lire tous les commentaires de chacun, ça taille, pas de problème ça taille dans tous les sens. Jamais de solutions, jamais de propositions, toujours du venin mais pourquoi, pour ensuite voter LePen (vous êtes sérieux??) Voter Macron encore (vous avez pas déjà compris ce qu'il est en train de faire??) Voter PS (pff trop long à expliquer) Voter LR (encore pire que Macron) Enfin si quelqu'un me sort les verts, par compassion je ne dirais rien. Ce mec est ce qu'il est mais c'est un des seuls dont le programme va dans le sens du peuple et de la planète.

Bon Weekend

Portrait de Antho-le
20/septembre/2019 - 16h35
La République C'est Moi a écrit :

Visiblement vous avez la vue sélective. Donc je répète:

Je peux vous citer Mustapha Laabid député LREM

mais aussi Robert Navarro sénateur LREM

On pourrait rajouter Claire O'Petit.

Vous voyez, ce n'est pas compliqué. Il suffit de se donner la peine et on peut contrer les arguments populistes.

Ou enfin vous êtes mignon, les motifs ne sont pas les mêmes:

- Le député LREM Mustapha Laabid est reconnu coupable d'abus de confiance et détournement de fond.

-  le sénateur LREM Robert Navarro est reconnu coupable d'abus de confiance et détournement de fond.

- La députée Claire O’Petit condamnée pour faute de gestion

Ca n'a rien à voir avec ce qui est reproché à Melenchon, vous parlez de gens qui ont été pris la main dans le sac de bonbons, on est mille lieu d'une sois disant obstruction

Portrait de Poulbot
20/septembre/2019 - 16h34

Melenchon est comme tout citoyen, pas au dessus des lois.

Si j'avais celà, j'aurai eu les menottes smiley

Portrait de Harriet
20/septembre/2019 - 16h27
nantes55 a écrit :

A ma connaissance JL Melenchon n'a pas parlé des juges mais du procureur qui lui est directement sous les ordres du ministre.

L'avancement des procureurs est décidé par le ministre de la justice.

 

Ils sont même nommés par décret du président de la République ....

Portrait de nantes55
20/septembre/2019 - 15h59
La République C'est Moi a écrit :

Probablement due à l'avancement de l'enquête. Complexe.

Que Benalla soit le pote du Président peut jouer, pourquoi pas. Et encore il faut se méfier de ce genre de raccourci. Je vous rappelle que nous sommes dans un monde globaliste et ultra-surveillé.

Ce que je ne supporte pas c'est qu'on laisse entendre que la ministre influence ou décide des jugements et des procès. 

Mélenchon a la mémoire courte. Quand ça l'arrange, la justice fait bien son boulot.

A ma connaissance JL Melenchon n'a pas parlé des juges mais du procureur qui lui est directement sous les ordres du ministre.

L'avancement des procureurs est décidé par le ministre de la justice.

 

Portrait de lxa75
20/septembre/2019 - 15h57

pas cher payé pour cette bande de clowns 

Portrait de La République C'est Moi
20/septembre/2019 - 15h51
cineberry a écrit :

Comment expliquez-vous la différence de traitement entre des manifestants coupables de violences qui sont jugés en comparution immédiate et Alexandre Benalla coupable de violences dont le procès n'aura lieu au mieux qu'en 2021 ?

Probablement due à l'avancement de l'enquête. Complexe.

Que Benalla soit le pote du Président peut jouer, pourquoi pas. Et encore il faut se méfier de ce genre de raccourci. Je vous rappelle que nous sommes dans un monde globaliste et ultra-surveillé.

Ce que je ne supporte pas c'est qu'on laisse entendre que la ministre influence ou décide des jugements et des procès. 

Mélenchon a la mémoire courte. Quand ça l'arrange, la justice fait bien son boulot.

Portrait de cineberry
20/septembre/2019 - 15h16
La République C'est Moi a écrit :

Visiblement vous avez la vue sélective. Donc je répète:

Je peux vous citer Mustapha Laabid député LREM

mais aussi Robert Navarro sénateur LREM

On pourrait rajouter Claire O'Petit.

Vous voyez, ce n'est pas compliqué. Il suffit de se donner la peine et on peut contrer les arguments populistes.

Comment expliquez-vous la différence de traitement entre des manifestants coupables de violences qui sont jugés en comparution immédiate et Alexandre Benalla coupable de violences dont le procès n'aura lieu au mieux qu'en 2021 ?

Portrait de popeye55
20/septembre/2019 - 14h58
Blek37 a écrit :

Bien sur 8.000€ pour un communiste,comme lui ,c'est rien ! Mais pour un(e) ouvrier(ère) ou un(e) employé(e),c'est énorme ! 

Oui ce n'est rien pour lui. En 2017 lors de la présidentielle, c'était le 2ème plus gros patrimoine (loin devant Macron et Fillon). Médiapart estimait ce patrimoine à 1,131 millions d'euros et Le Canard Enchaîné l'estimait à 2,465 millions d'euros : peu de choses pour prolétaire élu du peuple !! Nous avons tous largement plus que cela !!! smiley

Quand au réquisitoire (3 mois avec sursis et 8000 €), il est vraiment clément. On peut se demander si n'importe lequel d'entre nous avait fait la même chose, s'il aurait eu un réquisitoire aussi clément ! Les juges ont sans doute voulu ne pas être trop sévères pour calmer le jeu. Mais qu'importe, le principal est qu'il soit condamné, même à 1 euro, ça montre qu'il est coupable.

Il parle de souk, c'est lui qui l'a mis. Qui a parlé de procès politique pendant des semaines ? Qui réclame l'insurection ? Ce type qui soutient certains dictateurs est vraiment dangereux. On a du mal a comprendre que certains le soutiennent sans se poser les bonnes questions.

Portrait de C'ptain What101
20/septembre/2019 - 14h27
La République C'est Moi a écrit :

Visiblement vous avez la vue sélective. Donc je répète:

Je peux vous citer Mustapha Laabid député LREM

mais aussi Robert Navarro sénateur LREM

On pourrait rajouter Claire O'Petit.

Vous voyez, ce n'est pas compliqué. Il suffit de se donner la peine et on peut contrer les arguments populistes.

Pour Claire O'Petit c'est différent. Elle a été condamnée à une interdiction de diriger, gérer, administrer ou contrôler directement ou indirectement toute entreprise commerciale ou artisanale et ce pour 5 ans, jugement confirmé en appel en 2O17.  Ce bien avant l'adhésion par LREM. Et là est bien le pied d'argile du mouvement. On a pris ce qui passait sans vérifier les antécédents. 

Portrait de atchoumfarmer
20/septembre/2019 - 14h26
ettenuob a écrit :

Tais toi excuses toi et remercies la justice d avoir été si modérée  car l attitude était très grave surtout devant les caméras un très mauvzis exemple . Mais je suppose que les juges n ont pas voulu trop en faire pour eviter d exciter encore plus le personnage quitte a ce qu il emporte les foules avec lui et que ça lui serve pour les elections futures .

ce MR  est  trop prétentieux et imbu de sa personne pour présenté des excuses il a toujours pas assumer son échec aux présidentielles.... NEXT  aller hop une camomille et du prozac

Portrait de La République C'est Moi
20/septembre/2019 - 14h17
seb2746 a écrit :

Et on apprend que le 1er procès (sur les 6) de Benalla sera pas avant 2021...

 

2 poids 2 mesures.

Visiblement vous avez la vue sélective. Donc je répète:

Je peux vous citer Mustapha Laabid député LREM

mais aussi Robert Navarro sénateur LREM

On pourrait rajouter Claire O'Petit.

Vous voyez, ce n'est pas compliqué. Il suffit de se donner la peine et on peut contrer les arguments populistes.