02/08 10:46

Une chaîne de télévision libanaise affiliée au Premier ministre Saad Hariri a cessé de transmettre de nouveaux programmes après 16 mois de salaires impayés

Une chaîne de télévision libanaise affiliée au Premier ministre Saad Hariri a cessé de transmettre de nouveaux programmes, un employé indiquant qu'une grève en raison "de plus de 16 mois de salaires impayés" était en cours.

Depuis trois jours, Future TV, principal relais médiatique du Courant du Futur de M. Hariri, n'a pas diffusé de nouvelles informations et ne passe que des rediffusions.

C'est la première grève de l'histoire de la chaîne, créée en 1993 par Rafic Hariri, ancien Premier ministre, milliardaire assassiné en 2005 et père de l'actuel chef du gouvernement libanais.

"C'est la première fois qu'un mouvement de ce genre aussi large émerge", a confié à l'AFP un employé sous couvert d'anonymat par peur de représailles, précisant que les programmes d'informations ainsi que d'autres émissions avaient été arrêtés et que la direction n'avait pas encore répondu aux grévistes. Selon lui, cela fait des années que les paiements sont irréguliers ou incomplets en raison de la crise financière et la situation a empiré depuis un an et demi dans un secteur en crise. Cela ajoute à la crise que connaissent les institutions affiliées à M. Hariri.

En janvier, le quotidien Al-Moustaqbal, propriété des Hariri a publié sa dernière édition papier, 20 ans après sa création.

Le géant de la construction Saudi Oger, pierre fondatrice de l'empire des Hariri, s'est effondré en 2017, poussant des milliers des ses employés à quitter l'Arabie saoudite avec des salaires impayés et sans indemnités.

Le paysage médiatique libanais est truffé de groupes privés souvent affiliés avec au moins un des nombreux partis politiques, qui sont souvent source de financement pour les médias, laissant peu de place pour une presse indépendante.

Ailleurs sur le web

Vos réactions