27/07 11:21

1.400 personnes ont participé à la marche blanche en hommage à Mamoudou Barry, jeune enseignant-chercheur tué près de Rouen - VIDEO

Mille quatre cents personnes, selon la police, ont participé vendredi après-midi à la marche blanche en hommage à Mamoudou Barry, jeune enseignant-chercheur guinéen, tué en fin de semaine dernière près de Rouen.

Plusieurs personnes brandissaient des pancartes avec la photo du jeune homme de 31 ans et l’inscription «A la mémoire de Mamoudou Barry». Un homme s’est enroulé dans le drapeau guinéen, rouge, jaune et vert, tandis que d’autres avaient revêtu des t-shirts avec la photo de l’universitaire. «Halte au racisme» et «Justice pour le Docteur Mamoudou Barry», scandait la foule. Environ 300 personnes appartenant à la communauté guinéenne d’Ile-de-France ont également fait le déplacement, a indiqué l’avocat. La marche blanche devait se terminer dans la cour du palais de justice de Rouen.

Âgé de 31 ans, Mamoudou Barry, père d’un enfant de deux ans, est mort des suites de ses blessures après avoir été roué de coups dans la rue lors d’une agression qualifiée de «raciste» par ses proches à Canteleu, dans la banlieue de Rouen. Un homme a été interpellé lundi matin mais sa garde à vue a été levée pour raison médicale et il a été hospitalisé.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de BrunoNo
28/juillet/2019 - 15h43
Reine-Claude qui ne compte pas pour des prunes a écrit :

Personne pour compatir à l'assassinat de ce pauvre homme ?

Cette phrase est débile. La génération de la compassion et de l'outrage...

Vive facebook et twiter qui ont débilisé l'humanité.

Le recueillement en règle général c'est discret et personnel mais bon RIP si ça vous excite de le lire.

Cette terrible histoire démontre juste une chose : Des gens intelligents comme Mamoudou pensent qu'ils peuvent raisonner des déficients mentaux qui croient que la terre est plate, que l'homosexuel est le diable... et du coup en meurent. C'est triste.

Putain je t'enverrai tous ces débiles à l'école... la vraie pas celle de la république qui est défaillante.