03/06 13:42

Peu avant d'atterrir à l'aéroport de Londres, Donald Trump traite Sadiq Khan, le maire de la capitale britannique, de "loser total"

Donald Trump a débuté lundi matin une visite d’Etat de trois jours au Royaume-Uni en traitant le maire de Londres de «loser», après s’être mêlé du brûlant dossier du Brexit, laissant augurer une visite mouvementée. Quelques minutes avant l’atterrissage d’Air Force One, le milliardaire républicain a donné le ton dans un tweet en qualifiant le maire de la capitale britannique, Sadiq Khan, qui avait critiqué sa venue, de «loser total».

Le président américain et son épouse Melania seront accueillis en grande pompe au palais de Buckingham et déjeuneront avec la reine Elizabeth II, avant un banquet officiel dans la soirée. Ces honneurs réservés au dirigeant américain ont provoqué une vague de protestations, plusieurs personnalités politiques, dont le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn, boudant le banquet.

Des militants d’Amnesty international ont aussi déployé lundi matin des banderoles appelant à «résister» à «Trump», au «racisme», au «sexisme» et à la «haine» sur un pont faisant face à l’ambassade américaine.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Martine Planchard
3/juin/2019 - 15h44
Sergent tirailleur Highway a écrit :

Je reconnais que le maire de Londres s'est trompé. Il doit être reçu en grandes Pompes Funèbres ou alors à grande Pompes dans le c*l ;)

 

(c'est juste pour le mot, je ne souhaite pas la mort de Trump)

Il est quande même mieux que la sorcière Clinton qui aurai déjà fait peter la planète !

Portrait de Nono75
3/juin/2019 - 14h56
hummerH2 a écrit :

Pas très "diplomatique", mais le Maire de Londres avait ouvert les hostilités en déclarant il y a quelques jours à propos de la visite de Trump qu"'il ne méritait pas d’être reçu en grandes pompes":

“Le président Trump est juste l’un des exemples les plus extrêmes d’une menace globale grandissante" avait-il écrit avant de le comparer aux fascistes du 20ème siècle.

 

Trump n'a aucune raison de se laisser insulter sans réagir !

Allons, allons, ok avec toi pour éclairer mais dans ce cas autant éclairer complètement !

Pour remonter un peu, Sadiq Kahn n'a pas apprécié que Trump instrumentalise l'attentat de Londres de juin 2017 (7 morts et 48 blessés) pour justifier sa politique migratoire.

D'où la phrase que tu cites, sortie de son contexte... Il s'agit d'une tribune beaucoup plus grande dénonçant les méthodes de Trump (influencer le choix du prochain premier ministre en louant Boris Johnson, menacer de veto une résolution de l'ONU pour combattre le viol comme arme de guerre (avec au final un texte tellement allégé qu'il ne va plus servir à grand chose), les fakes news, etc.

“Donald Trump n’est que l’un des exemples les plus flagrants d’une menace mondiale croissante.

L’extrême droite est en hausse dans le monde entier, menaçant nos droits et libertés durement gagnés et les valeurs qui définissent nos sociétés libérales et démocratiques depuis plus de soixante-dix ans.

Viktor Orbán en Hongrie, Matteo Salvini en Italie, Marine Le Pen en France et Nigel Farage ici au Royaume-Uni utilisent les mêmes rhétoriques que les fascistes du 20ème siècle pour gagner leur soutien, mais utilisent de nouvelles méthodes sinistres pour transmettre leur message.

Et ils gagnent du terrain et gagnent du pouvoir et de l’influence dans des endroits impensables il y a quelques années à peine.”

On peut également citer l'opposition de Khan aux valeurs portées par Trump avec notamment les changements législatifs en matière d'avortement dans certains états US.

Portrait de jarod.26
3/juin/2019 - 14h32
les 2 bons amis du monde
Portrait de hummerH2
3/juin/2019 - 13h47

Pas très "diplomatique", mais le Maire de Londres avait ouvert les hostilités en déclarant il y a quelques jours à propos de la visite de Trump qu"'il ne méritait pas d’être reçu en grandes pompes":

“Le président Trump est juste l’un des exemples les plus extrêmes d’une menace globale grandissante" avait-il écrit avant de le comparer aux fascistes du 20ème siècle.

 

Trump n'a aucune raison de se laisser insulter sans réagir !