25/04 16:08

Conférence de presse d'Emmanuel Macron: Le site "Arrêt sur images" essaye de faire accréditer Gaspard Glanz et se fait sèchement recadrer par l'Elysée

Sur son compte Twitter, le média "Arrêt sur images" accuse l'Elysée d'avoir refusé d'accréditer Gaspard Glanz, pour couvrir la conférence de presse que donnera Emmanuel Macron en fin de journée.

"Nous protestons solennellement contre le refus par l'Elysée d'accréditer notre nouveau chroniqueur Gaspard Glanz, sous un prétexte fallacieux, et appelons la présidence de la République à reconsidérer son refus. Cette conférence de presse doit être ouverte à TOUS les journalistes."

Des messages auxquels le service presse de l'Elysée a répondus de façon très sèche sur Twitter:

"Tout journaliste qui souhaite s’accréditer à un événement à l’Élysée doit

1/ respecter la date butoir d’accréditation ;

2/ disposer d’une carte de presse en cours de validité.

Ces règles sont clairement indiquées sur le formulaire d’accréditation.""Elles s’appliquent à tous.", a conclu l'Elysée dans son message.

Une réponse qui a quelque peu agacé Daniel Schneidermann, le fondateur et rédacteur en chef d'"Arrêt sur images", qui, sur son compte Twitter, a vivement répondu à l'Elysée:

"Alors deux points sur le refus de la demande d'accréditation de Gaspard Glanz. On nous signale que la demande devait être faite avant mercredi à 10 heures. Cette limite est signalée sur un formulaire apparemment envoyé aux rédactions, formulaire que "Arrêt sur images", quoique média enregistré auprès de la commission paritaire, et membre fondateur du @spiil , n'a jamais reçu. A quels medias ce formulaire a-t-il été envoyé ?

Ce même formulaire stipule que la demande doit être accompagnée d'un scan de la carte de presse. Comme chacun le sait désormais, Gaspard Glanz n'est pas détenteur d'une carte de presse.

Or, selon la présidente de la commission de la carte elle-même, cette carte n'est pas obligatoire pour exercer la profession de journaliste. Cette condition mise par l'Elysée est donc dérogatoire au droit.".

"Sans doute l'Elysée ignorait-il cet élément. Dérogation pour dérogation, nous maintenons donc notre demande d'accréditation pour Gaspard Glanz.", a conclu Daniel Schneidermann.

Rappelons que le journaliste indépendant Gaspard Glanz avait été placé en garde à vue samedi, lors de la manifestation des gilets jaunes, pour "participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations" et "outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique".

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de vinze
26/avril/2019 - 08h34 - depuis l'application mobile

La carte de journaliste n'est pas obligatoire... Oui c'est pour le moins étrange. Mais après tout les restaurateurs c'est pareil... N'importe qui peut donner à manger à des centaines de personnes du jour au lendemain... Certains étaient même garagistes.... Bref ! Heureusement n'importe qui ne peut s'improviser coiffeur ! (pour le moment)

Portrait de michlo75
25/avril/2019 - 18h00

Encore un coup pour faire du buzz Schneidermann savait pertinemment que son accréditation serait refusée. Fantoche ou jean-foutre au choix

Portrait de nina83
25/avril/2019 - 17h19

la carte n'est pas obligatoire pour être journaliste, ah bon..... pas étonnant qu'on se supporte autant d'abrutis censés nous dire la vérité dans les articles de presse, avec objectivité..... Il existe encore de VRAIS journalistes d'ailleurs ?  ?  ?

Portrait de Citoyen86
25/avril/2019 - 16h50 - depuis l'application mobile

Ce gauchiste n'a qu'a demander une carte de presse.