09/02 13:48

Auteur d'albums célèbres pour enfants, le dessinateur Tomi Ungerer, est mort dans la nuit de vendredi à samedi en Irlande à l'âge de 87 ans

Auteur d'albums célèbres pour enfants, le dessinateur Tomi Ungerer, mort dans la nuit de vendredi à samedi en Irlande à l'âge de 87 ans, était un artiste protéiforme, qui se moquait des frontières entre les genres, jonglait avec les langues et a laissé une empreinte profonde dans les arts graphiques.

Son univers à la fois tendre et subversif, où les grands chapeaux des "Trois brigands" et le visage rond de "Jean de la Lune" cohabitent avec les maîtresses dominatrices vêtues de cuir et des grenouilles aux mines réjouies pratiquant le kamasutra, a influencé aussi bien le monde du dessin de presse que ceux de la bande-dessinée et de l'illustration jeunesse. Longue silhouette surmontée d'épais cheveux blancs, regard malicieux et canne pourvue d'une sonnette de vélo, Tomi Ungerer, dessinateur, écrivain, sculpteur, a gardé jusqu'à la fin une âme d'enfant curieux.

En novembre 2016, alors qu'il fêtait ses 85 ans à Strasbourg, l'artiste n'hésitait pas à tourner la mort en dérision. "Dans la légion on dit 'marche ou crève'. Moi, je dis 'crève d'abord et marche ensuite' !", lançait ce "pessimiste joyeux", jamais avare d'un bon mot. Fumant une cigarette dans le jardin du musée qui lui est dédié, il adressait aussi un pied de nez à la maladie. "J'ai toujours fumé, même quand j'avais le cancer. Je disais 'Tumor mit Humor'!".

Né en 1931 à Strasbourg dans une famille d'horlogers, Tomi Ungerer - Jean-Thomas de son vrai prénom - a pourtant grandi dans une atmosphère très sombre. Orphelin de père à trois ans, il subit l'annexion de l'Alsace par l'Allemagne, l'endoctrinement nazi à l'école puis les combats très rudes menés pour déloger les Allemands de la "poche de Colmar" - des épisodes qu'il a racontés dans des livres autobiographiques.

Convaincu que la créativité naissait des traumatismes, il ne craignit jamais d'effrayer les enfants à travers ses dessins et ses textes. Sa volonté de leur parler d'égal à égal transparaissait par exemple dans la chronique qu'il tenait dans Philosophie magazine, répondant avec sérieux et malice à des questions d'enfants, comme "Pourquoi les grands disent-ils toujours qu'ils n'ont pas le temps?".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bib
10/février/2019 - 11h10

un très grand auteur, caricaturiste et affichiste contestataire

Ces livres jeunesse (Les 3 brigands, Jean de la lune) sont d'une poésie intemporelle.

Portrait de Morlock3
9/février/2019 - 14h34

R.I.P

Les plus vus