04/04/2018 16:31

Grève SNCF: La direction refuse l'accès aux gares à toutes les équipes de TV - Une cagnotte de soutien aux grévistes atteint plus de 200.000 euros

16h26: Alors que le mouvement à la SNCF a débuté lundi à 19h00, une cagnotte de soutien pour les cheminots en grève a été lancée le 23 mars dernier par des écrivains, des réalisateurs et des universitaires sur la plateforme Leetchi.

L'argent recueilli ira "directement, sans intermédiaires, aux fédérations de cheminots", a expliqué Jean-Marc Salmon, à l'origine de la cagnotte Leetchi.

A 16h, aujourd'hui, plus de 204.210 euros ont été récoltés.

15h42: «Accuser les cheminots d’être responsables du désastre des politiques publiques est un comble», alors qu’au contraire leur mobilisation «porte l’intérêt général», affirme l’ancien numéro un de la CGT, Bernard Thibault, dans une tribune parue mercredi dans le Monde.

Pour l’ancien secrétaire général de la CGT, l’exécutif se trompe de cible --et trompe les Français-- en voulant modifier le statut de la SNCF (en société anonyme), abandonner l’embauche au statut et ouvrir le transport de voyageurs à la concurrence.

«Voilà des annonces qui se présentent comme un remède de cheval mais qui plutôt que de soigner le malade risque fort de le condamner rapidement», selon M. Thibault, figure de la CGT cheminots lors des grèves de 1995.

Dans sa réforme, le gouvernement d’Édouard Philippe «fait l’impasse sur l’origine principale des défaillances et la dégradation du service public : un endettement massif et historique du transport ferroviaire généré par des choix d’investissement contestables et de plus supportés par la seule entreprise publique et ses usagers», écrit-il.

13h41: La réforme de la SNCF sera appliquée "avec calme et grande détermination", a déclaré Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, en précisant que "cette mobilisation ne doit pas empêcher le gouvernement d'avancer"

13h26: Plusieurs rédactions ont indiqué mercredi que la SNCF n'autorisait pas leurs journalistes à filmer dans les gares pendant la grève des cheminots, hors de rares créneaux encadrés par des agents du rail. "Les gilets rouges dans les grandes gares (agents chargés d'informer le public, ndlr) repoussent les reporters qui tentent de faire des images ou des duplex, les empêchant d'accéder aux quais, de tourner l'arrivée des trains en gare, de parler au flot de passagers", a indiqué à l'AFP Céline Pigalle, directrice de la rédaction de BFMTV.
"Plusieurs de nos équipes ont été poliment raccompagnées à la sortie des gares hier (mardi) et mercredi matin", a également indiqué un membre de la société des journalistes de France 2. "Alors on se faufile, on change de gare, on tourne avec de petites caméras". Les reporters de l'AFPTV ont rencontré les mêmes problèmes.
"Sans autorisation, sans encadrement de notre part, on n'ouvre pas l'accès aux gares", a confirmé à l'AFP une porte-parole de la SNCF. "On n'est pas en capacité d'encadrer un journaliste (...) partout en France, c'est impossible, ingérable pour nous. Toute autorisation de tournage doit être associée à la présence d'un attaché de presse en gare". Mercredi, il n'y aura pas d'images autorisées car la SNCF "concentre tous les médias au même endroit, au même moment quand (elle) a quelque chose à annoncer", selon cette porte-parole.
Parallèlement, la SNCF propose aux chaînes des images tournées par ses propres équipes.
Un journaliste de BFMTV précise que la chaîne a eu "une autorisation mardi pour un horaire précis, calé la veille, accompagné par un attaché de presse". "Mais il est vrai que la règle pour une grève, c'est qu'on ne peut pas tourner à l'intérieur des gares. Parfois on brave l'interdit jusqu'à ce qu'un vigile arrive", a indiqué ce journaliste. "Heureusement, nous avons des témoins qui nous envoient des vidéos".
13h20: La direction de la SNCF a annoncé mercredi un «retour progressif à la normale» jeudi, à la fin de la première période de grève contre le projet de réforme ferroviaire, mais le trafic sera encore perturbé sur les lignes régionales, notamment les Intercités.

- Si le trafic TGV est annoncé «quasi-normal», trois trains sur quatre sont prévus pour les «trains du quotidien» (Transilien en région parisienne, TER en régions) et trois sur cinq pour les Intercités, indique dans un communiqué la SNCF, qui avertit que des perturbations pourront subsister en début de matinée.

- Les lignes internationales seront «peu» perturbées, selon la SNCF. Le programme de circulation sera consultable à partir de 17H00 mercredi sur les sites d’information de la SNCF, précise la compagnie.

- Pour les TGV, le trafic sera normal sur les axes Est, Atlantique et Sud-Est, quasi-normal sur le Nord et les liaisons interrégionales. Une reprise est prévue pour les trains à bas coûts Ouigo avec deux trains sur cinq.

- En Ile-de-France, le trafic est annoncé «normal» sur les lignes A et B du RER. Trois trains sur cinq circuleront sur la ligne C, deux sur trois sur la D et un sur deux pour le RER E. Pour les TER en régions (trois trains sur quatre), le trafic sera «peu perturbé» en heure de pointe, précise l’entreprise.

- Les Intercités seront les plus touchés, notamment l’axe Paris-Granville (deux sur cinq) et Paris-Le Havre (un sur deux). Trois lignes seront encore complètement privées de desserte.

12h12: Le taux de grévistes global est de 29,7 % selon la direction, en baisse par rapport à hier (il était de 33,9 %).

11h40: Les députés Les Républicains devraient s’entendre pour voter «pour» la réforme de la SNCF, ou «s’abstenir», a estimé mercredi Damien Abad, un des vice-présidents du parti, qui, pour sa part, la votera.
Un autre vice-président des Républicains, Guillaume Peltier, avait expliqué dès mi-mars qu’il ne la voterait pas car le projet du gouvernement ne s’attaque pas à la question du régime spécial de retraite des cheminots et ne s’engage pas clairement selon lui sur le maintien des petites lignes de trains.
Plus généralement, les responsables du parti ont tous souligné ces dernières semaines être favorables à l’ouverture à la concurrence.
«Clairement, nous sommes favorables au principe de cette réforme car elle est dans l’intérêt supérieur du pays», a assuré mercredi à L’Opinion Geoffroy Didier, secrétaire général délégué des Républicains. Il a néanmoins noté que «des interrogations méritent d’être levées», en particulier sur la question de «la survie des petites lignes».

10h30: Un point sur le trafic aujourd'hui

09h45: Mercredi, à 07H30, on comptabilisait 350 km de bouchons cumulés en Ile-de-France, selon le site d’information routière Sytadin, soit le double de la moyenne habituelle (175 km) sur le réseau à la même heure.

09h40: Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, a estimé à propos du climat social que l’herbe étant «sèche», il ne fallait «pas grand-chose pour que cela brûle». Quant à Philippe Martinez (CGT), il a appelé Emmanuel Macron et le gouvernement à «se déboucher les oreilles» face au «très grand mécontentement» social.

09h32: Edouard Philippe sera l'invité de France Inter jeudi à 8H20, a annoncé la radio, alors que le gouvernement fait face à une mobilisation importante des cheminots contre la réforme du rail et que sont attendus les arbitrages sur la réforme des institutions. Le Premier ministre devrait s'exprimer "surtout sur le dossier de la SNCF", afin de faire de "la pédagogie", a précisé Matignon, interrogé par l'AFP.

La tempête sociale touche aussi d'autres secteurs: la CGT a entamé mardi une grève pour la création d'un "service public national" des déchets et a déposé un préavis dans le secteur de l'énergie. L'enseignement supérieur est lui aussi sous tension, marqué par une mobilisation dans plusieurs universités contre la nouvelle loi sur l'entrée à l'université.
Une communication du Premier ministre sur la révision de la Constitution est par ailleurs à l'ordre du jour du Conseil des ministres mercredi matin, de même que la présentation du projet de loi Logement, qui prévoit une réorganisation du secteur HLM.

08h34: Transilien : Par rapport à mardi, la situation est en légère amélioration avec un Transilien sur cinq.

Un RER A sur deux Un RER B sur quatre Un RER C sur cinq Un RER C sur six Un RER E sur trois Un train sur trois pour les lignes H, J, K, L et P Un train sur sur quatre pour la ligne N Aucun train ne circule sur les lignes R et U

06h01: Alain Krakovitch, directeur de Transilien, précise que "la journée de mercredi sera encore très difficile". Avant d'expliquer que deux incidents se sont produits aujourd'hui, deux personnes ont été blessées dont une dame à la tête Gare de Lyon .

Mathias Vicherat, le directeur adjoint de la SNCF, annonce que le trafic sera encore très perturbé mercredi avec 1 TGV sur 7, un TER et un Transilien sur 5. Et de préciser que jeudi sera la journée de la reprise avec un trafic "quasi normal avec de légères perturbations".

05h23: Sans surprise, le trafic a été extrêmement perturbé hier, mardi,sur tout le réseau ferroviaire. Un TGV sur huit roulait en moyenne et un TER sur cinq. Le trafic du RER a aussi été très touché. De nombreux salariés ont préféré prendre leur voiture, ce qui a occasionné des centaines de kilomètres de bouchons en direction des grandes agglomérations. Les solutions alternatives comme le covoiturage et l'auto-stop citoyen ont montré leurs limites.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de brems
4/avril/2018 - 19h25

qui peut bien donner de l argent pour cette cagnotte ? Ces mecs font grève empêchent d autres d aller au boulot voir d aller à des entretiens d embauche alors qu ils sont déjà des privilégiés. C est vraiment une honte ! Ces 200 000 euros devraient servir à aider les gens dans le besoin pas ceux qui ennuient les autres. J espère que Macron ira au bout ce pays a besoin d être réformé ENFIN !

Portrait de Wouhpinaise
4/avril/2018 - 18h03
Supertomate a écrit :

A la mairie, c'est pareil

Il y a la moitié des gens qui ne servent à  rien

Et dire qu'il sont payés avec nos impôts tous ces tire au flanc

Ca me rappelle un sketch de Noelle Perna : "Vous savez comment je les appelle moi les fonctionnaires de la mairie de Nice ? Des mikados ! Le premier qui bouge il a perdu !"  smiley

Portrait de zig et puce
4/avril/2018 - 17h07
Bysâr a écrit :

Ce qui veut dire que dans cette entreprise prés de la moitiés des salariée ne servent à rien puisqu'ils ne sont même pas foutu de faire rouler un train, alors que ça devrait être ça le métier de cheminot, et pas de pondre des camemberts dans des bureaux!

Il est la le problème à la SNCF (mais pas que) trop de cadres qui servent , en effet,  à rien