05/03/2018 14:00

La veuve d'Alain Bashung, Chloé Mons, réagit aux dires de l'ex-femme du chanteur: "Personne n’a été déshérité, Alain a été extrêmement équitable avec tout le monde"

La famille Hallyday n'est pas la seule à ne pas s'entendre sur l'héritage. La veuve d'Alain Bashung a réagi, dans "Paris Match", aux dernières déclaration de l'ex-femme du chanteur, qui avait comparé la situation de Laura Smet et David Hallyday à celle de son fils, Arthur.

"Comme Laura et David Hallyday, Arthur n’a rien hérité de son père pour l’instant. (...) Alain avait laissé à sa veuve tous ses droits d’auteur, bénéfices artistiques, biens, meubles et effets personnels. De plus, il n’a aucun droit de regard sur l’utilisation de l’image de son père", avait-elle expliqué.
La principale intéressée, Chloé Mons, a pointé du doigt cette affaire "épouvantable et nauséabonde". "Alain est mort depuis 9 ans. Depuis 9 ans, j’entends des bruits de couloirs assez infamants à mon égard", a-t-elle expliqué. Et de continuer : "Les documents parlent d’eux-mêmes et expliquent beaucoup de choses. On voit notamment dans le jugement rendu par le tribunal à qui a été distribué l’argent. Il n’est pas allé qu’à moi. Dans ce jugement, il est intéressant de voir que les termes du testament sont repris. Ce sont des phrases qu’Alain avait écrites, c’était sa volonté. Personne n’a été déshérité, Alain a été extrêmement équitable avec tout le monde".
La jeune femme rappelle que son défunt mari "savait très bien ce qu’il faisait". "J’en ai marre qu’on essaye d’entacher son image. Il n’était ni un sale type, ni un mec irresponsable, comme on essaye de le faire croire en ce moment", a ajouté la veuve de l'interprète de "La nuit je mens".
Et de se justifier une dernière fois : "En pleine conscience de tout, il a pris toutes ses décisions, seul ! C’était un homme qui savait ce qu’il faisait".
.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de brems
5/mars/2018 - 20h12
burgiba a écrit :

La lecture de la décision de justice sur le site de Paris-Match est édifiante.

Je fécilite Chloé Mons. Pas pour son honnêteté intellectuelle, tout ce qu'elle dit est faux et Alain Bashung a bien cherché à déshérité son fils, mais pour sa malice en pensant que personne n'ira lire la décision de justice.

En bref, le père Bashung a prévu de tout léguer à Chloé Mons en arguant qu'il en avait déjà assez donné à sa seconde femme, mère d'Arthur. La décision du 9 avril 2013 est venu rééquilibrer les choses en prévoyant de faire comme Bashung le prévoyait, mais dans la limite de la loi en prévoyant notamment une capitalisation des droits d'auteur dont une part reviendra bien au fils Bashung. Le hic pour lui est qu'il sera "actionnaire minoritaire" et n'aura pas son mot à dire sur les rééditions et la gestion du droit à l'image (juste son chèque à encaisser). Le plus gros des parts revenant à Chloé Mons et Poppée, sa fille.

Ce n'est pas Alain qui "a été extrêmement équitable avec tout le monde", ce sont les juges. :)

Bravo pour cette analyse. En espérant que les juges français fassent de même avec les enfants biologiques de Johnny.

Portrait de LaRésistante.
5/mars/2018 - 16h47
Citoyen85 a écrit :
C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes !

Mais pas avec de jeunes carottes ...smiley

Portrait de LaRésistante.
5/mars/2018 - 16h07
Philou02 a écrit :

Les artistes ont décidément le même défaut à savoir prendre une femme beaucoup plus jeune :)

Un défaut ? pourquoi? Si vous aviez le choix, vous prendriez une Ferrari neuve rutilante, sortie de la chaîne de montage ou une vieille Trabant avec 150 000 au compteur?
Portrait de Bastien_Valkor

Les pauvres je les plains vraiment. !!