02/02/2018 18:55

EN DIRECT - Crash de deux hélicoptères dans le Var: Un bilan fait état de cinq morts - "L'hypothèse de travail est celle d'une collision" (procureur)

18h56: Le point complet sur l'enquête

"L'hypothèse de travail est celle d'une collision entre les deux appareils", a déclaré le procureur de Marseille vendredi, après la mort de cinq militaires dans le crash de leurs deux hélicoptères dans la matinée, dans le Var, à une cinquantaine de kilomètres de Saint-Tropez. Précisant que les deux Gazelle de l'Ecole de l'aviation légère de l'armée de terre (EALAT) du Cannet-des-Maures n'étaient pas équipés de boîte noire, Xavier Tarabeux, le procureur de Marseille, a ajouté que l'hypothèse d'une collision des appareils avec une ligne haute tension était par contre "exclue".

Si la collision en vol est privilégiée, "compte tenu des premiers éléments", le lieu exact et la raison de cette collision sont par contre inconnus, a ajouté le procureur de Marseille, lors d'un point presse improvisé, aux côtés de la ministre des Armées Florence Parly, sur le tarmac de l'EALAT, devant un hangar déserté par le personnel et dans un silence de plomb. Xavier Tarabeux a précisé que les deux appareils s'étaient écrasés à 600 m de distance, l'un sur la départementale D24, l'autre dans un bois, et que "les pilotes étaient expérimentés, y compris les stagiaires à bord".

Selon l'adjoint au général commandant l'EALAT, ce sont deux instructeurs, avec une grande expérience, de 3.000 à 5.000 heures de vol, qui étaient aux commandes des deux appareils. "Je ne crois pas que ce soit une erreur de pilotage, peut-être une erreur d'inattention, ou un problème mécanique", avait-il déclaré plus tôt à l'AFP, juste avant ce point-presse.

L'accident a eu lieu près du lac de Carcès, sur le territoire de la commune de Carcès, entre 08H30 et 08H45, a précisé le procureur, très peu de temps donc après leur décollage, vers 08H30, alors que l'exercice prévu n'avait pas encore débuté. Aucun des cinq militaires à bord, trois instructeurs et deux stagiaires, n'a survécu à l'accident.

L'enquête a été confiée au parquet de Marseille, compétent via son pôle chargé des affaires militaires, et elle est menée par la section de recherches de la gendarmerie de l'air. Le Bureau enquête accident Défense est également saisi, a précisé M. Tarabeux.

16h15: Le procureur de Marseille s'est également exprimé

"L'accident est intervenu entre 8h30 et 8h35. Les victimes volaient dans le cadre d'une formation. On étudie l’hypothèse d'une collision sans qu'on puisse déterminer les conditions exactes  dans lesquelles elle est intervenu. Il y a beaucoup d’éléments au sol. J'ai saisi la gendarmerie de l'air pour conduire l'enquête. On ne peut pas conclure sur une cause précise aujourd'hui, il est trop tôt", a-t-il déclaré.
Et d'ajouter : "Quelques témoins sont en cours d'audition. Il faut qu'on puisse recueillir d'autres témoignages pour conforter les premiers éléments recueillis. L'appareil n'a pas percuté une ligne électrique. L'accident est survenu très peu de temps après le décollage et les pilotes étaient expérimentés, y compris les stagiaires. Les pilotes sont régulièrement suivis sur le plan médical. Il n'y a pas de boite noire à bord des Gazelle. Un travail minutieux va être accompli par les services de la gendarmerie".

16h13: Florence Parly, la ministre des Armées, s'est exprimée face à la presse

"Cet accident, cette catastrophe, est un drame. J'ai tenu à me rendre dès aujourd'hui auprès des camarades des disparus pour leur exprimer ma compassion, pour être à leurs cotés, pour partager la très vive émotion qui les secouent. J'ai une pensée particulière pour les familles, les proches des disparus qui vivent une terrible épreuve", a-t-elle déclaré.
Et d'ajouter : "Les familles, proches, savent qu'elles peuvent compter sur l'engagement des armées, du ministère, sur mon engagement pour les accompagner dans cette terrible épreuve".

15h04: La ministre des Armées, Florence Parly, vient d'arriver sur place

14h03: Jean-Luc Videlaine, le préfet du Var, a expliqué au micro de France Bleu Provence que "le premier appareil s'est écrasé sur une route départementale et l'autre sur une zone boisée". "Un hélicoptère est complètement disloqué. Le deuxième a brûlé", a-t-il ajouté. A leur bord se trouvaient "des moniteurs et des stagiaires". Les causes du drame ne sont "pas identifiables" pour l'instant.
13h30: Le point à 13h30

Deux hélicoptères d’une école de l’armée de Terre se sont écrasés dans des circonstances encore inconnues vendredi matin dans le Var, à une cinquantaine de kilomètres de Saint-Tropez, faisant cinq morts, un des bilans les plus dramatiques des dernières années pour ce type de catastrophe.

Les deux appareils se sont écrasés --sans doute après s’être percutés-- au sud du lac de Carcès, sur sa rive, près de Brignoles. Dans l’un des hélicoptères, les secours ont retrouvé trois corps. Une quatrième victime a été retrouvée dans l’autre hélicoptère, selon la préfecture du Var. Un cinquième corps était recherché sous la carlingue d’un appareil, selon les gendarmes.

Les victimes de la catastrophe étaient tous des officiers, a ajouté une source proche de l’enquête, confiée au parquet de Marseille et menée par la section de recherches de la gendarmerie de l’air.

Sur place, à proximité immédiate des lieux de l’accident où est attendue en début d’après-midi la ministre des Armées Florence Parly, deux hélicoptères de gendarmerie participaient encore en fin de matinée à des recherches.

Les hélicoptères impliqués dans l’accident sont deux Gazelle de l’École de l’aviation légère de l’Armée de terre (EALAT), dont une des bases est implantée au Cannet des Maures, a encore précisé la préfecture du Var dans un communiqué. Le préfet du Var, Jean-Luc Videlaine, arrivé sur place vendredi en fin de matinée, a activé son centre opérationnel départemental pour coordonner les secours.

«Très vive émotion suite au tragique accident survenu ce matin dans le Var. Je rends hommage aux militaires tués et je veux dire à leurs familles et leurs frères d’armes ma solidarité et mon soutien total», a réagi Florence Parly sur Twitter. Le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’Etat-major de l’armée de Terre, a quant à lui exprimé dans un sms reçu par un journaliste de l’AFP sa «profonde tristesse et solidarité avec les familles et les proches des victimes, ainsi que les camarades de l’Alat».

La Gazelle, dont les premiers exemplaires sont entrés en service dans l’armée au début des années 1970, est un hélicoptère léger de reconnaissance et d’attaque de fabrication française.

La catastrophe de vendredi est une des plus graves survenues ces dernières années en France. Le 20 mai 2016, un hélicoptère de la gendarmerie de Targes s’était écrasé à Cauterets (Hautes-Pyrénées), tuant quatre gendarmes. L’enquête avait conclu à des erreurs du pilote.

Le 25 avril 2009, cinq personnes dont un bébé né en vol et sa mère avaient péri en Corse dans l’accident d’un hélicoptère de la Sécurité civile qui s’était écrasé par mauvais temps dans des montagnes au sud-ouest de Bastia, en tentant de gagner l’hôpital de la ville.

12h57: La préfecture du Var vient de publier un nouveau communiqué après le crash survenu ce matin entre deux hélicoptères. "Les secours ont retrouvé trois corps sans vie dans un hélicoptère et deux victimes dans le second", précise le texte.

Jean-Luc Videlaine, le préfet du Var, est actuellement à Carcès auprès des secours.

12h52: Sur Twitter, Edouard Philippe a tenu à adresser "[ses] plus sincères condoléances" aux familles et aux frères d'armes des militaires décédés.

12h26: L'Elysée vient de publier un communiqué après le crash de deux hélicoptères survenu ce matin. "C’est avec une grande émotion que le Président de la République a appris ce matin la mort de cinq pilotes d’hélicoptères de l’armée de Terre, à la suite d’un accident lors d’un vol d’entrainement dans la région du Luc-en-Provence dans le Var", précise le texte.

Et d'ajouter qu'Emmanuel Macron "exprime son profond respect pour l’engagement de ces officiers qui s’entrainaient afin de se préparer à leurs futures missions. Il rappelle que les militaires de l’armée de Terre, comme ceux des autres armées françaises, sont engagés chaque jour dans de multiples opérations qu'ils remplissent, avec courage et efficacité, pour notre sécurité"
"Le chef de l'Etat adresse ses très sincères condoléances aux familles et aux proches de ces militaires ainsi qu'à leurs camarades. Il les assure de la pleine solidarité de la Nation en ces douloureuses circonstances", conclut le communiqué.

11h58: "L'Armée française est endeuillée", toutes les victimes "sont des militaires", a indiqué le président de la région PACA à BFMTV

11h40: Sur Twitter, la ministre des Armées, Florence Parly, a tenu à "rendre hommage aux militaires tués". "Je veux dire à leurs familles et leurs frères d'armes ma solidarité et mon soutien total", a continué la Ministre sur le réseau social qui précise qu'elle sera sur place "cet après-midi".

11h05: Le point à 11h00

Deux hélicoptères de l'armée française se sont écrasés vendredi matin après s'être percutés près du lac de Carcès, dans le sud-est de la France, faisant au moins cinq morts, a-t-on appris vendredi matin de source proche de l'enquête.
"Les hélicoptères se sont percutés, il y avait trois personnels dans l'un et deux dans l'autre, tous sont morts", a-t-on déclaré à la compagnie de gendarmerie de Brignoles. Vers 09H00 GMT, tous les corps n'avaient pas été retrouvés, l'un d'entre eux étant encore coincé sous la carlingue d'un appareil.
Les hélicoptères militaires impliqués dans l'accident sont deux appareils de l'École de l'aviation légère de l'Armée de terre (EALAT) du Cannet-des-Maures, à 40 km de Saint-Tropez, a précisé la préfecture du département du Var dans un communiqué.
Ce matin, une vingtaine de militaires étaient sur place, ainsi que le commandant de groupement de gendarmerie et le sous-préfet du Var. Deux hélicoptères de secours Dragons et un hélicoptère de gendarmerie ont été déployés sur place.

La ministre des Armées, Florence Parly, va se rendre sur les lieux du crash en début d'après-midi.

10h43: "Les hélicoptères se sont percutés, il y avait trois personnels dans l'un et deux dans l'autre", indique la compagnie de gendarmerie de Brignoles à l'AFP

10h42: La ministre des Armées, Florence Parly, va se rendre sur les lieux du crash en début d'après-midi. La gendarmerie fait état d'un bilan d'au moins cinq morts.

10h39: Au moins quatre personnes sont mortes dans le crash de deux hélicoptères de l'armée dans le Var, annonce le préfet du Var sur BFMTV

10h31: Une vingtaine de militaires sont sur place, ainsi que le commandant de groupement de gendarmerie et le sous-préfet du Var.

10h20: Le ministère des Armées, interrogé par Franceinfo, évoque pour l'instant un bilan "d'au moins trois morts"

10h04: Le point à 10h00

Deux hélicoptères de l’armée se sont écrasés dans des circonstances encore inconnues près du lac de Carcès (Var), à une cinquantaine de kilomètres de Saint-Tropez, faisant au moins 5 morts, a-t-on appris vendredi matin de source proche de l’enquête.

Deux Dragons et un hélicoptère de gendarmerie ont été déployés sur place. Des recherches sont en cours pour retrouver la 6e personne à bord de ces appareils.

10h00: La préfecture du Var vient de publier un communiqué. Le préfet indique que "deux hélicoptères de l'Ecole de l'aviation légère de l'Armée de terre du Cannet des Maures se sont écrasés sur le secteur de Cabasse/Carcès".

"Le Préfet du Var a ouvert une cellule de crise pour coordonner les secours", précise le communiqué.

09h56: Deux Dragons et un hélicoptère gendarmerie ont été déployés afin de retrouver une sixième victime.

09h46: Un premier bilan fait état d'au moins cinq personnes mortes. Les pompiers sont sur place.

09h44: Aujourd'hui, tôt dans la matinée, deux hélicoptères de l'armée se sont crashés entre Cabasse et Carcès, dans le Var. Selon Var Matin, "le drame aurait eu lieu sur les rives du lac de Carcès près de la station Véolia".

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Députéhonnête-mdr
2/février/2018 - 19h28

on ne comprends pas cette manie de faire décoller deux hélicos en même temps ????? accident similaire à Dropperd ??

Portrait de ajc21
2/février/2018 - 15h38

tragique mais encore on a  de la chance  (si on peux dire ) car l'un des deux est tombé sur une route, heureusement déserte