28/05/2017 20:06

Découvrez le palmarès complet du 70è Festival de Cannes qui s'est achevé ce dimanche soir

Enorme surprise à Cannes: la Palme d'or a été attribuée dimanche au film suédois "The Square", réalisé par Ruben Östlund, une comédie féroce qui tourne en dérision le monde de l'art et de la bonne société. Ostlund, qui avait remporté le prix du Jury 2014 dans la catégorie "Un certain regard" pour "Force majeure", apporte à la Suède sa première Palme.

Dans "The Square", l'acteur danois Claes Bang incarne un conservateur d'un musée d'art contemporain, qui prépare une exposition sur la tolérance et la solidarité. Son univers bascule soudainement avec le vol de son portable et de son portefeuille alors qu'il porte secours à une femme. Un subterfuge des voleurs.

"C'est un film formidable et une équipe formidable", s'est exclamé sur la scène du Palais des festivals Östlund, qui a reçu son prix des mains du président du jury Pedro Almodovar et de Juliette Binoche.

Son film avait été ajouté à la dernière minute à la compétition.

Dans son film, un des rares à avoir fait rire aux éclats les spectateurs, notamment avec une scène de préservatif, Ruben Östlund a voulu dénoncer par le sarcasme les petites et grandes lâchetés des nantis cultivés face aux migrants, réfugiés et SDF. "Il (Östlund) a réalisé ce film extrêmement drôle d'une main de maître.

Ca parle du politiquement correct, qui est une dictature, peut-être aussi horrible que n'importe quelle autre dictature. Ce sujet aussi sérieux a été traité avec une imagination incroyable", a commenté Pedro Almodovar

Alors que "120 battements par minute" du Français Robin Campillo et "Faute d'amour" du Russe Andreî Zviaguintsev faisaient figure de favoris, "The Square" s'est démarqué dans une sélection où la noirceur a prédominé.

Robin Campillo a tout de même remporté le Grand Prix pour son film coup de poing sur les combats de l'association Act Up à Paris pendant les années Sida.

Dans ce film, il restitue les opérations spectaculaires d'Act Up, des jets de poches de faux sang aux débats pour décider des actions à mener...

Mais il montre aussi le sexe, l'amour, les gay prides et les soirées exutoires au son de la house musique, qui donne son titre au film.

Autre surprise: alors que son film avait été accueilli tièdement, la réalisatrice américaine Sofia Coppola a remporté le Prix de la mise en scène pour "Les Proies", son remake du film éponyme de Don Siegel (1971), qui raconte l'irruption d'un soldat blessé (Colin Farrell) dans un pensionnat de jeunes filles dirigé par Nicole Kidman dans l'Amérique de la guerre de Sécession.

Caméra d'or: Léonor Seraille pour le film "Jeune femme"

Palme d'or du court-métrage: Xiao Cheng Er Yue (Une nuit douce") de QIU Yang

Prix du scénario à deux lauréats:  "Mise à mort du cerf sacré", de Yorgos Lanthimos et "You Were Never Really Here", de Lynne Ramsay

Prix du jury : Nelyubov d'Andrey Zvyagintsev

Prix de l'interprétation féminine à Diane Kruger dans" In the Fade "

Prix de l'interprétation masculine à Joaquin Phoenix pour "You Were Never Really Here", de Lynne Ramsay

Prix de la mise en scène à Sophia Coppola pour "Les Proies"

Grand Prix du jury pour "120 battements par minute" de Robin Campillo

Un prix spécial à l'occasion du 70è anniversaire du Festival de Cannes attribué à Nicole Kidman

Palme d'or au film "The square"  de Ruben Östlund

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Lilounette92
12/juin/2017 - 00h24
Filoû02 a écrit :

Ah ok c'est déjà fini !! Je ne savais même pas que c'était commencé smiley

Idem
Portrait de Lilounette92
12/juin/2017 - 00h24
saxie59 a écrit :

pour certains le 7 art se résume a harry potter et aux avengers...

Ha bon vraiment
Portrait de Lilounette92
12/juin/2017 - 00h24
Une cérémonie qui ne me dit rien
Portrait de Abruti de 1ere
29/mai/2017 - 06h48

Je préfère mon curé chez les nudistes que tout ces films de psychopathes !

Portrait de annychancel

Si heureux que '120 Battements Par Minute' ait reçu le Grand Prix ( à défaut de la convoitée Palme!).

Portrait de annychancel
B612 a écrit :

Pour info, Ruben Östlund (Palme d'Or) est suédois, Léonor Séraille et Robin Campillo sont français, Xiao Cheng Er Yue est chinois, Yorgos Lanthimos est grec, Andrey Zvyagintsev est russe, et Lynne Ramsay est britannique...

Bien dit. Bravo.

Portrait de Filoû02
28/mai/2017 - 20h47

Ah ok c'est déjà fini !! Je ne savais même pas que c'était commencé smiley

Portrait de Aphanice
28/mai/2017 - 19h03 - depuis l'application mobile

Chanellyne, tu m'as l'air bien naze toi ! pdr !
Frustré(e) et jugeant sûrement que la culture est un mal à combattre..

Portrait de Chanellyne
28/mai/2017 - 14h44

Mais c'est de la merde,c'est truqué,bourré de fils de ,emerdifiant,juifisant,ces films sont les moins intéressants du monde ."Le festival des égos ,du copinage,du mensonge" et nous les pequenos ne sommes pas en admiration devant des robes des costards des bijoux à 600000euros,le monde a changé et ça ne fonctionne plus ,au contraire,nous trouvons cela indécent,ridicule,inutile,vous essayez de nous l'imposer sur les blogs ,au journal télévisé,bref,partout alors qu'on n'en veut plus,on  en veut pas !a branche de laurier tu la prends et tu te l'enfonce dans le cul,ou dans celui de Adèle ou l'autre fille de léa Seydoux traiter ce film immonde de chef d'oeuvre ,vive les dégénérés du festival de Cannes.Le taré de réalisateur qui se comportait comme un pervers sur le tournage a réalisé un fantasme ,vive l'islam pur!