26/05/2017 07:48

Manchester - Les autorités britanniques ont indiqué avoir terminé l'identification des victimes de l'attentat

07h42: La police britannique a procédé à une dixième arrestation dans l'enquête sur l'attentat suicide commis lundi soir à Manchester, annoncent les autorités dans un message diffusé sur Twitter. La police précise que l'homme a été arrêté dans le secteur de Moss Side, un quartier du sud de Manchester.

 

JEUDI 25 MAI

 

20h10: Les autorités britanniques ont indiqué avoir terminé l'identification des victimes de l'attentat.

Parmi les 22 personnes disparues, au moins trois enfants, mais aussi de jeunes adultes et des parents.

La plus jeune victime, Saffie Rose Roussos, avait 8 ans. Une minute de silence a été observée jeudi midi en hommage.

18h36: L'enquête commence à lever le voile sur l'auteur de l'attentat, Salman, qui a baigné dans un contexte familial jihadiste et était animé par un désir de "vengeance", selon ses proches.

Né à Manchester de parents libyens ayant fui le régime de Mouammar Kadhafi, il s'était récemment rendu en Libye avant de regagner la Grande-Bretagne quatre jours avant. Il était "plutôt à l'écart, tranquille et réservé", a dit à l'AFP un porte-parole de la communauté libyenne à Manchester, Mohamed Fadil.

"Les gens savaient qu'il avait des problèmes de comportement, il n'était pas respectueux ni poli, plutôt introverti et très bizarre, on dit dans la communauté qu'il buvait de l'alcool et fumait de l'herbe", a-t-il assuré.

13h24: Le père de l'auteur présumé membre d'un ex-groupe islamiste

12h30: La Première ministre britannique Theresa May a indiqué qu'elle allait demander au président américain Donald Trump lors du sommet de l'Otan à Bruxelles jeudi le respect de la "confidentialité" des informations partagées entre services de renseignement sur l'attentat de Manchester.

"Je vais clairement dire au président Trump que les renseignements qui sont partagés entre nos services respectifs doivent rester confidentiels", a dit Mme May, après plusieurs fuites publiées dans les medias américains dans l'enquête sur l'attentat qui a fait 22 morts lundi soir.

11h15: L'auteur de l'attentat qui a fait 22 morts à la sortie d'un concert lundi soir à Manchester est "sans doute" passé par la Syrie, a déclaré mercredi matin le ministre français de l'Intérieur, Gérard Collomb.

"Nous ne savons que ce que les enquêteurs britanniques nous ont appris. (Il s'agit de) quelqu'un de nationalité britannique, d'origine libyenne, qui avait grandi en Grande-Bretagne et qui, tout d'un coup, après un voyage en Libye puis sans doute en Syrie, se radicalise et décide de commettre cet attentat", a-t-il dit sur BFMTV.

10h11: Une minute de silence sera observée dans tout le Royaume-Uni à midi (heure de Paris) à la suite de l'attentat survenu lundi soir à Manchester. 

09h33/ La police antiterroriste britannique a regretté jeudi la "divulgation non autorisée" d'informations notamment aux Etats-Unis sur l'attentat contre un concert lundi à Manchester, jugeant que cela "nuisait" à l'enquête.

"Nous apprécions grandement les relations étroites que nous avons avec nos partenaires des services de renseignements et des forces de sécurité à travers le monde" avec qui nous "partageons des informations sensibles" mais "quand cette confiance est rompue, cela compromet ces relations et nuit à nos enquêtes", a affirmé un porte-parole de la police britannique chargée du contre-terrorisme.

"Les dégâts sont encore plus grands quand cela implique la divulgation non autorisée de preuves potentielles au beau milieu d'une importante enquête du contre-terrorisme", a ajouté ce porte-parole.

Des images de la police britannique ont été publiées mercredi par le New York Times et montrent un détonateur que le kamikaze aurait tenu dans sa main gauche, des morceaux de métal et des vis jonchant le sol, ainsi que des fragments d'un sac à dos bleu déchiqueté.

Ces éléments, analysés par des artificiers interrogés par le quotidien, permettent de déduire que la bombe était "puissante, dotée d'une charge ultra-rapide, mais aussi que les morceaux de métal ont été disposés avec soin et méthodiquement" pour faire le maximum de dégâts.

Jeudi, la BBC a affirmé que la police de Manchester a cessé de transmettre des informations sur l'enquête aux autorités américaines suite à ces fuites.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, les autorités britanniques s'étaient déjà dites "furieuses" après ces fuites dans les médias américains ou par d'autres canaux.

"Nous sommes furieux. C'est complètement inacceptable", a indiqué mercredi une source gouvernementale.

La ministre britannique de l'Intérieur, Amber Rudd, avait également fait part plus tôt de son exaspération.

"La police britannique a été très claire sur le fait qu'elle veut contrôler le flux d'informations, afin de protéger l'intégrité opérationnelle" de l'enquête et pouvoir bénéficier "d'éléments de surprise", a déclaré la ministre sur la BBC.

Quelques minutes après cette déclaration agacée, le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb, affirmant ne savoir "que ce que les enquêteurs britanniques nous ont appris", révélait que le kamikaze présumé de l'attentat était "sans doute" passé par la Syrie et avait des liens "avérés" avec le groupe Etat islamique.

L'attentat lundi soir à la sortie d'un concert de la pop-star américaine Ariana Grande, revendiqué par le groupe Etat islamique, a fait 22 morts et des dizaines de blessés, dont de nombreux enfants.

08h26: Deux hommes ont été arrêtés jeudi matin dans la région de Manchester (nord-ouest de l'Angleterre), "en lien" avec l'attentat de lundi, tandis qu'une femme interpellée mercredi a été libérée sans inculpation, a annoncé la police britannique.

Ces nouvelles arrestations portent à huit le nombre d'hommes actuellement en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'attentat, revendiqué par le groupe Etat islamique, perpétré lundi soir à l'issue d'un concert et qui a fait 22 morts, a précisé la police.

 

MERCREDI 24 MAI

 

16h00 : "Nous sommes en train d'enquêter sur un réseau (...) Nous avons mené plusieurs perquisitions" a déclaré le porte-parole de la police de Manchester.

12h44: Le Premier ministre Édouard Philippe s'exprime à la sortie du Conseil des ministres :

"La menace demeure à un très haut niveau"

"Nous sommes au deuxième niveau sur une échelle qui en comporte trois". 

"Le rétablissement du contrôle aux frontières est justifié et restera opérationnel". 

"L'État d’urgence est en vigueur jusqu’au 15 juillet et le président de la République a demandé ce matin une prorogation supplémentaire" le temps de l'écriture d'une nouvelle loi anti-terroriste.

"Les derniers attentats déjoués et les récentes interpellations indiquent que la menace concerne toutes les générations et les deux sexes.

Quasiment chaque semaine, les services procèdent à des arrestations en lien avec la menace islamiste"

11h37: Emmanuel Macron veut une nouvelle loi pour renforcer "la sécurité face à la menace terroriste"

11H35: La police britannique annonce avoir interpellé trois hommes à Manchester "en lien" avec l'attentat

10h44: Les médias britanniques, dont Skynews, dévoilent la photo du terroriste présumé 

10h32: 20 personnes blessées sont encore dans un état critique, selon un nouveau bilan

10h24: Emmanuel Macron va saisir le Parlement pour la prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre

10h02: L'auteur de l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts lundi soir était connu des services de renseignement et n'a "probablement pas agi seul", a déclaré mercredi la ministre britannique de l'Intérieur Amber Rudd à la BBC.

Le kamikaze, Salman Abedi, un Britannique d'origine libyenne, n'a "probablement pas agi seul", a dit Mme Rudd, soulignant que l'attentat qui a visé un concert pop était "plus sophistiqué que d'autres".

09h21: Le terroriste présumé était connu des services de sécurité britannique avant l'attentat (ministre de l'Intérieur)

 

MARDI 23 MAI

 

23h22: Lors d'une conférence de presse, la première ministre britannique Theresa May a annoncé mardi soir que le niveau d'alerte était relevé dans le Royaume-Uni, passant de "grave" à "critique", son plus haut niveau.

Elle a estimé qu'une nouvelle attaque contre le Royaume-Uni était probablement "imminente".

"Le centre indépendant qui évalue le niveau d'alerte en fonction des informations disponibles a jusqu'à présent maintenu le niveau d'alerte. Il a choisi aujourd'hui de le relever.

Nous sommes aujourd'hui à un niveau d'alerte dit 'critique'. Il est donc tout à fait possible que d'autres attaques soient imminentes", a-t-elle déclaré.

Elle a également annoncé que le ministère de la Défense avait décidé d'accéder à la demande de renforts de la police. Lors des grands événements publics, des militaires armés seront donc déployés en appui des policiers (qui au Royaume-Uni sont traditionnellement non armés, NDLR.

20h00: Le point à 20h

La Grande-Bretagne a été frappée, lundi 22 mai, par l’attentat le plus meurtrier depuis douze ans sur son territoire. L’organisation djihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué en début d’après-midi l’attentat par son organe de propagande Amaq, selon le site spécialisé SITE.

Son auteur est un Britannique âgé de 22 ans, Salman Abedi, né à Manchester, a déclaré mardi en fin de journée le chef de la police de Manchester. L’attaque a fait au moins vingt-deux morts et cinquante-neuf blessés à l’issue d’un concert pop lundi soir à Manchester, dans le nord-ouest de l’Angleterre.

Des jeunes et des enfants font partie des victimes.

Une puissante explosion a eu lieu dans l’enceinte de la Manchester Arena, à l’une des entrées de la salle pouvant accueillir 21 000 personnes, à la fin du concert de la chanteuse américaine Ariana Grande, diva du R’n’B et coqueluche des adolescents.

L’explosion a eu lieu vers 22 h 30 (23 h 30 en France).

Des témoins cités par des médias britanniques ont évoqué une « déflagration » à la fin du concert, alors que les lumières venaient de se rallumer et que les spectateurs se dirigeaient vers la sortie.

De nombreux enfants et adolescents assistaient au concert.

L’explosion a semé la panique dans la salle mais aussi dehors, où des parents attendaient la sortie de leurs enfants.

La police a confirmé un bilan de vingt-deux morts, dont des enfants, et cinquante-neuf blessés.

Le bilan était susceptible de s’aggraver puisque de nombreux blessés, orientés vers huit hôpitaux de la ville, étaient dans un état grave, selon la première ministre Theresa May qui s’est rendue dans la journée à Manchester.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Nk0
26/mai/2017 - 02h08
Moks a écrit :

À tous les racistes qui parlent de l'Islam, avant de donner des leçons aux musulmans sur leur religion, nettoyez devant votre porte vu le nombre de pédophile gaulois qu'il y a en France. Et honnêtement, votre avis, les musulmans s'en tapent.

Donc tu peux dire ce que tu veux, pour lui c’était une vengeance contre les "racistes anglais qui n'aime pas les musulman" !!!
Portrait de Nk0
26/mai/2017 - 01h58
Moks a écrit :

À tous les racistes qui parlent de l'Islam, avant de donner des leçons aux musulmans sur leur religion, nettoyez devant votre porte vu le nombre de pédophile gaulois qu'il y a en France. Et honnêtement, votre avis, les musulmans s'en tapent.

L'auteur de l'attentat était animé par un "désir de vengeance" selon un proche L'auteur de l'attentat meurtrier de Manchester était animé par un "désir de vengeance" après qu'un ami d'origine libyenne comme lui, ait été tué en mai 2016 à Manchester, a indiqué à l'AFP un ami de la famille. Selon ce proche qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat, l'ami de Salman Abedi est décédé après avoir été poignardé par de jeunes britanniques à Manchester. "Cet incident a suscité depuis un sentiment de colère chez les jeunes Libyens de Manchester et surtout chez Salman qui a exprimé clairement son désir de vengeance". "Nous avons réussi à calmer les jeunes du quartier qui se sentaient visés par l'attaque en tant que musulmans, mais il semble que Salman n'a pas oublié l'incident", a ajouté la même source. "J'ai personnellement parlé avec lui et j'ai essayé de le convaincre qu'il s'agissait seulement d'un acte criminel".
Portrait de Planisphère
25/mai/2017 - 23h03
Laziq a écrit :

Par l'éducation... Et les bougies parfumées, je tenais à le préciser.

 

D'ailleurs, en 40, on manquait de bougies parfumées... Cela causa notre perte face à l'armée allemande.

 

 

Vous oubliez les fleurs, si possible en plastique recyclé ça dure plus longtemps et c'est écologique. D'ailleurs je pense sincèrement que nos ennemis doivent être terrorisés à la vue de cette déferlante de bons et généreux sentiments...

Portrait de Laziq
25/mai/2017 - 20h41
Noaledge a écrit :

Il y'a donc eu un couac dans la surveillance... il faut non seulelent surveiller ceux qui viennent de Syrie, ceux qui sont la et a coté il y'a des gens en dehors du radar --'. Vraiment on est très mal. Difficile de lutter contre ces gens si ce n'est par l'éducation. C'est une guerre contre des idées.

Par l'éducation... Et les bougies parfumées, je tenais à le préciser.

 

D'ailleurs, en 40, on manquait de bougies parfumées... Cela causa notre perte face à l'armée allemande.

 

 

Portrait de Filoû02
25/mai/2017 - 09h01

De toute façon c'est comme les mauvaises herbes on a beau traiter mais à peine le dos tourné ça a déjà repoussé !!  Nous sommes dans cette configuration !  C'est une guerre sans fin ..

Portrait de soly
24/mai/2017 - 23h06

Il était connu des services de police, que faisait-il dehors?....

Tant que la chiffe mole du monde (alias l'Europe) combattra le terrorisme avec des bougies, des discours et j'oubliais la tour Eiffel qui change de couleur...Les terroristes ont encore de beaux jours devant eux malheureusement....

Portrait de Martino
24/mai/2017 - 14h30
legay a écrit :

 

On commence déja par vérifier si ils ont la double nationalité.

 

 

Près de la moitié des immigrés ayant acquis la nationalité française ont conservé leur nationalité d’origine. Les binationaux sont très rares chez les originaires d’Asie du Sud-Est (moins de 10 %), tandis que plus des deux tiers des immigrés du Maghreb combinent la nationalité française et celle de leur pays d’origine.

 Environ un tiers des descendants nés en France  ayant deux parents immigrés déclarent une double nationalité.

 

(source Institut National d'Etudes Démographiques)

 

Conclusion:  Si ils possèdent une double nationalité, le pays vers lequel on peut les expulser est donc tout trouvé.

Et pour ceux qui ne sont que Français sur papier, ou même de souche pour les reconvertis(Tellement ridicules quand on ces baltringues jouer un rôle mimétique de la culture arabo-musulmane)On créée et on (ré)invente : Déchéance irréversible de la nationalité et bannissement ... pour tous !Liberté et Égalité... même dans l'expulsion !Soyons créatif et novateurs, que diantre !

Portrait de Planète des singes
24/mai/2017 - 13h08

C'est quand même incroyable le nombre de commentaires de personnes qui baissent les bras et ne veulent rien faire en disant c'est trop tard, c'est pas possible... Si nos anciens ne s'étaient bougés le c.. nous parlerions allemand aujourd'hui. Ils doivent se retourner dans leur tombe en voyant la lâcheté dont nous faisons preuve. 

Portrait de Laziq
24/mai/2017 - 13h01
Greg_2001 a écrit :

Et les fichés S ayant des liens avec des mouvements islamistes mais nés en France on les expulse où du coup ?! 

Ceux qui n'ont qu'une nationalité ne peuvent pas être expulsés. Par définition.

 

Les autres, si.

 

Ce n'est pas parce que l'on ne peut pas tout faire que l'on ne doit rien faire. Sinon, dans la vie, on ne ferait rien.

 

C'est si difficile à comprendre ?

Portrait de Laziq
24/mai/2017 - 12h55
Lfa a écrit :

C est comme toi pourquoi tu es en liberté ??!!! Fichier s c est une supposition non un délit si tu es reconnu dans une manif tu deviens automatique fichier s aucun rapport avec le terroriste, tu enlèves le fichier s comment tu vas faire pour surveiller les présumés délinquants !!!

Expulser les fichés S ayant des liens avec des mouvements islamistes vers leur pays d'origine, est une solution qui résout une partie du problème, pas tout le problème mais une partie.

 

Résoudre une partie du problème, c'est limiter le nombre de victimes à venir.

 

Refuser cette solution, c'est accepter certains morts supplémentaires parmi les siens.

 

C'est un choix moral autant que politique : protéger les autres ou protéger les siens.

 

 

 

 

Portrait de Lfa
24/mai/2017 - 12h23 - depuis l'application mobile
Filoû02 a écrit :

C'est comme en France on sait qui est fiché S mais on les laisse libre jusqu'à... 

C est comme toi pourquoi tu es en liberté ??!!! Fichier s c est une supposition non un délit si tu es reconnu dans une manif tu deviens automatique fichier s aucun rapport avec le terroriste, tu enlèves le fichier s comment tu vas faire pour surveiller les présumés délinquants !!!

Portrait de Filoû02
24/mai/2017 - 10h39

C'est comme en France on sait qui est fiché S mais on les laisse libre jusqu'à...