19/02/2017 14:22

La diffusion de la presse a encore reculé en 2016, mais sa baisse a été limitée par la progression des ventes numériques

Si la diffusion de la presse française a encore reculé en 2016, sa baisse a été limitée par la progression des ventes numériques, indiquent les premières tendances diffusées par l'ACPM/OJD.

L'an dernier, les ventes de titres de presse toutes catégories confondues ont baissé de 3,2%, après un recul de 3,8% en 2015. Parallèlement, la vente des version numériques en format pdf a augmenté de 53%, avec 172,5 millions d'exemplaires, la fréquentation des sites et applis de presse a crû de 6% en 2016, avec une hausse encore plus marquée sur mobiles et tablettes (+38%).

Les ventes numériques ne sont pas équivalentes à des ventes papier car les abonnements purement numériques sont commercialisés à des prix bien plus bas.

Par catégories, la presse quotidienne nationale voit ses ventes reculer de 1,5% en 2016, avec 1,3 million d'exemplaires en moyenne écoulés chaque jour, et la fréquentation des sites et applis augmente de 4%.

La presse quotidienne régionale a vu ses ventes reculer de 2,9%, avec 4,1 millions d'exemplaires vendus chaque jour en moyenne, et la fréquentation de ses sites et applis est en hausse de 7%. Le recul est encore plus marqué pour la presse quotidienne du 7e jour (avec 3,7 millions d'exemplaires vendus en baisse de 3,5%).

Quant à la presse magazine, l'ACPM/OJD, qui présentera les résultats définitifs des ventes le 27 avril, ne donne pas de chiffres globaux mais des résultats par thématiques.

Les titres de la catégorie actualités/économie reculent de 3%, avec une chute de 9,8% pour les newsmags. Les féminins limitent la baisse (-2%) comme la presse télé (-2,5%) tandis que la presse people voit ses ventes s'éroder de 5,8%.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Lapin
20/février/2017 - 11h22
dolphins a écrit :
Le papier est condamné à disparaitre

C'est bien possible.

Maintenant dans les entreprises faites par des jeunes il n'y a même plus de classeurs

ni de dossiers. Il y a juste un ordinateur devant chaque employé.

A Paris il y a aussi des appartements modernes habités dans lesquels il n'y a aucun

livre.

Portrait de dolphins
20/février/2017 - 06h00
Le papier est condamné à disparaitre