01/02/2017 18:03

Le CSA rejette une demande de Marine le Pen de revoir à la hausse le temps de parole du Front National

En début de semaine, sur son site Internet, Marine Le Pen publiait une lettre qu'elle a adressée au Président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel concernant les temps de parole.

La présidente du Front National expliquait que "dans la plupart des médias, le FN accuse un retard considérable".

Aujourd'hui, Olivier Schrameck lui a répondu.

"Le Conseil rappelle qu'au cours de cette période [du 1er août 2016 au 31 janvier 2017, ndlr], il a souligné, à échéances régulières, la nécessité d'assurer une représentation équilibrée de l’ensemble des formations politiques, par voie de communiqué général comme directement auprès des éditeurs concernés.

Il a également publié sur son site Internet l'ensemble des données qu'il a recueillies, classées par formation politique ainsi que par personnalité politique", explique-t-il en précisant n'avoir reçu aucune saisine de sa part "sinon celle adressées le 30 janvier".

Olivier Schrameck continue en indiquant que "de nombreux éditeurs ont fait part ces derniers mois au Conseil des difficultés rencontrées pour interroger des représentants de [sa] formation politique".

"Le Conseil les a invités à lui faire part des éléments attestant de ces difficultés. Par ailleurs, il vous a été indiqué personnellement lors d'un entretien le 30 juin 2016 qu'il vous appartenait, d'une part, d'indiquer aux médias audiovisuels les personnalités susceptibles de représenter votre formation politique et, d'autre part, de faire part des difficultés que vous pourriez rencontrer dans votre accès aux médias audiovisuels, notamment durant la période s'ouvrant le 1er août 2016".

Le CSA rappelle que "les règles applicables au décompte des temps de parole n'autorisent aucun report d'une période sur l'autre".

Et d'ajouter que "la comptabilisation du temps de parole et du temps d'antenne se fait, durant la période s'ouvrant le 1er février, par candidat, déclaré ou présumé, et non par formation politique".

.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de thierry_70
17/février/2017 - 00h21
Elyse a écrit :

Marine ne l'aura pas volé sa présidence. Comme Trump elle affronte toute la coalition du système.  

Elle ne passera jamais !!!
Portrait de thierry_70
17/février/2017 - 00h21
france31400 a écrit :

je croyais que le csa devait être impartial!!! il est aussi pourri qu lesautres!!

C'est maintenant que tu atterri smiley
Portrait de thierry_70
17/février/2017 - 00h21
Bien fait pour elle
Portrait de Le_Colmateur
2/février/2017 - 07h29

Le CSA est de gauche car nommé par la gauche, la preuve (wikipedia):

Le CSA est dirigé par un Collège de conseillers avec à sa tête le président du CSA.  Un décret du président de la République valide leur nomination.

3 conseillers sont désignés par le président de l'Assemblée nationale

3 autres sont désignés par le président du Sénat

Le président du Collège est désigné par le président de la République.

 ---

Le président du CSA est OLIVIER SCHRAMECK, nommé par Hollande avec un joli salaire annuel de 100 000 €, il fut directeur de cabinet du premier ministre JOSPIN, on ne peut pas dire que le Monsieur n'est pas politisé et évidemment viscéralement anti Le Pen.

La socialiste LIENEMANN, du même camp que lui c'est dire si elle le connait bien, a dit de lui: "Olivier Schrameck est un déconnecté du pays réel. Il est de ces gens qui sont obsédés par les titres de une du Monde, mais qui ne connaissent rien à la gestion politique locale, qui n'ont jamais dépassé le périph parisien"

Encore un membre de ce petit microcosme parisien où on trouve tant de pouvoir dans les mains de si peu de personnes, microcosme que Marine le Pen fera éclater, expliquant leur peur du vote populaire.

Pour l'anecdote, son grand oncle a voté les pleins pouvoirs à Pétain. Sans doute lui fait on croire qu'il pourra laver un peu son nom en limitant le droit à l'expression de Marine Le Pen...

Portrait de Didg
2/février/2017 - 05h00

En + de ne pas respecter les temps de paroles les médiats s'arrangent pour les inviter tôt le matin ou tard le soir où il y à moins d'écoute.

Portrait de Bastien_Falkor
1/février/2017 - 23h33 - depuis l'application mobile

Ho la Beurette ...

Portrait de SUP3RN0VA
1/février/2017 - 19h16
VLFELF a écrit :

La réponse du CSA est tout simplement hallucinante ! En clair c'est de la faute du Front National si le temps de paroles n'est pas respecté... Alors que cette institution doit en toute NEUTRALITE veiller à un équilibre du temps de paroles.

On comprend mieux en consultant le parcours de son Président, Olivier Schrameck (au passage petit neveu d'Abraham Schramech qui vota les pleins pouvoirs à Pétain...), était le directeur de cabinet de Jospin (Premier ministre) et a été nommé par Hollande à ce poste !

S'il refuse les invitations, oui, c'est de sa faute.

Ils ont joué, ils ont perdu. 

Portrait de Fakrys
1/février/2017 - 18h12

c'est absolument insupportable que le parti d'extrême droite puisse imposer comme ça qui il veut et s'imposer tout court sur les chaînes!

il n'y a plus aucune liberté éditoriale ni de fait choix possible.

c'est au prorata des élus au parlement que ça doit se faire et pas sur un supposé pourcentage issu de sondages stupides!

les verts sont déjà montés à 20% et n'ont jamais obtenu ce temps de parole là!

on nage en plein délire: temps de parole équivalent entre les candidats dès lors qu'ils ont leurs signatures. voilà tout.

cette victimisation incessante!

évidemment c'est un parti monolithique qui a cédé au népotisme: ils ne peuvent pas faire de primaires sinon truquées puisque c'est la fille du fondateur et personne d'autre qui décide et se présente!!! ce sont pas des démocrates!!! mais des anti démocrates!