16/09/2015 10:09

Article controversé sur la délinquance: La relaxe a été requise pour le quotidien Le Progrès

Le parquet a requis mardi, devant le tribunal correctionnel de Lyon, la relaxe pour le quotidien régional Le Progrès qui avait publié une double page controversée sur les nationalités impliquées dans la délinquance dans le Rhône et cité à comparaître par SOS Racisme.

En avril 2014, Le Progrès avait plus particulièrement publié une infographie intitulée "Délinquance, à chacun sa spécialité", qui associait à certains faits (vols, prostitution, etc.) des nationalités ou catégories de population. Les cambriolages étaient par exemple liés à des "Géorgiens, Albanais, Roms, Gens du voyage, locaux (groupes des cités, toxicomanes, autres)".

SOS Racisme avait déposé plainte contre X, pour des faits de fichage ethno-racial, diffamation raciale et provocation à la haine raciale et à la discrimination.

"La question qui se pose est de savoir, au regard de la liberté d'expression, est-ce que les propos provoquent à la haine raciale? C'est un débat très important", a analysé en introduction le président du tribunal.

"Le parquet n'est pas à l'origine du procès car nous estimons, qu'en l'espèce, la provocation à la haine raciale n'est pas caractérisée", a rappelé le procureur. "On a le droit de critiquer cet article mais ce dont nous a parlé la partie civile, c'est du ressenti", a-t-il argumenté, réclamant la relaxe du journal.

Pour l'avocate de SOS Racisme, Me Sophie Pochard, ce que propose le journal sont "des observations personnelles", des "affirmations formelles et sans nuance" soi-disant basées sur un rapport officiel (Sirasco).

La décision a été mise en délibéré au 17 novembre.

SOS Racisme s'attendait à une réquisition de ce type et reste "très confiant sur le fond", a réagi à l'issue de l'audience Yériché Gorizian, porte-parole de SOS Racisme Rhône. Car pour l'association, "ce type d'article émanant de journaux sérieux permet la libéralisation de la parole raciste".

L'avocat du journal, Me Jean-Pierre Forestier, a de son côté déposé une demande en irrecevabilité notamment parce que, selon lui, les statuts de SOS Racisme prévoient de "soutenir ou défendre les victimes de discrimination" mais "ne prévoient pas d'intervenir pour lutter contre le racisme".

Cette demande sera également tranchée le 17 novembre.

A l'époque de sa publication, l'article en question avait suscité un grand nombre de réactions critiques, et quelques soutiens notamment celui d'un des vice-présidents du FN Florian Philippot qui avait félicité le journal dans un tweet pour "son travail".

Un mois et demi plus tard, la région Rhône-Alpes décidait d'annuler pour l'année en cours un partenariat qui la liait au Progrès dans l'organisation d'un "Trophée diversité et entreprise".

Le rédacteur en chef, Xavier Antoyé, avait lui reconnu auprès de l'AFP "une maladresse rédactionnelle dans l'encadré", tout en soulignant que l'enquête intitulée "Délinquance, criminalité organisée: qui fait quoi dans le Rhône", était un travail "sérieux, fouillé et documenté".

Mardi à l'audience, le journal n'était représenté que par son avocat. Le directeur de la publication Pierre Fanneau était absent.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de soly
16/septembre/2015 - 15h51

Sos racisme est ridicule.  Ils ferait mieux d'être choqué par cette vérité. Le journal ne dit que la vérité et je ne vois pas pourquoi il faudrait mentir aux français. 

Portrait de benbacker
16/septembre/2015 - 11h37
RogerMeneur a écrit :

Donc si l'on comprend bien il est de toute façon des vérités qui ne sont pas bonnes à dire! Mais bon on le savait déjà avec le Zemmour  bashing suite aux mêmes propos sur la délinquance!

Pas mieux....mais ne le dites pas trop fort ça pourrait jaser...

Portrait de RogerMeneur
16/septembre/2015 - 10h50

Donc si l'on comprend bien il est de toute façon des vérités qui ne sont pas bonnes à dire! Mais bon on le savait déjà avec le Zemmour  bashing suite aux mêmes propos sur la délinquance!