12/09/2015 17:01

Michael Bay confie que les réalisateurs de blockbusters doivent parfois "mendier" des rallonges pour leurs films

La crise touche même Hollywood où les réalisateurs de blockbusters doivent parfois "mendier" des rallonges à leur maison de production, a affirmé vendredi l'un d'entre eux, Michael Bay (Armageddon, Transformers), lors du festival du cinéma américain de Deauville.

"Oh oui (il est devenu difficile de faire des films). J'ai fait des films avec des budgets phénoménaux pour la Paramount et là pour mon dernier film, "13 hours" j'ai dû mendier, vraiment mendier, une rallonge de 10 millions de dollars", a raconté lors d'une conférence de presse Michael Bay qui est aussi "l'un des plus grands producteurs" d'Hollywood selon Bruno Barde, le directeur de la programmation du festival.

Le cinéaste répondait à la question "y a-t-il une crise de la production cinématographique à Hollywood aussi?"

Interrogé également sur le e-cinema - les films qui ne passent que sur des plateformes de vidéos à la demande, comme c'est le cas de plusieurs films de cette 41e édition du festival de Deauville - le producteur de "Massacre à la tronçonneuse" a répondu qu'il n'en était "pas fan".

"Je ne veux pas travailler pour de petits écrans. C'est triste de voir des mômes regarder des films sur des petits i-phone. Le cinéma, c'est une expérience qui se partage en public. Le son, les effets techniques, les détails, ça ne sert à rien sur de petits écrans", a ajouté cet homme fluet de 50 ans, qui a enregistré en tout avec ses films produits ou réalisés 6,5 milliards de dollars de recettes.

Spécialisé dans les films d'action, Michael Bay, a dit en outre qu'il aimerait faire autre chose dans la "seconde partie de sa carrière", qu'il aimait notamment les comédies et les thrillers - ce que sera son prochain film. "Les studios continuent à me demander des films d'action mais il y a beaucoup de films encore à faire, des films différents", a-t-il ajouté.

Le réalisateur, "visionnaire" selon M. Barde, de "Bad Boys", "Armageddon" ou "The Rock", s'est vu décerner en février un "Razzie", ces anti-Oscars qui épinglent les pires films de l'année, pour son film "Transformers".

Après la conférence de presse, Michael Bay a inauguré une cabine de plage à son nom comme le font toutes les stars qui viennent pour la première fois à Deauville.

Ailleurs sur le web

Vos réactions