30/12/2014 17:25

EN DIRECT - Air Asia: Des débris de l'avion disparu détectés - Une quarantaine de corps repêchés en mer

17h24: Les Etats-Unis vont envoyer un second navire pour participer aux recherches sur les lieux de l'accident de l'Airbus d'AirAsia, qui s'est apparemment abîmé en mer au large des côtes indonésiennes, selon le Pentagone aujourd'hui.

Le navire de combat USS Fort Worth "est en train d'être préparé pour être déployé dans la région depuis Singapour", a précisé le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, sur CNN.

"Ce bateau sera prêt à naviguer d'ici un jour ou deux", a-t-il dit.

Washington a déjà annoncé lundi l'envoi d'un destroyer vers la zone de recherche, le USS Sampson, pour participer à l'opération internationale de récupération des débris et des corps des 162 personnes que transportait l'avion d'AirAsia.

Kirby a aussi souligné que les Etats-Unis étaient prêt à mettre à disposition si nécessaire des appareils afin de participer aux patrouilles aériennes pour "aider à localiser les débris en surface", de même que des sonars pour explorer la carcasse de l'appareil au fond de la mer.

10h34: Depuis la découverte des premiers débris de l'avion d'AirAsia, plus de 40 corps ont été repêchés, ont indiqué les autorités indonésiennes.

"Sur la base de la radio militaire, il a été indiqué que le navire de guerre Bung Tomo a repêché 40 corps, et le nombre augmente. Ils sont très occupés maintenant", a précisé Manahan Simorangkir, une porte-parole de la marine nationale.

09h42: Un avion de l'armée de l'air en Indonésie a repéré aujourd'hui une "ombre" au fond de la mer de Java, qui serait celle de l'avion d'AirAsia disparu, a déclaré le directeur de l'Agence nationale de recherches et de secours.

"Que Dieu nous bénisse aujourd'hui. À 12H50 (05H30 GMT), un avion militaire Hercule a découvert un objet décrit comme une ombre ayant la forme d'un avion au fond de la mer", dans la zone de recherches de l'appareil, a déclaré Bambang Soelistyo lors d'une conférence de presse.

09h37: Un vol AirAsia a fait demi-tour aujourd'hui en Thaïlande après un bruit suspect en soute, mais aucune défaillance n'a été décelée selon la compagnie dont un avion s'est écrasé en mer dimanche au large de l'Indonésie.

"Les pilotes ont détecté une irrégularité mineure dans la soute. Par mesure de sécurité, le vol est revenu à l'aéroport Don Mueang pour une inspection détaillée", a annoncé la compagnie low-cost malaisienne dans un communiqué.

"Un pilote a entendu un bruit dans la soute à bagages" peu de temps après son décollage de Bangkok en fin de matinée, a précisé à l'AFP un responsable de AirAsia. "Les ingénieurs n'ont découvert aucun problème compromettant la sécurité", conclut le communiqué. Le responsable parlant sous couvert de l'anonymat évoque la possible piste d'une "valise mal fermée".

Ce vol intérieur thaïlandais opéré par la filiale thaïlandaise de AirAsia, à destination de Khon Kaen (est de la Thaïlande), a été reprogrammé peu après. Aucun passager n'a annulé son vol, a précisé AirAsia.

08h55: Un corps a été découvert dans la zone de recherches de l'avion d'AirAsia disparu en mer de Java 

08h33: Les équipes de recherches auraient identifié à la surface de l'eau de potentiels gilets de sauvetage ainsi que des corps.

08h31: "Sur la base des observations effectuées par les équipes de recherche et de secours, des objets importants tels une porte pour passagers et une porte de soute ont été trouvés. C'est dans la mer, à 100 miles (160 km) au sud-ouest de Pangkalan Bun", a-t-il ajouté. 

08h29: "Pour l'instant, on peut confirmer que c'est l'avion d'AirAsia, et le ministre des Transports va partir sous peu pour Pangkalan Bun", a annoncé le directeur général de l'aviation civile indonésienne.

08h17: Les débris détectés en mer sont bien ceux de l'avion d'AirAsia disparu.

08h00: Les dernières communication du pilote, révélées par les autorités indonésiennes, montrent que les pilotes voulaient changer de plan de vol pour échapper à de mauvaises conditions météo.  

Au décollage, le pilote avait demandé la permission de voler à 10.400 mètres d'altitude, mais sa requête n'a pas pu être approuvée en raison du trafic: "à ce moment-là, 11 avions empruntaient le couloir M365", a expliqué le directeur d'AirNav, Wisnu Darjono, ajoutant que 160 avions utilisaient quotidiennement ce couloir pour aller à Singapour.

Dans sa dernière communication, le pilote d'AirAsia a demandé de dévier de son plan de vol et répété qu'il voulait prendre de l'altitude pour éviter de très mauvaises conditions météorologiques. "Le pilote a demandé au contrôle aérien de dévier sur la gauche en raison du mauvais temps, ce qui a été immédiatement approuvé", a déclaré à l'AFP M. Darjono. 

"Quelques secondes plus tard, le pilote a demandé de prendre de l'altitude, de 32.000 pieds (9.800 mètres) à 38.000 pieds (11.600 mètres), mais n'a pas pu obtenir immédiatement la permission car d'autres avions volaient au-dessus à ce moment-là", a ajouté M. Darjono. Ce fut la dernière communication avec l'avion d'AirAsie (vol QZ8501).

"Deux ou trois minutes plus tard, le contrôle aérien s'apprêtait à donner la permission de voler à 34.000 pieds (10.400 mètres), mais l'avion n'a plus donné de réponse", a-t-il dit.

07h52: Les débris repérés en mer sont aux couleurs de la compagnie Air Asia

07h21: Des débris ressemblant à une porte d'avion détectés en mer

06h30: Des dizaines de bateaux et d’avions poursuivent les recherches, tandis que l’anxiété monte parmi les proches des 162 passagers et membres de l’équipage de l’avio.

06h15: Alors que des rapprochements ont été effectués avec l’avion de Malaysia Airlines (vol MH370) disparu en mars peu après son décollage de Kuala Lumpur sans laisser de traces, le Premier ministre australien a estimé que ces deux incidents n’avaient rien à voir.

«Je pense que ce serait une grosse erreur d’assimiler ce qui arrive en ce moment au cas du MH370», a déclaré Tony Abbott à la radio 2GB de Sydney.

«C’est un avion qui volait dans un couloir habituel à un horaire régulier, il semble qu’il ait été confronté à une météo exécrable et ait perdu de l’altitude», a estimé le chef du gouvernement australien.

 

Lundi 30 décembre 2014

.

18h38: L'Indonésie demande de l'aide aux USA pour retrouver l'avion disparu

13h16: Première tentative d'explication: l'avion volait peut être trop lentement et... est tombé !

Certains experts estiment, sur la foi de premières données radar, que l'appareil volait beaucoup trop lentement.

 "Nous ne pouvons que noter une similitude avec un autre accident célèbre, celui du vol AF447 d'Air France", écrit le blogueur David Cenciotti sur le site theavionist.com.

Après le crash du vol AF447 d'Air France en juin 2009 lors d'un vol Rio de Janeiro/Paris, la perte de données transmises aux pilotes due au givrage des sondes de vitesse Pitot avait été pointée du doigt. 

Pour David Cenciotti, une faible vitesse peut aussi s'expliquer par la force du vent.

"Si un appareil vole en dessous de la vitesse de décrochage, alors il tombe du ciel", note Gerry Soejatman, consultant pour la compagnie de charters Whitesky Aviation.

10h46: Les objets détectés ne proviennent pas de l'avion disparu, ont annoncé les autorités indonésiennes

10h36: D'après des sources australiennes, des débris de l'A320 d'AirAsia auraient été retrouvés, ainsi que des traces de kérosène. 

Un responsable des forces aériennes indonésienne a expliqué que des "objets suspects" avaient été repérés dans la mer.

Les enquêteurs ne savent toujours pas si ces débris sont liés à la disparition de l'avion.

10h22: Le groupe d'assurance allemand Allianz a fait savoir dans la matinée qu'il était le premier réassureur de la compagnie malaisienne AirAsia, dont un avion a disparu hier entre l'Indonésie et Singapour avec 162 passagers à son bord.

Allianz Global Corporate and Speciality (AGCS), division du groupe bavarois spécialisée dans les grands risques d'entreprise et les spécialités telles que la marine ou l'aviation, "est le premier réassureur pour AirAsia", a déclaré le groupe dans un communiqué.

08h50: Les usages des réseaux sociaux ont offert aux proches des disparus de prier pour eux, demandant aussi au flamboyant patron d'AirAsia Tony Fernandes de rester fort. "Je prie personnellement pour tous les passagers et membres d'équipage de l'Airbus A320 d'AirAsia QZ8501. Et spécialement pour mon cousin, le steward Oscar Desano", écrivait sur Twitter Paris Duarte. "Que Dieu vienne en aide à mon pays: inondations, disparition du MH370, le MH17 abattu, toujours aucun contact avec le QZ8501, nous espérons et prions", disait Angah Kalisa sur Facebook.

Le Premier ministre malaisien Najib Razak a lui aussi utilisé les réseaux sociaux pour exprimer sa solidarité. "J'ai appelé le président (indonésien) Joko Widodo. Ai exprimé notre profonde préoccupation. Ai offert la totale coopération de la Malaisie pour les opérations de secours", dit-il sur Twitter. Toujours sous le coup de la perte de ses propres appareils, Malaysia Airlines a dit sa solidarité avec son concurrent à bas coût. ""#staystrong @AirAsia -- Nos pensées et nos prières vont aux familles et aux amis de ceux qui sont à bord du QZ8501". 

08h48: "Nous sommes maudits", se plaint Subramaniam Gurusamy après la disparition du vol QZ8501 d'AirAsia, qui ponctue une année tragique pour des Malaisiens encore sous le choc de la perte de deux appareils de la compagnie aérienne nationale.

"Pourquoi ce pays subit-il autant d'épreuves? Quand les désastres s'abattent sans prévenir, c'est très douloureux. S'agit-il d'une malédiction? Je crois que nous sommes maudits", dit à l'AFP Subramaniam Gurusamy, dont le fils Puspanathan Subramaniam se trouvait parmi les 239 personnes à bord du vol MH370.

Ce père endeuillé résume ainsi le désarroi de nombreux Malaisiens au moment où ils célèbrent normalement les fêtes de fin d'année. D'autant que s'ajoute à cette disparition de graves inondations qui ont fait plus de 160.000 déplacés, les pires à toucher le pays depuis plusieurs décennies.

08h35: Pékin a proposé à Jakarta de fournir des moyens nautiques et aériens pour aider aux recherches de l'avion d'AirAsia porté disparu hier en mer de Java, a annoncé aujourd'hui le ministère chinois des Affaires étrangères.

"La Chine a fait savoir à l'Indonésie qu'elle était prête à dépêcher d'urgence des navires et des avions pour prendre part aux opérations de recherches et de secours", a indiqué Mme Hua Chunying, porte-parole de la diplomatie chinoise, dans un communiqué.

08h25: Les autorités indonésiennes vont contrôler le fonctionnement d'AirAsia en Indonésie, a annoncé lundi le ministre des Transports, au lendemain de la disparition d'un avion de la compagnie malaisienne en mer de Java avec 162 personnes à bord.

"Nous allons contrôler le fonctionnement d'AirAsia en Indonésie pour nous assurer qu'il soit meilleur à l'avenir", a déclaré le ministre indonésien des Transports, Ignasius Johan, lors d'une conférence de presse, sans autre précision.

08h10: Les actions d'AirAsia, première compagnie low cost d'Asie, étaient en baisse de plus de 7% cette nuit à la Bourse de Kuala Lumpur après la disparition d'un de ses appareils avec 162 personnes à bord.

Les actions de la compagnie ont plongé de 12% à l'ouverture, à 2,60 ringgits, avant de se reprendre légèrement pour s'établir à 2,72 ringgits vers 02H15 GMT, en baisse de 7,48%.

04h11: Les autorités Indonésiennes affirment que l'avion serait "au fond de la mer".

Les autorités se basent sur le dernier contact radar entre les radars et l'avion.

"Considérant la dernière information envoyée par l'avion, celui-ci se serait écrasé en pleine mer" a affirmé lors d'un point presse le patron des recherches

03h35: Cinq avions indonésiens participent aux opérations, dont deux appareils de transport militaire C-130 et un Boeing 737, a déclaré Hadi Cahyanto, porte-parole de l'armée de l'air indonésienne.

"Nous concentrons les recherches sur les eaux situées à l'est et au nord de l'île de Belitung", a-t-il précisé.

A Sydney, l'armée australienne a annoncé qu'un avion de reconnaissance AP-3C Orion de la Royal Australian Air Force (RAAF) avait décollé de Darwin, dans le nord de l'Australie, pour participer aux recherches, centrées sur la mer de Java.

00h19: Les recherches viennent de reprendre pour retrouver le vol Air Asia avec 162 personnes à bord

Plus de douze heures après la disparition de l'Airbus A320-220 de la compagnie malaisienne à bas prix AirAsia, aucune trace de l'appareil, qui rencontrait de mauvaises conditions météorologiques peu de temps avant de disparaitre des écrans radars, n'a été retrouvée.

Les recherches entreprises dimanche ont été suspendues pour la nuit.

Les contrôleurs aériens ont perdu le contact avec l'appareil (vol QZ8501) environ une heure après son décollage de l'aéroport international de Juanda à Surabaya, dans l'est de l'île de Java, à 05H20 heure locale.

Il devait atterrir à Singapour à 08H30 (00H30 GMT).

Peu avant la disparition, les pilotes ont sollicité une "déviation (du plan de vol) en raison de la météo, avant que les communications avec l'avion ne soient perdues pendant qu'il était encore sous le contrôle des Autorités indonésiennes du trafic aérien (ATC)", a ajouté la compagnie.

"Nous ne voulons pas nous perdre en conjectures. Nous ne savons pas encore ce qui est arrivé, et nous allons donc attendre l'enquête sur l'accident", a déclaré le patron d'AirAsia, Tony Fernandes, devant la presse à son arrivée à Surubaya.

"Mes seules pensées vont aux passagers et à mon équipage", avait-il auparavant écrit sur Twitter.

A bord de l'appareil se trouvaient 155 Indonésiens, trois Sud-Coréens, un Français, un Britannique, un Malaisien et un Singapourien, a précisé AirAsia.

Le Français était le copilote, ont indiqué les autorités indonésiennes, une information confirmée par le ministère français des Affaires étrangères.

.

Dimanche 29 décembre 2014

.

12h40: Le ministère des transports indonésiens vient d'annoncer la suspension des recherches pour la nuit

11h21: Sur l'île de Belitung, sur la côte Est de Sumatra en Indonésie, des pêcheurs affirment au site "Tribun News" avoir entendu un "boom" assez puissant entre 7h et 8h du matin.

10h32: L’A320 qui a disparu avait 23.000 heures de vol, en 13.600 voyages, selon un communiqué d’Airbus

10h25: Selon les autorités indonésiennes, l'avion ne peut plus être actuellement en vol car il n'a plus de kérosène

09h57: Malaysia Airlines adresse un message de soutien aux familles de «ceux à bord» du vol disparu

08h46: La compagnie a indiqué qu'une opération de recherches avait été lancée pour tenter de localiser l'avion

08h23: L'avion disparu avait demandé à dévier de sa trajectoire en raison de la météo

08h10: Un Français était à bord, le copilote. L'appareil transportait également sept membres d'équipage et 155 passagers dont 16 enfants et un nourrisson.

08h00: L'Airbus A320-200 transportait six membres d'équipage et 155 passagers, dont seize enfants et un nourrisson, a ajouté le porte-parole. Selon des médias indonésiens, 149 Indonésiens, trois Coréens, un Britannique et un Malaisien étaient à bord.

07h52: Un porte-parole du ministère des Transports indonésien a précisé que l'avion avait demandé à être dérouté peu avant la perte de contact. Selon un communiqué de la direction de l'aviation civile de Singapour, le contact a été perdu dans l'espace aérien indonésien, à "200 milles nautiques (environ 350 km) au sud-est de la frontière entre les régions d'information de vol de Jakarta et de Singapour".

07h50: Un Airbus A320-200 d'Air Asia avec plus de 150 personnes à bord a perdu le contact avec les autorités aériennes indonésiennes peu après son décollage de Surabaya pour Singapour.
Un porte-parole du ministère des Transports indonésien a précisé que le contact a été perdu avec le vol QZ 8501 à 6h17 heure locale (00h17 heure de Paris) soit 42 minutes après avoir décollé.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de nabot1er
30/décembre/2014 - 17h19
visiteur94 a écrit :

3 pour le moment........du calme il y a pas le feu malheureusement.........les autres vont suivre,le scoop arrive.....pas de panique

en venant sur ce site je m'attends à trouver de l'actu média, puisque JMM l'autoproclame 1er site média de France... et non..du scoop, du paparazzi, du tweet de "star" en voici en voila.... 1ere résolution de 2015 : aller sur un autre site (déjà trouvé mais que je ne cite pas pour ne pas voir mon message effacé dans ce grand espace de liberté, surtout pour les censeurs, qui se limite aux médias !!!!!!!!!

Portrait de Tsuful77
29/décembre/2014 - 15h36
piedsdansleplat a écrit :

et cette raison permet de ne pas inquiéter AIRBUS, et ainsi de faire porter le tort sur les pilotes. Et du coup c'est la compagnie aérienne qui est responsable, pas AIRBUS, et ne pas gêner les  ventes d'avions. 

Le problème n'est pas tant dans les sondes Pitot ni dans l'appareil.

Pour le vol AF447, la principale raison du crash venait de l'humain (et comme pour la majorité des accidents d'avions, c'est en fait une succession d'évènements qui en sont la cause). Il y a d'ailleurs des vidéos très intéressantes sur youtube concernant des reconstitutions selon des rapports du BEA. Pour l'AF447, il a été démontré (via les enregistrements vocaux notamment) qu'en plus du problème des sondes (qui n'en est pas réellement un), la faute majeure se trouvait dans la décision du pilote, qui au lieu de dérouter son vol (procédure standard) a voulu délibérément traverser une couche de cumulo-nimbus. Or, il se trouve que c'est la 1ère chose qu'on apprend aux pilotes: ne jamais traverser de cumulo-nimbus.

Vient ensuite toute une succession d'erreurs: le pilote, qui suite à cette prise de décision, va dormir, en laissant le plus jeune co-pilote aux commandes. Ce même co-pilote, après pourtant une bonne prise de décision concernant le givrage des sondes Pitot, survenu quelques minutes plus tard, a oublié qu'il avait la main sur l'une de commandes de l'avion qui est censée gérer l'incidence de l'avion. Du coup, après quelques minutes, ils constatent que l'avion est en perte d'altitude alors que pourtant toutes les données sont bonnes (notamment la vitesse). Ils testent alors plusieurs manœuvres, pour voir comment réagit l'appareil, mais pendant les 5-10 mins que dure cette phase, ils en oublient malheureusement le fait que le co-pilote avait depuis le début la main sur une commande importante de l'avion... qui faussait donc tous les raisonnements qu'ils avaient pu mettre en place.

Et du coup en ce très court laps de temps, l'avion n'a jamais pu récupérer assez de portance et a chuté comme une vulgaire pierre dans l'eau.

 

Les accidents survenus à cause de vrais problèmes techniques existent, mais ne représente pas la majorité des accidents dans l'aviation.

 

 

 

Portrait de piedsdansleplat
29/décembre/2014 - 14h02

et cette raison permet de ne pas inquiéter AIRBUS, et ainsi de faire porter le tort sur les pilotes. Et du coup c'est la compagnie aérienne qui est responsable, pas AIRBUS, et ne pas gêner les  ventes d'avions. 

Portrait de vegas64rainbow
28/décembre/2014 - 17h10 - depuis l'application mobile

Le20sur20 et tu fais quoi sur ce site ? Dégage d'ici si cela te dérange que le site gagné de l'argent. Tu pense que les chaînes tv font ça pour tes beaux yeux ?

Portrait de Groschatin
28/décembre/2014 - 13h35 - depuis l'application mobile

Y aurait pas une base americaine dans le coin?

Portrait de vegas64rainbow
28/décembre/2014 - 13h09 - depuis l'application mobile

La suspension des recherches , c'est franchement abusé de lire de genre de message ! Si la moindre chance de survie de quelques passager existe encore, cela supprime le peu de chance qu'ils ont...

Portrait de Groschatin
28/décembre/2014 - 11h40 - depuis l'application mobile

Explosion en vol...

Portrait de laurent28320
28/décembre/2014 - 10h55

Pourquoi "dont un français" ? Je m'étonne toujours de voir qu'on précise le nombre de français dans un accident ou une catastrophe. Est ce que nous, français, avons plus d'importance face à d'autres ? Ca me choque un peu...

 

Malheureusement si l'avion est tombé en mer, vu la température de l'eau... peu de chance de retrouver des survivants

Portrait de laurent28320
28/décembre/2014 - 10h55

Pourquoi "dont un français" ? Je m'étonne toujours de voir qu'on précise le nombre de français dans un accident ou une catastrophe. Est ce que nous, français, avons plus d'importance face à d'autres ? Ca me choque un peu...

 

Malheureusement si l'avion est tombé en mer, vu la température de l'eau... peu de chance de retrouver des survivants

Portrait de Deletuf
28/décembre/2014 - 10h19 - depuis l'application mobile

Quelle horreur.