01/12/2014 11:05

Morandini Zap - Augustin Trapenard à Valérie Trierweiler: "N'aurais-tu pas cédé à l'orgueil et à la vanité ?"

Samedi midi, Canal Plus diffusait un nouveau numéro du "Tube", présenté par Daphné Burki.

Avant la fin de l'émission, Augustin Trapenard a écrit une lettre à Valérie Trierweiler. L'occasion pour le chroniqueur du "Grand Journal" de revenir sur son livre choc, "Merci pour ce moment".

"Aujourd'hui, au lieu de porter les livres des autres, tu défends le tien dans le monde entier. Cela t'a sans doute offert du réconfort, mais aussi de la renommée et quelques deniers, il ne faut pas l'oublier. Mais à quel prix l'as-tu écrit ce livre assassin, Valérie ?", a-t-il déclaré.

Avant de questionner l'ancienne compagne de François Hollande : "Ah, mais Valérie, n'aurais-tu pas cédé à l'orgueil et la vanité ? Où diable est passée ta passion des beaux livres ? Cette passion que tu sais bien partager". 

Regardez

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Saya74
1/décembre/2014 - 22h24 - depuis l'application mobile

J'adore Valérie, femme courageuse! Les gens s'acharnent sue elle pour rien. Si c'était un homme qui avait été cocu et qui aurait écrit ce type de livre. Aurait-on eu ce genre de réaction?

Portrait de mimicassbrik
1/décembre/2014 - 20h24

 D'aucun ici n'aura le talent d'Augustin. Une écoute un jour sur France Inter 9h et vous comprendrez si cela est possible une personne talentueuse et humble.

Portrait de Al Anarc
1/décembre/2014 - 13h48

&gtsmiley La cocue diabolique cette rotweiller &gtsmiley

Portrait de renelle
1/décembre/2014 - 12h56

traquenard tu cédes à quoi  ? pour trouver le courage de venir  présenter des livres toi le pseudo critique littéraire  au regard d'halluciné .................

Portrait de ritaldai
1/décembre/2014 - 11h27 - depuis l'application mobile

Lol. Les gens raconteraient n'importe quoi pour pouvoir faire le buz.
Ce garçon n'est rien ni personne. On sait que tu votes Hollande. Aucun soucis pour payer ton loyer ni même manger à midi. Il n'a même pas lu le livre de Valérie.
Quel pays de débiles.