15/11/2014 08:38

La justice se prononcera jeudi sur la demande de François Fillon de récupérer l'enregistrement dans lequel Jean-Pierre Jouyet le met en cause

La justice se prononcera jeudi sur la demande de François Fillon de récupérer l'enregistrement dans lequel Jean-Pierre Jouyet le met en cause, une démarche "vouée à l'échec" selon la défense des journalistes du Monde qui ont recueilli ces propos.

Dans cet enregistrement, dont l'AFP a pu écouter un extrait, le secrétaire général de l'Elysée raconte bien aux journalistes du Monde que François Fillon lui a demandé d'accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy pour empêcher le retour de son rival, de "taper vite".

François Fillon conteste quant à lui fermement avoir fait une telle démarche et accuse M. Jouyet de "mensonge". Le troisième homme présent aux fameux déjeuner, Antoine Gosset-Grainville, a quant à lui défendu la version de François Fillon, dont il a été directeur de cabinet adjoint à Matignon.

Lors d'une audience de référé (procédure d'urgence) vendredi, où siégeait le président du tribunal de grande instance de Paris Jean-Michel Hayat, la défense de M. Fillon a demandé la copie intégrale de cet enregistrement ou, à défaut, que le tribunal puisse transcrire les passages concernant M. Fillon.

Pour l'avocat de l'ancien Premier ministre, Me Jean-Pierre Versini-Campinchi, cette demande ne porte aucunement atteinte à la liberté de la presse et au secret des sources invoqués par la partie adverse.

En faisant écouter à d'autres médias des extraits de l'enregistrement, les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont eux-mêmes "pulvérisé la source", a-t-il soutenu, étrillant les deux journalistes qui ont "porte ouverte à l'Elysée et vont devenir les "mémorialistes" du quinquennat Hollande.

"On a les Chateaubriand et les Saint-Simon qu'on peut", a-t-il glissé. Le revirement de M. Jouyet, qui après avoir démenti a reconnu avoir affirmé que l'ex-Premier ministre a bel et bien évoqué devant lui les affaires judiciaires visant l'ancien chef de l'Etat, est "la preuve évidente" que le secrétaire général de l'Elysée "s'est fait piéger" par les journalistes, a estimé Me Versini-Campinchi.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Razyiel
16/novembre/2014 - 07h56 - depuis l'application mobile
Philou002 a écrit :

... pendant ce temps là les medias ne parlent plus d ebola ! ni du groupe " daesh " la syrie au oubliette ! ah si l ukraine refait surface ! .. et en france ? 

Et en France bah on fait comme d'habitude on fait chier les gents en ne parlant que du mariage pour tous car le reste on s'en tape ...

Portrait de scoflieds
15/novembre/2014 - 09h03

bjr c sur c rapide pour eux tous pourris je vote pas moi tous des tronche de cake qui pense qua eux nous les  pauvres  gens on peux aller se brosser sa degoute