10/04/2014 15:17

Cinéma/audiovisuel: Les emplois permanents en hausse, mais les intermittents en baisse en Ile-de-France

Les emplois permanents dans la production cinématographique et audiovisuelle en Ile-de-France ont atteint en 2012 un niveau jamais égalé depuis les années 2000, même si les emplois intermittents, en baisse, restent très largement majoritaires.

Après une année 2011 de forte croissance, 2012, dernière année disponible, est une "année de consolidation", selon l'étude annuelle réalisée par la Commission du film d'Ile-de-France avec le groupe Audiens présentée mercredi.

Les productions étrangères qui viennent tourner dans la région, comme pour la première fois les Indonésiens en plus des Chinois ou des Russes, attirées par des décors historiques ou par le savoir-faire national en matière par exemple de films d'animation, ont dopé le marché de l'emploi du secteur en Ile-de-France, qui concentre l'essentiel de la production nationale.

La baisse des investissements dans le cinéma français, qui se traduit par des budgets moins élevés et moins de jours de tournage notamment, a au contraire exercé une pression sur le nombre d'emplois intermittents.

"La croissance des emplois permanents a progressé de près de 4%, le niveau le plus élevé jamais atteint depuis les années 2000", a commenté pour l'AFP Olivier-René Veillon, directeur de la commission.

En 2012 en Ile-de-France, il y avait 19.243 emplois permanents et 113.002 emplois intermittents, en repli eux de 6%.

A titre de comparaison, 4.613 emplois permanents et 18.761 emplois intermittents ont été recensés dans toutes les autres régions.

Les entreprises "qui ont créé le plus d'emplois permanents, tout en ayant largement recours aux intermittents, sont celles qui ont réussi leur accès au marché international comme Europacorp, Studio Canal, Wild Bunch ou encore Illumination McGuff qui a produit en France "Moi moche et méchant 2", plus gros succès de toute l'histoire du studio américain Universal, a souligné M. Veillon.

Pour lui, la baisse du nombre d'intermittents - aux situations très variées - est "un signe de la maturité du système", une sorte de "palier dans une croissance continue depuis dix ans".

Pour 2013, l'étude prévoit une nouvelle croissance de l'emploi permanent mais aussi une reprise de l'emploi intermittent.

Ailleurs sur le web

Vos réactions