08/04/2014 14:35

Morandini Zap: En Thiérache, les "mères ados" sont plus nombreuses que dans d'autres villes françaises

Hier midi, Canal+ diffusait un nouveau numéro de "La Nouvelle Edition", présenté par Ali Baddou.

Au cours de l'émission, Ariel Wizman a proposé son reportage réalisé à Thiérache, une région de la Picardie où il y a deux fois plus de grossesses précoces qu'ailleurs et le plus fort taux de chômage du pays (17,9%)

Le chroniqueur du magazine est allé à la rencontre de plusieurs habitants d'Hirson, comme un homme âgé de 29 ans qui est déjà père de cinq enfants. "Pour l'instant, on les nourrit grâce au RSA. Comme tout le monde", explique-t-il.

Un peu plus loin, au café de la ville, Ariel Wizman a retrouvé Marion et Charlotte. "J'ai ma mère qui était adolescente quand elle a eu ma première soeur. Elle ne me souhaitait pas de faire ça, parce que la jeunesse elle est gâchée", indique la première.

Regardez

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lili48
9/avril/2014 - 08h30

L'afrique c'est pas un pays, c'est un continent. En outre, dire qu'en Afrique, on fait des enfants sans réfléchir, c'est rapide et gratuit. Ils n'ont pas accès à la pillule donc facile de sortir de genre de clichés.

Mais faire des gosses pour avoir le RSA "comme tout le monde", c'est tellement mieux : aucune honte, aucune pudeur. Quant au "journaliste", au secours !

Portrait de mariesol136
8/avril/2014 - 19h24 - depuis l'application mobile
frabb a écrit :

On sait très bien que ce sont des "pauvres gens" en Picardie. Détresse sociale et intellectuelle, donc rien d'étonnant.

Vous connaissez bien la Picardie et les picards pour dire une stupidité pareille ?

Portrait de EV2307
8/avril/2014 - 18h14
dadouronron a écrit :

Et donc ces jeunes filles de 13 ans pensent que coucher et avoir un gosse c'est réussir , c'est çà ?

Et les parents, qui ne sont pas très très vieux et qui ont le même vécu, ils ne font rien pour sensibiliser une gosse de 13 ans au fait que les coucheries ça ne fait pas la réussite ?

Au-delà de la méthode journalistique qu'on peut contester, ce reportage illustre l'état d'inculture et le manque d'éducation de cette population locale. C'est peut-être une faillite générale mais ça n'excuse pas ces gamines élevée au Closer et à NRJ12...

 

C'est un serpent qui se mort la queue. Ce n'est pas parce que 2 journalistes d'un coup d'un seul s'intéressent à cette région on ne sait pas pourquoi on ne sait pas comment, que c'est un phénomène récent. Les parents de ces gosses ont surement subi le même sort.

La méthode journalistique est contestable, et je dirais même dangeureuse : pointer du doigt, stigmatiser, montrer à ces personnes qu'on les considère définitivement comme des ploucos de dernière zone, ce n'est pas comme ça qu'on va leur donner envie de s'en sortir, et de sortir du cercle vicieux (Je veux dire MERDE, Wizman fait dire à la gosse qu'elle a un comportement d'un pays D'AFRIQUE. Genre l'Afrique c'est MAL, des gens PAUVRES, tout ça... Y'a rien qui choque là ?). C'est une faillite générale et c'est aussi une histoire de politique locale, et pour avoir constaté de mes propres yeux les dégats depuis bientôt 30 ans, je peux affirmer que rien n'est fait pour aider ces personnes de façon INTELLIGENTE (genre au pif, des structures compétentes où on dit aux gosses "eh cocotte, t'es pas plus empotée qu'une autre, tu peux faire des petites études, décrocher un diplôme et avoir un métier cool, on te demande pas d'avoir obligatoirement un bac +5 en biomécanique"). Mais en Thiérache, faut quand même savoir que pour faire des études autres que le BTS Force de Vente proposé au lycée, il faut partir vivre ailleurs, tellement on est coupé de tout. Je vous laisse imaginer les conséquences matérielles et financières que ça implique. Mais ceci est un autre débat.

 

Portrait de dadouronron
8/avril/2014 - 17h25
EV2307 a écrit :

Ce reportage est une honte, tout comme le papier de Florence Aubenas sur lequel il s'appuie. Stigmatiser les personnes, c'est devenu un sport national dans ce pays. Mais vous croyez quoi ? Qu'il n'y a qu'en Thiérache qu'il y a des filles-mères ? Merde, regardez autour de vous de temps en temps : il y en a partout. 

Je suis Thièrachienne, j'ai habité 19 ans dans la ville où Ariel Wizman a daigné trainer son carré Hermès le temps d'une seule après-midi (oh oui c'est tellement suffisant pour traiter un sujet si grave). Son petit air suffisant qu'il prend en lançant son "OUI MAIS À GUISE ON A VU QUE DES POUSSETTES HAN" face à la personne qui OSE lui dire qu'il a tord, prouve bien que le message de son reportage est unilatéral : prouver que les Thiérachiens sont de gros cas sociaux analphabètes (au passage, 10% de bacheliers en Thiérache est un mensonge, un chiffre faux). Ouvre les yeux mec, parle aux gens. Je te présente 46 de mes amis Thiérachiens qui sont devenus avocats, dentistes, professeurs des écoles, chercheurs en biologie, architectes, journaliste (mais des vrais journalistes, pas des mecs qui se gargarisent de la pauvreté des autres) et banquiers. 


Je connais ces mères-filles, et je peux vous dire que la majorité ne sont pas heureuses, c'était pas leur but dans la vie. C'est juste que depuis qu'elles ont 13 ans le système éducatif leur dit qu'elles sont bonnes à rien, qu'elles auront jamais de diplomes et qu'elles réussiront jamais leur rêve parce qu'elles rentrent pas dans le divin et ultime moule du BACCALAURÉAT GÉNÉRAL et de la FACULTÉ. Alors elles deviennent mères, parce que comme ça elles ont l'impression de devenir "quelqu'un", d'avoir un rôle dans la société, un statut, d'être importantes. Et la nana qui rêve d'un diplôme et d'une belle vie pour son gamin, c'est juste parce que elle, elle les aura jamais.

Et donc ces jeunes filles de 13 ans pensent que coucher et avoir un gosse c'est réussir , c'est çà ?

Et les parents, qui ne sont pas très très vieux et qui ont le même vécu, ils ne font rien pour sensibiliser une gosse de 13 ans au fait que les coucheries ça ne fait pas la réussite ?

Au-delà de la méthode journalistique qu'on peut contester, ce reportage illustre l'état d'inculture et le manque d'éducation de cette population locale. C'est peut-être une faillite générale mais ça n'excuse pas ces gamines élevée au Closer et à NRJ12...

Portrait de EV2307
8/avril/2014 - 16h41

Ce reportage est une honte, tout comme le papier de Florence Aubenas sur lequel il s'appuie. Stigmatiser les personnes, c'est devenu un sport national dans ce pays. Mais vous croyez quoi ? Qu'il n'y a qu'en Thiérache qu'il y a des filles-mères ? Merde, regardez autour de vous de temps en temps : il y en a partout. Je suis Thièrachienne, j'ai habité 19 ans dans la ville où Ariel Wizman a daigné trainer son carré Hermès le temps d'une seule après-midi (oh oui c'est tellement suffisant pour traiter un sujet si grave). Son petit air suffisant qu'il prend en lançant son "OUI MAIS À GUISE ON A VU QUE DES POUSSETTES HAN" face à la personne qui OSE lui dire qu'il a tord, prouve bien que le message de son reportage est unilatéral : prouver que les Thiérachiens sont de gros cas sociaux analphabètes (au passage, 10% de bacheliers en Thiérache est un mensonge, un chiffre faux). Ouvre les yeux mec, parle aux gens. Je te présente 46 de mes amis Thiérachiens qui sont devenus avocats, dentistes, professeurs des écoles, chercheurs en biologie, architectes, journaliste (mais des vrais journalistes, pas des mecs qui se gargarisent de la pauvreté des autres) et banquiers. 

Je connais ces mères-filles, et je peux vous dire que la majorité ne sont pas heureuses, c'était pas leur but dans la vie. C'est juste que depuis qu'elles ont 13 ans le système éducatif leur dit qu'elles sont bonnes à rien, qu'elles auront jamais de diplomes et qu'elles réussiront jamais leur rêve parce qu'elles rentrent pas dans le divin et ultime moule du BACCALAURÉAT GÉNÉRAL et de la FACULTÉ. Alors elles deviennent mères, parce que comme ça elles ont l'impression de devenir "quelqu'un", d'avoir un rôle dans la société, un statut, d'être importantes. Et la nana qui rêve d'un diplôme et d'une belle vie pour son gamin, c'est juste parce que elle, elle les aura jamais.

Portrait de Miss Toulouse

Comme quoi c'est pas forcément les étrangers qui profite du système.

Portrait de yaka
8/avril/2014 - 15h47

Quand on est au RSA on ne fait pas de gosse il n'a pas dû entendre parler de la pillule !!!!!!