23/01/2014 09:32

Lagardère Active: Trois offres en tête pour la reprise des magazines avec un prix d'achat symbolique

Trois offres provenant de professionnels des médias numériques se détachent pour la reprise de l'ensemble des 10 magazines vendus par Lagardère Active, selon lefigaro.fr, qui précise que le prix d'achat sera symbolique.

Une première offre a été formulée par Didier Quillot, ex-patron de Lagardère Active, épaulé par deux spécialistes du numérique, Alexis Caude (qui a racheté fin 2013 pour 1 euro les 19 titres de la division santé de Wolters Kluwer France et UK) et Marc Menasé, fondateur du site de mode Menlook, ainsi que l'ex-banquier d'affaires Charles-Henri Rossignol, selon le journal.

Une deuxième offre émane de Pascal Chevalier, patron de la jeune société Reworld Media, renforcé par les fonds Truffle et Idinvest. Pascal Chevalier avait racheté début 2013 le magazine Marie France pour un euro et en juilllet 2013 acquis les titres grand public d'Axel Springer en France, dont Télé Magazine.

Une troisième offre provient de Marc Laufer, dirigeant du groupe de presse professionnelle rebaptisé NewsCo après le rachat des magazines papiers 01Net et 01Business à NextRadioTV en juin 2013. Les acquéreurs intéressés devront remettre leurs offres fermes le 15 février.

Lagardère Active cède Auto Moto, Be, Campagne et Décoration, Le Journal de la Maison, Maison & Travaux, Mon Jardin Ma maison, ainsi que Psychologies Magazine et Union et leurs développements numériques.

Il vend aussi les éditions papier de Première et Pariscope.

Ces titres représentent quelque 10% du chiffre d'affaires de la filiale de Lagardère, qui veut se concentrer sur ses marques phare: Elle, Paris Match, Le Journal du Dimanche et Télé 7 jours.

Selon Le Figaro, les titres mis en vente (240 salariés) réalisent ensemble environ 50 millions d'euros de chiffre d'affaires mais perdent au total 1,5 à 2 millions. Seul Psychologie Magazine serait rentable.

Le prix d'achat sera symbolique et Lagardère paiera pour cette vente, sous forme d'indemnités pour faire partir des journalistes, écrit Le Figaro.

Ailleurs sur le web

Vos réactions