18/02/2013 18:15

Le père qui était retranché sur sa grue à Nantes est descendu

Serge Charnay, un père séparé retranché depuis quatre jours sur une grue de Nantes pour réclamer le droit de voir son fils, en est descendu lundi en fin d'après-midi après une réunion à Paris entre la ministre de la Justice Christiane Taubira et des associations de défense des droits des pères.

M. Charnay, 42 ans, est descendu de son propre chef de la grue, où il a passé quatre jours et trois nuits. Cette structure géante, en haut de laquelle il avait tagué "sauver les enfants de la justice", est située dans les anciens chantiers navals de la ville. Depuis vendredi, l'action avait été très médiatisée.

"C'est pas fini, loin de là", a-t-il prévenu au moment de poser le pied sur le sol à l'intérieur d'un périmètre de sécurité mis en place par la police. "Je crains qu'il y ait des papas qui désespèrent encore longtemps", a-t-il estimé.

Interrogé sur la cause des pères séparés et de leurs droits de visite, il a répondu: "Je ne suis monté que pour la cause des pères et pas pour mon cas personnel."

A sa descente, il a été applaudi par de très nombreuses personnes et n'a pas été inquiété par la police.

Il s’est dit "épuisé, mais ça n’a pas d’importance". "Ce qui m'énerve le plus, c'est que la cause des papas n'est pas entendue et que les femmes qui nous gouvernent se foutent toujours de la gueule des papas et qu'il va falloir se battre beaucoup plus", a-t-il déclaré devant les micros.

Peu auparavant, la garde des Sceaux et la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, avaient reçu à Paris les associations SOS Papa, SVP Papa et la FMCP (Fédération des mouvements pour la condition paternelle), leur proposant de donner une "place plus importante à la médiation" dans les conflits familiaux. Les associations sont ressorties plutôt satisfaites de l'entrevue, estimant avoir été "entendues", ce qui "n'avait pas été le cas jusqu'ici".

Eléments graves

"C'est un début comme l'a dit Mme Taubira, elle nous a promis d'autres réunions avec plus d'associations. Ceci dit il y a un gros travail pour que ça avance", a noté M. Charnay. Cette première réunion avait été décidée dimanche, à la demande du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes.

M. Charnay revendiquait notamment "l'égalité des hommes face aux femmes dans le cadre du droit de visite" et la résidence alternée. "Il faut savoir que, depuis plus de 10 ans, des lois incitent les magistrats à privilégier la résidence alternée mais ces lois ne sont pas respectées", a-t-il expliqué.

"Aujourd'hui, on voudrait que la résidence alternée soit décidée par défaut, c'est-à-dire que la proposition de base (en cas de séparation des parents, ndlr) est la résidence alternée", a-t-il ajouté.

"Je vais revenir dans un processus normal", avait assuré M. Charnay en début de matinée. Il va "prendre contact" avec son avocat, "étudier les propositions de logement et aussi juridiques qui (lui) ont été faites", mais se méfie "du fonctionnement de l'enceinte judiciaire et des magistrats".

Dans un communiqué, Me Sandrine Caron, avocate de la mère de l'enfant de M. Charnay, a estimé que ce dernier était "seul responsable de la dégradation de ses droits parentaux" et que "son prétendu combat ne doit pas être confondu avec celui de nombreux pères injustement éloignés de leurs enfants".

L'avocate a évoqué des éléments graves attribués au père du petit garçon, né en 2006, notamment deux soustractions d'enfant -l'une de 15 jours en 2010 et une seconde de deux mois et demi en 2011- ainsi que des propos menaçants de M. Charnay à l'égard de la mère de son fils.

Selon Me Caron, c'est à la suite de ces soustractions que "la cour d'appel de Rennes a suspendu le droit d'accueil du père".

"Je ne regrette absolument pas" d'avoir emmené mon fils "l'année dernière deux mois en Ardèche, car sinon je ne l'aurais pas vu", a assuré M. Charnay.

Son action a eu lieu à quelques jours d'une journée nationale de manifestation pour les droits des pères, programmée par l'association SVP Papa mercredi à Nantes, ville du Premier ministre.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Koro
21/février/2013 - 08h15

Bon courage à ce père

Portrait de FDGJMM
19/février/2013 - 01h29
lesbrasmentombe a écrit :

Très exactement : lorsqu'ils sont en état d'émettre un avis avec discernement, ce qui peut être fait avant 14 ans.

On est tellement manipulé par les parents, à cet âge, que lors d'un divorce, je ne sais pas quel crédit on peut accorder aux enfants!!! 13/14ans, crise d'adolescence, rancune envers les parents qui divorcent, gue-guerre familiale, garde alternée, changement d'environnement famililal.....

Portrait de Méoui
18/février/2013 - 20h54
motus a écrit :

ça sent la descente de cerveau....faut consulter, vieux!

Si tu lis bien je suis une femme... vieux !

Donc je sais de quoi je parle.

 

Connais-tu vraiment des hommes mesquins ? Manipulateurs ? A part les mythos j'entends.

Portrait de Méoui
18/février/2013 - 20h46
lesbrasmentombe a écrit :

Ben voyons ! La femme est par essence manipulatrice, pas vrai ?

Ben oui ça a commencé avec Adam. Il y était pour rien, le pauvre !

Et puis aguicheuses aussi, et puis elles courent qu'après l'argent du mec, hein ? Pas vrai ?

Eh ben ! Y a encore du boulot, moi je dis...Et y en a qui disent encore que les mentalités ont évoluées...

Pas les cours d'orthographe en tout cas !

Bien sûr que les femmes sont plus rotors que les hommes, c'est tellement évident !

Portrait de Méoui
18/février/2013 - 20h28
Romynette a écrit :

Le sordide peut aussi venir des pères. Plus généralement ce que je trouve intolérable se sont les parents qui dénigrent l'autre devant leur gamin alors qu'il n'y est pour rien dans leur histoire de couple. L'enfant est pris en "otage" et instrumentalisé.

Peut-être mais rares à mon avis. Les hommes manipulateurs ne sont pas légion.

Portrait de Méoui
18/février/2013 - 19h34

Je suis une femme et je connais très bien une histoire de séparation de couple avec enfants.

Un jour, j'ai lu un article "Ces mères qui veulent divorcer de l'homme mais aussi du père". Hé oui, on ne veut plus voir la tronche de l'autre con alors on fait tout pour rompre le dernier lien et non des moindres qui les relie à elles.

Elles sont capables de mentir, d'"endoctriner" les enfants pour qu'ils n'aient qu'une vilaine image du père et qu'ils ne veuillent plus le voir. Elles sont même capables de faire faire des témoignages bidons, certaines mêmes inventent des délits sexuels sur leurs enfants... tout ça pour se débarrasser du type dont elles n'acceptent plus que le pognon.

J'ai vu un homme marrant, plein de pèche devenir zombie, écoeuré, déprimé en très peu de temps.

La plupart de ces hommes sont tellement dégoûtés, humiliés et saqués par les décisions de justice qu'ils abandonnent sinon ils deviennent fous. Certains finissent même SDF ! Maison pour la mère et les enfants + pensions alimentaires (10% par enfant + la mère elle-même dans certains cas) quelquefois ils n'ont plus rien pour eux.

Si ce type a explosé de douleur c'est qu'il crie à l'injustice. Je comprends donc son geste même si je ne l'approuve pas.

Portrait de ovaillant
18/février/2013 - 18h34 - depuis l'application mobile

j'espère que les gens en charge de la garde de son fils comprennent, que c'est n'est que les mères qui peuvent elever leurs enfants apres un divorce, les peres en sont très capablent aussi. il serait vraiment temps que la société évolue, pour ne plus fonctionner comme dans les temps anciens...

Portrait de ovaillant
18/février/2013 - 18h34 - depuis l'application mobile

j'espère que les gens en charge de la garde de son fils comprennent, que c'est n'est que les mères qui peuvent elever leurs enfants apres un divorce, les peres en sont très capablent aussi. il serait vraiment temps que la société évolue, pour ne plus fonctionner comme dans les temps anciens...

Portrait de Matt2
18/février/2013 - 18h31

Sans entrer au coeur du débat qui fait que cet homme soit monté sur cette grue et ait médiatisée son " affaire " il aura eu le mérite que les personnes s'interressent ne serait ce que le temps de son " ascencion " au problème de la justice qui 80 fois /100 en lieu et place de prendre en compte  l'interet de l'enfant "tranche " dans le vif en lui imposant sa " garde " à la maman avec une " rançon alimentaire " pour le papa. Puisque le code civil le permet pourqoui les juges ne demandent pas l'avis des enfants en cas de divorce de leurs parents ? car on " divorce entre adultes mais on ne divorce pas d'avec ses enfants ....