23/06 13:31

La grève lancée jeudi au quotidien Ouest-France pour obtenir des hausses de salaires, a pris fin après un accord et le premier quotidien payant français est de retour dans les kiosques

La grève lancée jeudi au quotidien Ouest-France pour obtenir des hausses de salaires, a pris fin après un accord et le premier quotidien payant français était de retour dans les kiosques samedi, a-t-on appris de source syndicale et auprès de la direction. "Le journal a été distribué ce matin dans les boîtes aux lettres suite à des négociations très difficiles" jeudi et vendredi, qui ont "fini très tard", a déclaré à l'AFP Patricia Vieillescazes, représentante syndicale CGT.

"On a obtenu une augmentation générale", a-t-elle précisé, indiquant que cette augmentation est "de 50 euros bruts pour chaque salarié" par mois. "C'est une augmentation pérenne, mais ça ne reste que 50 euros", a-t-elle regretté. "Nous sommes loin d'être satisfaits, mais la reprise du travail a été votée par 28 personnes.

21 (salariés) étaient contre. On est loin de l'unanimité". "Un accord a en effet été trouvé. Les journaux sont en kiosque aujourd'hui", a confirmé auprès de l'AFP Caroline Tortellier, chargée de la communication externe du groupe Ouest-France. Le journal est imprimé sur deux sites, à Chantepie, en périphérie de Rennes, et à la Chevrolière, en limite de Nantes.

De cette imprimerie sortent également les quotidiens Presse Océan, Le Courrier de l'Ouest et Le Maine Libre, qui appartiennent au groupe Ouest-France, et n'ont pas pu paraître vendredi bien qu'ils ne soient pas concernés par le mouvement de grève.

Ouest-France est le premier quotidien payant français, avec environ 630.000 journaux vendus chaque jour selon les chiffres publiés sur son site internet.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions