17/06 18:31

Perçu par beaucoup comme de l’histoire ancienne, le Covid connaît un rebond perceptible en France mais jusqu’alors modéré, à l’approche des vacances scolaires et des Jeux olympiques - VIDEO

Perçu par beaucoup comme de l’histoire ancienne, le Covid connaît un rebond perceptible en France mais jusqu’alors modéré, à l’approche des vacances scolaires et des Jeux olympiques. Plus de quatre ans après le début de la pandémie, plusieurs signaux d’une circulation croissante convergent, comme dans d’autres pays d’Europe.

A l’hôpital ou en médecine de ville, « les recours pour suspicion de COVID-19 continuent leur augmentation depuis huit semaines », même s’ils restent encore modestes, a observé Santé publique France mercredi. Une hausse « de plus en plus marquée », autant pour les passages aux urgences (+52% sur une semaine) que chez SOS Médecins (+51%, avec 1.507 actes du 3 au 10 juin).

Les eaux usées, où la présence du Sars-CoV-2 est surveillée dans 12 stations, montrent aussi une nette progression de la circulation virale depuis un mois. Des jeunes ont, les premiers, illustré le retour du Covid, dans le sillage des concerts de la chanteuse américaine Taylor Swift à Paris en mai.

Sur les réseaux sociaux, des fans ont exhibé leurs tests positifs ou incité d’autres « Swifties » à se faire tester. « Après une longue période de faible activité », plusieurs pays européens connaissent un rebond épidémique depuis quelques semaines, a rapporté récemment le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

« La remontée était prévisible », a jugé auprès de l’AFP Mircea Sofonea, épidémiologiste à l’université de Montpellier et au CHU de Nîmes. En cause: « un déclin immunitaire » de la population, mais aussi « un échappement immunitaire » des nouveaux sous-variants du virus, tous membres de la lignée Omicron JN.1, selon cet expert.

La protéine Spike, qui permet au SARS-CoV-2 de pénétrer les cellules de l’hôte, semble connaître des mutations clefs dans ces variants. « Il n’y a pas d’éléments à notre connaissance pour que cette nouvelle vague cause un impact sanitaire plus important que les deux précédentes », selon Mircea Sofonea.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions