30/05 14:26

Nouvelle-Calédonie: Un homme grièvement blessé par le GIGN après avoir tiré sur les forces de l'ordre à Dumbéa - Son pronostic vital est "engagé", annonce le procureur de la République de Nouméa

Un homme qui avait ouvert le feu sur les forces de l’ordre françaises a été blessé par balles par ces dernières, mercredi soir à Dumbéa, en Nouvelle-Calédonie, et son « pronostic vital est toujours engagé », a annoncé jeudi le procureur de la République de Nouméa.

Selon un communiqué du procureur, les faits se sont produits mercredi vers 20H15 à Dumbéa, au nord de Nouméa, la principale ville de la Nouvelle-Calédonie, alors que les violences dans cet archipel français du Pacifique sud semblaient retomber seize jours après l’éruption d’émeutes urbaines ayant fait sept morts.

Le procureur Yves Dupas a ouvert deux enquêtes distinctes. L’une vise l’homme blessé, pour « tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique » ; l’autre porte sur une recherche des « causes des blessures sur l’homme interpellé » par le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN, unité d’élite de la gendarmerie).

Dans cette dernière enquête, le procureur affirme toutefois qu’« à ce stade, l’hypothèse privilégiée par le parquet est celle d’un usage nécessaire et proportionné » de la force « dans une action de défense légitime (...) ». Alertés de la présence d’un « groupe d’individus alcoolisés », les gendarmes se sont retrouvés face à une « quinzaine d’individus observant un comportement très hostile », selon Yves Dupas.

L’un d’eux a pris la fuite, puis tiré au fusil vers les membres du GIGN, a-t-il affirmé. Un gendarme a alors ouvert le feu « à six reprises vers le tireur », après de nouvelles « sommations », dans une « action de riposte ». Le « tireur » a ensuite été « retrouvé, blessé », et hospitalisé, toujours selon le communiqué.

« En dépit d’une intervention chirurgicale, son pronostic vital est toujours engagé, les constatations médico-légales faisant état de la présence de deux projectiles, l’un au niveau du thorax et l’autre à l’épaule », a encore souligné Yves Dupas.

Enfin, a-t-il indiqué, trois personnes soupçonnées de jets de pierres en direction du GIGN ont été interpellées au même moment et leur garde à vue se poursuivait jeudi.

 

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de maudav
30/mai/2024 - 14h28

Comme disait Thierry Rolland : "si ça ne gagne pas, ça débarrasse !"