21/05 10:16

La cour d’assises du Bas-Rhin juge aujourd'hui et demain un homme de 45 ans qui avait étranglé son ex-compagne en décembre 2020 sous les yeux de leurs enfants

La cour d’assises du Bas-Rhin juge aujourd'hui et demain un homme de 45 ans qui avait étranglé son ex-compagne en décembre 2020 sous les yeux de leurs enfants, après des années de violences conjugales jamais traitées par les autorités.

Le corps de la victime avait été retrouvé quelques jours après sa disparition, enterré dans une forêt au nord de Strasbourg. La jeune femme âgée de 25 ans avait été étranglée, pendant au moins six minutes selon les médecins légistes, par son ancien compagnon dont elle s’était séparée deux mois plus tôt. Sa dépouille présentait également des blessures par arme blanche au bras et à la joue.

Les faits s’étaient déroulés dans l’appartement de la victime, en présence des quatre enfants du couple, alors âgés de 7, 5, 3 et 2 ans. Interrogés comme témoins, les deux aînés avaient relatés une dispute entre leurs parents alors qu’ils regardaient des dessins animés, parce que leur père avait cru que leur mère « était amoureuse d’un autre garçon », selon le récit fait aux enquêteurs.

Face aux violences, les enfants avaient « sauté sur le sol pour faire du bruit afin d’attirer l’attention de la voisine », en vain. Invité à réaliser un dessin, le garçon de 5 ans avait tracé un couteau dans les mains de son père, et des traces rouges sur le cou de sa mère.

Après avoir dans un premier temps nié toute implication dans la disparition de son ex-compagne, le père de famille avait fini par avouer ses actes, accablé par les témoignages et les preuves, son ADN découvert sur un couteau, le sang de la victime retrouvé partout dans l’appartement et sur ses chaussures, le bornage téléphonique et son achat d’une grande malle de transport.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Picapel
21/mai/2024 - 12h41

En taule et on jette la clé ! Aucune excuse ! déchéance autorité parentale !

Parce qu'on ne peu pas faire plus !

A moins bien sûr qu'un juge désigne un expert psy qui lui trouvera des circonstances atténuantes !