15/05 15:59

L'ancien patron de Public Sénat Emmanuel Kessler choisi par l'Assemblée nationale comme PDG de la chaîne LCP à partir du 10 juin, pour succéder à Bertrand Delais

L'ancien patron de Public Sénat Emmanuel Kessler a été choisi par l'Assemblée nationale comme PDG de la chaîne LCP à partir du 10 juin, pour succéder à Bertrand Delais, a-t-on appris mercredi de sources parlementaires. Le bureau de l'Assemblée, sa plus haute instance collégiale, a validé la proposition de sa présidente Yaël Braun-Pivet, selon un communiqué.

Nommé pour trois ans, M. Kessler a été, entre 2015 et 2021, PDG de la chaîne du Sénat, qui partage avec LCP le canal 13 de la TNT. Puis il a été directeur des rédactions économiques au sein de Prisma Media, une fonction quittée en janvier dernier.

"J'ai la connaissance intime de ce qu'est une chaîne parlementaire" et "j'ai affronté les mutations de l'audiovisuel", avait-il fait valoir lors de son audition, soulignant le rôle de LCP pour "retisser du lien entre les élus et nos concitoyens". "Le socle est solide" pour la chaîne, avait souligné M. Kessler, qui souhaite l'axer davantage sur l'activité parlementaire que sur les débats et veut travailler davantage avec Public Sénat dans un "pack parlementaire".

Financée par l'Assemblée nationale, LCP compte quelque 70 salariés. Le journaliste et documentariste Bertrand Delais la dirigeait depuis 2018 et n'était pas candidat à un troisième mandat. Cinq candidats au total avaient été auditionnés en mai à l'Assemblée nationale, puis trois noms avaient été transmis à Yaël Braun-Pivet par le comité de sélection composé de députés de tous bords. Emmanuel Kessler faisait face notamment à la journaliste Brigitte Boucher, principal visage actuel de LCP.

"Je remercie le comité de sélection qui m'avait placée largement en tête avec 10 points d'avance à l'issue d'un processus de sélection rigoureux et transparent. Sa recommandation n'a pas été suivie. J'en prends acte", a réagi Brigitte Boucher sur X. De source parlementaire, ce qui a fait la différence est "la dimension managériale" d'Emmanuel Kessler, qui fait "sa force".

Ailleurs sur le web

Vos réactions