02/05 16:44

La plateforme d'Amazon, Prime Video, annonce la suppression du replay du match de football Marseille-Lens disputé dimanche, en raison de "chants et insultes homophobes" scandés par des supporters

La plateforme d'Amazon, Prime Video, annonce la suppression du replay du match de football Marseille-Lens disputé dimanche, en raison de "chants et insultes homophobes" scandés par des supporters, a-t-elle indiqué jeudi à l'AFP. Ce genre de mesures a déjà été pris pour "une quinzaine" de matches de Ligue 1 et Ligue 2 depuis mi-décembre, dont Lyon-Marseille en février, a ajouté la plateforme, qui détient les droits de diffusion de ces championnats.

En novembre, elle avait été mise en cause par des associations LGBT qui lui reprochaient de ne pas avoir supprimé le replay d'un OM-PSG joué en septembre et lui aussi marqué par ce type de chants.

D'ordinaire, les replays sont disponibles sur Prime Video pendant sept jours après le match. Marseille-Lens (2-1) a eu lieu dimanche soir pour la 31e journée de L1.

Mercredi, le collectif Rouge direct, qui se présente comme un lanceur d'alerte contre l'homophobie dans le football, avait demandé la suppression de la vidéo de ce match car on entendait les supporters marseillais chanter "Il faut tuer ces pédés de Lensois!".

"Nous avons supprimé le replay de ce match en raison de la présence de chants/insultes homophobes", a déclaré jeudi à l'AFP une porte-parole de la plateforme. "Nous travaillons conjointement avec la LFP (Ligue de football professionnel) pour détecter ce type de chants/incidents, et quand on constate la présence de chants/insultes homophobes et, plus largement, discriminants (...), le replay est automatiquement supprimé", a-t-elle ajouté.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Justemonavis
2/mai/2024 - 17h36

 Le club devrait être condamné à indemniser automatiquement le diffuseur dans ce genre de cas flagrants.

Portrait de Konohamaru
2/mai/2024 - 16h49

Quel sport de beauf...

Portrait de YVESM
2/mai/2024 - 15h21

Cela risque de devenir « un accident industriel »…