03/05 14:01

L'agence britannique de lutte contre la criminalité alerte mes professionnels de l'éducation à la suite d'une forte augmentation des cas de «sextorsion» visant des adolescents

L'agence britannique de lutte contre la criminalité a alerté des centaines de milliers de professionnels de l'éducation à la suite d'une forte augmentation des cas de «sextorsion» visant des adolescents, victimes de chantage après des diffusions de photos intimes sur internet. «La sextorsion consiste à forcer des personnes à verser de l'argent (...) après qu'un délinquant a menacé de publier des photos d'elles nues ou à moitié nues», explique la National Crime Agency (NCA) dans un communiqué. Il peut s'agir d'«une vraie photo prise par la victime ou d'une fausse image créée par l'agresseur», précise l'agence.

Une part importante de cas concerne des garçons adolescents âgés de 14 à 18 ans, selon cette agence. 91% des victimes de chantage qui ont contacté l'association Internet Watch Foundation au Royaume-Uni en 2023 étaient des garçons. Le chantage peut être exercé par des groupes criminels organisés basés à l'étranger, principalement dans des pays d'Afrique de l'Ouest, mais aussi en Asie du Sud-Est, explique la NCA.

Le quotidien le Times a consacré un article vendredi au suicide d'un jeune de 16 ans, Murray Dowey, en décembre, en Ecosse. Quelques heures avant qu'il se donne la mort, Murray avait reçu un message sur internet le menaçant de diffuser des photos intimes à tous ses contacts. L'agresseur avait auparavant prétendu être une jeune femme et échangé plusieurs messages avec l'adolescent. Face aux menaces, Murray a paniqué, raconte le journal. Il s'est suicidé dans sa chambre, après avoir passé la soirée devant la télévision avec ses parents.

«Cela peut arriver à n'importe quel enfant», a prévenu sa mère Ros Dowey. «Ils sont diaboliques. Ces criminels ont tué notre fils», a-t-elle dit à propos de ces «personnes anonymes derrière leur clavier à des milliers de kilomètres». Les parents de Murray Dowey ont imploré les réseaux sociaux de mieux protéger les adolescents.

Le nombre de cas de «sextortion» dans le monde rapportés à l'agence américaine de protection des enfants, la NCMEC (National Center for Missing and Exploited Children) a plus que doublé, rapporte la NCA, passant de 10.731 cas en 2022 à 26.718 l'année suivante. Dans son alerte «inédite» aux enseignants, la NCA donne des conseils pour repérer les victimes de chantage, pour les soutenir et les inciter à parler. «Ne paie pas, stoppe tout contact et bloque», conseille l'agence aux jeunes concernés. «Tu pourrais être tenté de payer, mais rien ne garantit que cela va arrêter les menaces», prévient-elle.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de DenisDupont
4/mai/2024 - 08h16
alerte mes professionnels?