27/04 07:10

Les agences de notation Fitch et Moody's ont laissé inchangées hier soir les notes souveraines qu'elles attribuent à la France, malgré le fort dérapage du déficit public

Fitch et Moody's, deux des plus grandes agences de notation, ont laissé leurs notes inchangées, ont-elles annoncé vendredi 26 avril. Fitch, qui avait dégradé la note française l'an dernier, à "AA-" avec perspective stable, a réaffirmé cette note, qui signifie que le risque de défaut est très faible. Elle avait prévenu dès le début du mois qu'elle ne comptait pas la changer. Moody's pour sa part n'a pas à proprement parler "réaffirmé" sa note de Aa2, avec perspective stable, un cran au-dessus de celle de Fitch, mais ne l'a pas modifiée non plus.

Le déficit public de la France a lourdement dérapé à 5,5 % du PIB en 2023 au lieu de 4,9 % espérés, en raison surtout de moindres recettes que prévu, et avec 110,6 % de PIB de dette, elle a le troisième plus fort ratio de dette de l'UE après la Grèce et l'Italie.

Le gouvernement a dû annoncer en urgence depuis février deux trains d'efforts budgétaires de 10 milliards d'euros chacun.

Le ministre des Finances Bruno Le Maire a aussitôt "pris note" de ces nouvelles dans un bref communiqué, ajoutant que "cette décision doit nous inviter à redoubler de détermination pour rétablir nos finances publiques et tenir l’objectif fixé par le président de la République : être sous les 3 % (de PIB, NDLR) de déficit en 2027".

"Nous tiendrons notre stratégie fondée sur la croissance et le plein emploi, les réformes de structure et la réduction des dépenses publiques", assure le ministre.

Dans leurs communiqués respectifs, il est clair que ni Fitch ni Moody's ne croient au retour du déficit sous les 3 % en 2027, qui est une exigence de Bruxelles. Pour Moody's cependant, la perspective pourrait s'améliorer si le gouvernement "réussit à faire adopter et à appliquer des mesures" permettant de réduire significativement la dette.

Mais la perspective et la note elle-même pourraient à l'inverse se dégrader à l'avenir si la situation de la dette se détériorait en France davantage que chez ses "pairs".

Fitch observe que la note de la France se justifie à la fois par une économie "vaste et diversifiée", des institutions "fortes et efficaces" et "une stabilité reconnue". Mais qu'en revanche, cette notation est affaiblie par les finances publiques et en particulier le niveau élevé de dette.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de remarques
27/avril/2024 - 08h35

Quelle fiabilité !

On vit dans notre pays et on voit bien, jour après jour que le destructeur et ses sbires sont entrain de mettre notre pays sur la paille.

Ce qui est inquiétant, c'est que cela risque de les encourager à continuer à dilapider la richesse du pays jusqu'en 2027; Du moins, ce qui en reste  !