04/04 10:31

Après cinq semaines d’audience, la cour d’assises de Paris rend son verdict aujourd'hui contre quatre hommes accusés d’avoir joué un rôle dans la préparation de l’attentat du marché de Noël de Strasbourg en 2018

Après cinq semaines d’audience, la cour d’assises de Paris rend son verdict aujourd'hui contre quatre hommes, accusés d’avoir joué un rôle dans la préparation de l’attentat du marché de Noël de Strasbourg, qui avait fait cinq morts et 11 blessés en décembre 2018.

Les quatre hommes doivent s’exprimer une dernière fois jeudi matin, avant que la cour d’assises spécialement composée - elle comprend uniquement des magistrats professionnels - ne se retire pour délibérer. Le verdict est attendu dans la journée.

En l’absence de l’auteur des coups de feu, le jihadiste Chérif Chekatt, abattu par la police au terme de 48 heures de traque, le principal accusé est un délinquant multirécidiviste à qui le parquet reproche d’avoir joué un rôle majeur pour aider l’assaillant à se procurer le pistolet utilisé pendant la tuerie.

Mardi, le parquet national antiterroriste (Pnat) a requis 30 ans de réclusion criminelle contre Audrey Mondjehi, 42 ans, jugé pour « complicité d’assassinats (...) en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroristes en vue de préparer des crimes d’atteinte aux personnes ».

Pour l’accusation, Mondjehi a entretenu avec Chekatt une relation « intense et soutenue » pendant les trois mois ayant précédé l’attentat et « apparaît à tous les stades de la préparation et de l’exécution » de son projet criminel.

Pour ses défenseurs, Mondjehi n’est certes « pas innocent » puisqu’il reconnaît avoir « servi d’intermédiaire » pour fournir une arme à l’assaillant, mais il ignorait tout de la radicalisation et du projet du jihadiste.

De ce fait, il ne doit pas être condamné pour des faits de terrorisme, mais uniquement pour « association de malfaiteurs de droit commun », a plaidé l’un de ses avocats, Me Michaël Wacquez.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions