07/04 07:16

La BBC, sous forte pression budgétaire, va examiner différentes options pour la réforme de la redevance, sa principale source de financement, à partir de 2028

La BBC, sous forte pression budgétaire, va examiner différentes options pour la réforme de la redevance, sa principale source de financement, à partir de 2028, a indiqué le directeur général de l'audiovisuel public britannique Tim Davie. "Nous chercherons de manière proactive la manière de réformer la redevance après 2028, regarder son envergure, comment elle pourrait être plus progressive et s'assurer que son application soit juste et proportionnée", a-t-il déclaré lors d'une manifestation à la Royal Television Society.

Institution incontournable du paysage audiovisuel britannique, la BBC a fêté son centenaire en plein doute il y a un an, tourmentée par la concurrence des plateformes payantes et par les menaces qui planent sur son financement public, régulièrement remis en question. Le patron de la BBC a mis en avant la pression financière à laquelle est soumis le groupe public qui a connu en termes réels des coupes budgétaires de "30% entre 2010 et 2020".

Plus récemment, le groupe a dû faire face à deux ans de gel de la redevance malgré la forte inflation. "C'est particulièrement problématique alors que des comptes solides et la capacité à déployer du capital de manière stratégique sont essentiels si on veut négocier la transition numérique", a-t-il ajouté, jugeant "particulièrement à courte vue" le fait d'avoir réduit les financement de la BBC dans un tel contexte.

Ces pressions ont conduit la BBC a mettre en oeuvre ces trois dernières années des "réformes" et "coupes" importantes, réduisant les effectifs de 1.800 personnes et plus de 1.000 heures de contenus, "y compris des programmes très appréciés", a-t-il souligné. En plus de la mise en oeuvre d'un plan d'économies de 500 millions de livres sterling (582 millions d'euros) chaque année, la BBC travaille sur un plan de réduction de 200 millions de livres (233 millions d'euros) supplémentaires principalement déployés "pour faire en sorte que nous puissions fournir suffisamment de contenu ayant un impact et assurer les investissement dans les produits numériques".

Tim Davie n'a en revanche pas évoqué les projets d'introduire des publicités sur des contenus audios comme des émissions diffusées en podcast sur des plateformes privées. Très limitée, cette évolution a suscité de fortes réactions, certains y voyant un premier pas vers plus de publicités sur les différentes antennes du groupe et ses rivaux s'inquiétant d'une concurrence nouvelle qui pourrait bouleverser le marché publicitaire.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions