23/02 16:03

Le couturier Claude Montana, qui s'était imposé comme une figure de la mode des années 80 , est mort à l'âge de 76 ans

Le couturier Claude Montana, qui s'était imposé comme une figure de la mode des années 80 avant d'être éclipsé des podiums par des revers de fortune, est mort vendredi à l'âge de 76 ans à Paris, a appris l'AFP auprès de son entourage

Né le 29 juin 1947 à Paris, Claude Montamat, son vrai nom, grandit dans un milieu aisé. Mère protestante allemande, père d'origine catalane. Elève au lycée Condorcet, il n'a pas du tout l'intention de suivre le studieux parcours de son frère aîné. Après le bac, il est figurant à l'Opéra de Paris avant de filer en Angleterre, attiré par le "Swinging London" marginal.
Ses parents désapprouvent ses choix et son mode de vie et coupent les ponts. Définitivement. Le succès de leur fils n'y changera rien.
Il restera en revanche très proche de Jacqueline, sa sœur cadette qui l'accompagnera dans ses projets professionnels et sera son assistante pendant des années.
A Londres, le jeune homme blond à la moustache frisottante se lance dans la confection de bijoux en papier mâché. Il est remarqué par le magazine Vogue mais le succès n'est pas vraiment au rendez-vous et il n'a pas de permis de travail.
De retour à Paris, il est modéliste chez le spécialiste du cuir, Mac Douglas. "Mon métier, c'est la mode", se dit-il alors. Premier défilé en 1975. Il fait tout de suite un tabac avec ses couleurs flashy et ses tenues extravagantes aux épaules de rugbyman.
Il crée sa propre marque en 1979. L'homme, plutôt discret et habitué des soirées du Palace, la boîte à la mode, devient l'un des couturiers stars de Paris.
Ses défilés théâtraux sont des événements. De "grands shows", disait Christian Lacroix.
Après avoir décliné la proposition de Dior de devenir son directeur artistique et de prendre en charge à la fois la haute couture et le prêt-à-porter, il rejoint Lanvin, qui veut réveiller ses collections. Gros succès.
Comme Jean Paul Gaultier et Thierry Mugler avant lui, il lance lui aussi son parfum, qui ne marche pas très bien, sa collaboration avec Lanvin s'achève en 1997, il fait faillite et doit céder sa marque.

Côté vie privée, les malheurs s'abattent sur lui. Wallis Franken, son mannequin-fétiche qu'il a épousée quelques années plus tôt, meurt en se défenestrant de leur appartement en 1996.
Il a des soucis de santé et, en 2008, est passé à tabac chez lui par un ancien go-go danseur dragué en boîte de nuit. Une agression dont il garde de graves séquelles. Il doit aussi affronter un procès sordide où son agresseur l'accuse de lui avoir transmis l'hépatite B.
Celui qui n'aimait rien tant que créer fait des retours épisodiques dans la mode mais sans jamais revenir au premier plan.
"Oui, la mode me manque... terriblement", confiait-il en 2016 à Gala, amer. "Je suis un vétéran désormais. On m'a oublié".

Ailleurs sur le web

Vos réactions