26/02 07:31

Slovaquie: L'ONG Reporters sans frontières met en garde contre les menaces pesant sur la liberté de la presse et demande au gouvernement populiste de protéger les journalistes

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a mis en garde contre les menaces pesant sur la liberté de la presse en Slovaquie et demandé au gouvernement populiste de protéger les journalistes, six ans après l'assassinat du journaliste d'investigation Jan Kuciak. Le journaliste et sa fiancée, Martina Kusnirova avaient été retrouvés assassinés le 21 février 2018.

Dans son dernier article publié à titre posthume, M. Kuciak avait révélé des liens entre la mafia italienne et le gouvernement de l'époque, dirigé par Robert Fico. Le meurtre du journaliste a provoqué des manifestations nationales qui ont alors mis fin au mandat de M. Fico, mais le chef du parti populiste Smer-SD est redevenu Premier ministre à l'issue des élections législative de 2023.

Depuis, M. Fico s'est attiré des critiques pour avoir imposé une réforme très contestée du code pénal, qui assouplit les peines pour corruption, et pour rabrouer les médias critiquant son gouvernement. "L'indépendance des médias slovaques est menacée par de fortes pressions politiques", a déclaré à l'AFP Pavol Szalai, responsable du bureau UE-Balkans de RSF, une organisation de défense de la liberté de la presse.

"Nous exhortons le gouvernement de Robert Fico à cesser d'attaquer verbalement les médias, de leur interdire l'accès à l'information et de tenter de prendre le contrôle de RTVS", la société publique de télévision et de radio, a-t-il ajouté. Selon lui, les autorités slovaques doivent prendre des mesures pour accroître la sécurité des reporters, renforcer l'indépendance de RTVS et protéger les journalistes contre les poursuites-bâillons.

Le responsable de RFS a également estimé que la procédure judiciaire concernant l'assassinat de Jan Kuciak et de sa fiancée, risquait "d'être sabotée" par le nouveau code pénal, adopté début février par le parlement slovaque et considéré comme une menace pour l'État de droit par Bruxelles.

La loi prévoit notamment d'alléger les peines pour corruption et délits économiques dans ce pays de 5,4 millions d'habitants, membre de l'UE et de l'Otan. Des manifestations rassemblant des milliers de personnes ont été organisées dans plusieurs villes slovaques contre l'adoption du nouveau code pénal. En janvier, l'UE a indiqué qu'elle envisageait des sanctions financières contre la Slovaquie en cas d'adoption de ce texte.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de alucardx85
26/février/2024 - 20h12

Peu importe ce qu'ils demandent. Je n'écoute plus ces traîtres à la nation.