10/02 18:02

En France, la barre des 900 féminicides recensés depuis le début de la présidence d'Emmanuel Macron en 2017 a été franchie, annonce un collectif féministe

En France la barre des 900 féminicides recensés depuis le début de la présidence d'Emmanuel Macron en 2017 a été franchie, selon le collectif féministe #NousToutes, alors que l'égalité entre les femmes et les hommes avait été proclamée "grande cause" de son premier mandat.

La lutte "pour l'élimination complète des violences faites aux femmes" devait être le "premier pilier" de l'égalité entre femmes et hommes, décrétée "grande cause du quinquennat" par Emmanuel Macron en novembre 2017, soit quelques mois après son accession à l'Elysée.  Depuis le début de son mandat, un numéro d'appel d’urgence, le 3919, pour les femmes victimes de violences et leur entourage, a été mis en place ainsi que des téléphones "grave danger" et des bracelets anti-rapprochement notamment. 

"Depuis plus de six ans, nos dirigeants politiques se félicitent d'avoir mis en place des mesures contre les violences sexistes et sexuelles: la +grande cause+ du quinquennat", écrit le collectif féministe #NousToutes dans un communiqué.  "Pourtant, depuis l'accession à la présidence d'Emmanuel Macron, c'est plus de 900 féminicides qui ont été recensés et plus de 1.000 enfant devenus orphelins", déplore-t-il.

Le collectif dénonce "l'inaction de l'Etat" et réclame "l'allocation d'un budget de 2,6 milliards d'euros par an pour lutter contre les violences de genre et pour accompagner les victimes". Selon les chiffres officiels, qui ne concernent que les féminicides conjugaux, 833 féminicides ont été commis entre 2017 et 2023 - 739 féminicides entre 2017 et 2022 selon le ministère de l'Intérieur auxquels s'ajoutent les 94 commis en 2023 selon le ministère de la Justice.

Aucune donnée officielle n'est encore disponible concernant les féminicides commis depuis le début de l'année 2024.  Le chef de l'Etat s'est estimé fin 2023 "inattaquable" sur la lutte contre les violences faites aux femmes et sur l'égalité femmes-hommes, des propos qui ont suscité un flot de critiques d'associations féministes.

"Ça n'a pas changé depuis 2016 et le début de notre décompte, ça fait huit ans qu'on est au même rythme, avec une femme tuée tous les trois jours par son compagnon ou ex-compagnon", a déclaré à l'AFP Julia - elle ne souhaite pas donner son nom de famille -, membre du collectif Féminicides qui s'attache à comptabiliser les cas rapportés par la presse de femmes tuées dans un cadre conjugal. 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Archimede
11/février/2024 - 01h01

Combien à cause de la mentalité nazislamiste misogyne et violente ?