12/12 11:16

Une centaine de députés adressent un courrier à la Première ministre Elisabeth Borne réclamant de "tout mettre en oeuvre" pour permettre "l'évacuation des journalistes de l'AFP bloqués dans la bande de Gaza"

Une centaine de députés, pour la plupart de gauche, ont adressé un courrier à la Première ministre Elisabeth Borne, réclamant de "tout mettre en oeuvre" pour permettre "l'évacuation des journalistes de l'AFP bloqués dans la bande de Gaza".

Dans ce courrier, daté du 7 décembre et diffusé lundi sur X (ex-Twitter) par plusieurs parlementaires, les signataires, essentiellement des députés insoumis, écologistes et communistes, soulignent que des journalistes de l'Agence France Presse dont plusieurs "ont perdu des proches, des membres de leurs familles", sont "parqués près de Rafah avec un accès difficile à l'eau, à l'électricité et à l'essence, ayant dû fuir le nord de la bande de Gaza".

Les parlementaires demandent à Elisabeth Borne de "tout mettre en oeuvre afin d'organiser (leur) évacuation", soulignant que l'Agence France Presse est "une des seules agences de presse au monde à travailler dans la bande de Gaza", avec neuf journalistes qui y "collaborent sans relâche pour donner une information de terrain objective au risque de leur vie". Les journalistes "sont un pilier essentiel de notre démocratie, quelles que soient nos opinions, et nos tendances politiques", insistent les auteurs du courrier, écrit à l'initiative des députés écologistes Sabrina Sebaihi (Hauts-de-Seine) et Aurélien Taché (Val d'Oise).

Dans une lettre ouverte jeudi dernier, les syndicats CGT, SNJ, SUD, FO et CFE-CGC ainsi que la Société des journalistes (SDJ) de l'AFP ont aussi appelé le gouvernement français "à faire d'urgence tout le nécessaire auprès des autorités israéliennes et égyptiennes" pour permettre l'évacuation de la bande de Gaza de leurs collègues gazaouis et de leurs familles, "et les accueillir pour ceux qui le désirent sur le sol français en leur délivrant des visas".

Au moins 63 journalistes et employés de médias - 56 Palestiniens, 4 Israéliens et trois Libanais - sont morts depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Le conflit a démarré par une attaque sanglante et sans précédent perpétrée par le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur le sol israélien à partir de la bande de Gaza. En représailles, Israël a juré d'"anéantir" le Hamas, classé organisation terroriste notamment par les Etats-Unis et l'Union européenne.

Son armée mène des bombardements dévastateurs sur le territoire palestinien assiégé, où le mouvement islamiste a pris le pouvoir en 2007. En parallèle, les forces israéliennes mènent une vaste opération terrestre lancée le 27 octobre.

.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de COLIN33
12/décembre/2023 - 13h40 - depuis l'application mobile

oui elle va tout faire, surtout sauver sa peau