11/12 15:34

EN DIRECT - Israël/Hamas : Plus de cent soldats israéliens ont été tués depuis le début de l'offensive terrestre en cours dans la bande de Gaza, a indiqué l'armée israélienne

15h33: Des pays de l'Union européenne ont plaidé ce lundi, en marge d'une réunion ministérielle à Bruxelles, en faveur d'une trêve durable des combats à Gaza pour mettre fin au "carnage". "Nous devons appeler immédiatement toutes les parties à déclarer un cessez-le-feu humanitaire durable, pouvant conduire à une fin des hostilités", indiquent les dirigeants irlandais, espagnol, maltais et belge, dans une lettre adressée à Charles Michel, président du Conseil européen, institution qui regroupe les 27 Etats membres.

Cette démarche a pour but de "mettre fin au carnage, au massacre de civils innocents", a expliqué à son arrivée à Bruxelles le ministre irlandais des Affaires étrangères Micheal Martin.  Ces quatre pays réclament que l'UE adopte une position forte sur ce point lors d'un conseil des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE jeudi et vendredi à Bruxelles.

Dans une autre lettre, adressée cette fois au patron de la diplomatie européenne Josep Borrell, la France, l'Italie et l'Allemagne réclament de leur côté de nouvelles sanctions contre le Hamas, organisation terroriste selon l'UE, les Etats-Unis et Israël, responsable de l'attaque sans précédent lancée le 7 octobre sur le sol israélien, qui a fait 1.200 morts.

"A trois, France, Italie, Allemagne, nous avons proposé l'instauration, la création d'un nouveau régime de sanctions visant le Hamas, organisation terroriste déjà désignée comme telle par l'Union européenne de longue date", a déclaré la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna,

Le Hamas est déjà l'objet de sanctions, mais "il faut aller plus loin et permettre des désignations individuelles supplémentaires", a-t-elle estimé. Plusieurs ministres des Affaires étrangères de l'UE ont exprimé lundi leur inquiétude à leur arrivée à Bruxelles sur la situation humanitaire à Gaza "qui devient véritablement critique", selon Mme Colonna.

Des ministres ont également exprimé leur préoccupation quant à la situation en Cisjordanie où des dizaines de Palestiniens ont été tués par des extrémistes israéliens. "Le niveau de violence auquel ont recours les colons (israéliens) en Cisjordanie fait courir le risque d'une nouvelle explosion", a dit M. Martin. "Je vais plaider pour des signalements et l'interdiction de colons violents sur l'ensemble de l'espace Schengen", a indiqué de son côté la ministre belge des Affaires étrangères, Hadja Lahbib. Mme Colonna a indiqué de son côté que la France réfléchissait à "l'adoption de mesures nationales".

11h22: Le point sur la situation ce matin

La bande de Gaza assiégée est le théâtre lundi de raids aériens israéliens meurtriers et d'intenses combats après des menaces du mouvement islamiste palestinien Hamas de ne pas libérer "vivants" sans négociations les otages qu'il détient. Lundi, après des bombardements nocturnes, de nouvelles frappes ont visé le centre et l'est de Khan Younès, la grande ville du sud de Gaza où des centaines de milliers de civils avaient trouvé refuge après avoir fui les combats dans le nord.

Le ministère de la Santé du Hamas a fait état de "dizaines" de morts à travers le territoire palestinien, notamment à Khan Younès, dans la ville de Gaza et le camp de réfugiés voisin de Jabalia, dans le nord, dans les camps de Nuseirat et de Maghazi (centre), tandis que des dizaines de victimes étaient encore sous les décombres.

Trente-deux corps ont été transportés à l'hôpital Nasser de Khan Younès, le plus grand du sud de Gaza, en 24 heures, selon le ministère. Le Jihad islamique, un autre mouvement islamiste armé palestinien, a affirmé qu'un de ses combattants avait fait exploser dans la ville de Gaza une maison dans laquelle se trouvaient des soldats israéliens qui tentaient d'identifier l'entrée d'un tunnel du Hamas.

L'armée a fait état lundi de tirs de roquettes depuis Gaza. "Je ne veux pas dire que nous utilisons notre pleine puissance, mais nous utilisons une force significative et nous obtenons des résultats significatifs", avait déclaré dimanche le chef d'état-major, le général Herzi Halevi. La guerre a été déclenchée le 7 octobre après une attaque d'une ampleur sans précédent lancée par des commandos du Hamas infiltrés en Israël depuis Gaza, durant laquelle 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées, selon les autorités israéliennes.

En riposte, Israël a promis de détruire le Hamas, au pouvoir depuis 2007 dans la bande de Gaza, considérée comme une organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël notamment. En parallèle à sa campagne de frappes aériennes dévastatrices, l'armée mène depuis le 27 octobre une offensive terrestre contre le Hamas, concentrée dans un premier temps dans le nord de Gaza puis étendue à l'ensemble du territoire. L'armée a annoncé lundi que 101 soldats étaient morts depuis le début de l'offensive terrestre.

10h45: Une trêve de sept jours, du 24 novembre et au 1er décembre, a permis de libérer 105 otages aux mains du Hamas et de groupes affiliés depuis le 7 octobre, dont 80 ont été échangés contre 240 prisonniers palestiniens détenus par Israël. Le Hamas a prévenu dimanche qu'aucun des 137 otages encore détenus à Gaza n'en sortirait "vivant" sans "un échange et une négociation, et sans répondre aux exigences de la résistance".

10h01: Le Jihad islamique, un autre mouvement islamiste armé palestinien, a affirmé qu'un de ses combattants avait fait exploser dans la ville de Gaza une maison dans laquelle se trouvaient des soldats israéliens qui tentaient d'identifier l'entrée d'un tunnel du Hamas. L'armée a fait état lundi de tirs de roquettes depuis Gaza. "Je ne veux pas dire que nous utilisons notre pleine puissance, mais nous utilisons une force significative et nous obtenons des résultats significatifs", avait déclaré dimanche le chef d'état-major, le général Herzi Halevi.

09h32: La bande de Gaza assiégée est le théâtre lundi de raids aériens israéliens meurtriers et d'intenses combats après des menaces du mouvement islamiste palestinien Hamas de ne pas libérer "vivants" sans négociations les otages qu'il détient. Lundi, après des bombardements nocturnes, de nouvelles frappes ont visé le centre et l'est de Khan Younès, la grande ville du sud de Gaza où des centaines de milliers de civils avaient trouvé refuge après avoir fui les combats dans le nord.

Le ministère de la Santé du Hamas a fait état de "dizaines" de morts à travers le territoire palestinien, notamment à Khan Younès, dans la ville de Gaza et le camp de réfugiés voisin de Jabalia, dans le nord, dans les camps de Nuseirat et de Maghazi (centre), tandis que des dizaines de victimes étaient encore sous les décombres. Trente-deux corps ont été transportés à l'hôpital Nasser de Khan Younès, le plus grand du sud de Gaza, en 24 heures, selon le ministère.

06h50: Plus de cent soldats israéliens ont été tués depuis le début de l'offensive terrestre en cours dans la bande de Gaza, a indiqué l'armée israélienne. L'armée a dévoilé lundi l'identité de trois autres soldats tués dans les combats dans la bande de Gaza. Interrogée par l'AFP, elle a précisé que 101 soldats avaient été tués jusqu'à présent dans cette offensive terrestre.

06h03: Après le véto américain à une résolution du Conseil de sécurité appelant à un "cessez-le-feu humanitaire" à Gaza, l'Assemblée générale de l'ONU prendra le relais mardi avec une réunion spéciale, a annoncé dimanche la porte-parole du président de l'Assemblée. La réunion qui aura lieu mardi après-midi a été réclamée par les représentants de l'Organisation de la coopération islamique et du groupe arabe, a-t-elle précisé dans un email.

Selon des sources diplomatiques, l'Assemblée générale, dont les résolutions ne sont pas contraignantes, pourrait se prononcer sur un texte. Le projet de texte vu par l'AFP dimanche reprend en grande partie la résolution rejetée vendredi par le Conseil de sécurité en raison du véto américain. Le texte, s'inquiétant de la "situation humanitaire catastrophique dans la bande de Gaza", "exige un cessez-le-feu humanitaire immédiat". Il réclame également la protection des civils, l'accès humanitaire, et la libération "immédiate et inconditionnelle" de tous les otages.

05h12: Dans la nuit de dimanche à lundi, un reporter de l'AFP a fait état de puissantes frappes aériennes sur la ville de Khan Younès, nouvel épicentre de la guerre situé dans la pointe sud de la bande de Gaza. Et le Jihad islamique, second mouvement islamiste armé de Gaza, a lui fait état de violents combats dans un secteur de Gaza-ville où elle soutient qu'un de ses combattants a fait exploser une maison où des soldats israéliens tentaient d'identifier la bouche d'un tunnel souterrain.

L'armée israélienne a fait état lundi de tirs de roquettes depuis Gaza et dimanche de "combats acharnés" dans des quartiers dans le secteur de Gaza-ville et à Khan Younès, où des combattants palestiniens "émergent des tunnels", "disposent des explosifs" et tirent au "lance-roquettes". "Je ne veux pas dire que nous utilisons notre pleine puissance, mais nous utilisons une force significative et nous obtenons des résultats significatifs", avait déclaré dimanche le chef d'état-major Herzi Halevi.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions