26/11 08:31

L'humoriste Alex Vizorek estime que l'affaire Guillaume Meurice sur Benjamin Netanyahu a été "instrumentalisée par des gens qui n'aiment pas France Inter" - Vidéo

L'humoriste Alex Vizorek était hier soir un des invités de "Quelle époque" sur France 2 et il a été interrogé sur plusieurs sujets dont la blague qualifié d'antisémite de Guillaume Meurice à propos d'Israël, prononcée sur les ondes de France Inter et pour laquelle l'humoriste a refusé de présenter des excuses.

Pour Alex Visorek, cette affaire "a été instrumentalisé par des gens qui n'aiment pas France Inter et qui ont ainsi trouver un très bon os à ronger pour continuer à dire et tout ça c'est avec votre argent. En fait, ce n'était qu'une blague."

Dans la tourmente depuis un sketch comparant le Premier ministre israélien à un "nazi sans prépuce", l'humoriste de France Inter Guillaume Meurice a été entendu par la Brigade de répression de la délinquance contre les personnes (BRDP).

À l’origine des déboires de l'humoriste, une sortie polémique à propos de Benjamin Netanyahu, dans le cadre de l'émission de Charline Vanhoenacker, diffusée dimanche 29 octobre sur France Inter. 

Suggérant une idée de "déguisement pour faire peur" à l'occasion d'Halloween, Guillaume Meurice y a évoqué un "déguisement Netanyahu", "une sorte de nazi mais sans prépuce", suscitant nombre de réactions indignées, à l'origine notamment de saisines de l'Arcom, qui va étudier la séquence.

Dans une décision rare pour une séquence humoristique, l'Arcom a estimé que ce sketch avait "porté atteinte au bon exercice par Radio France de ses missions et à la relation de confiance qu'elle se doit d'entretenir avec l'ensemble de ses auditeurs", selon le courrier transmis à la présidente de Radio France, Sibyle Veil.

"Les risques de répercussions sur la cohésion de notre société ne pouvaient être ignorés, tout particulièrement dans un contexte marqué par la recrudescence des actes à caractère antisémite", a justifié l'autorité, "en réaffirmant l'importance qui s'attache à protéger la liberté d'expression des humoristes".

L'Arcom précise également avoir "pris connaissance de l'avertissement" adressé par Sibyle Veil à Guillaume Meurice.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de COLIN33
26/novembre/2023 - 19h51 - depuis l'application mobile

Et oui il a raison

Portrait de YVESM
26/novembre/2023 - 19h36

Une membre de la caste :

- il est de notre caste, c’est un type bien ?

Un autre membre de la caste :

- c’est un type bien, il est de notre caste.

Moralité : « le médium est le message ».

La relation entre complices de pensée prime sur ce qui a été vraiment dit.

Merci 1968.

C’est pour cela qu’on a eu des Duhamel « sans entraves ».

Portrait de cineberry
26/novembre/2023 - 12h11
Decenale a écrit :

"Les gens ont l'impression que c'est avec leur argent", sauf que c'est pas une impression, c'est vraiment l'argent qu'on nous vole qui enrichit les antisémites de france inter.

Rassurez-vous, les radios privées, c'est aussi notre argent. Elles vivent de la publicité que nous finançons via la consommation.

Pour le reste, aucun animateur de France Inter n'ayant jamais été condamné pour antisémitisme, vos propos sont juste mensongers.

Portrait de MICMAH458
26/novembre/2023 - 11h03

Vizorek, à classer dans la catégorie "humoriste auto-proclamé de profession, mais pas si drôle que ça", ne peut oublier qu'il a passé quelques années sur France Inter (où officie aussi salamé, on se serait d'ailleurs cru dans une réunion de famille).  Et il faut croire qu'entre beaufs on se serre les coudes.  En tout cas, on savait de quel bord sont sa copine charline et meurisse, maintenant on sait que vizorek est tout à fait dans la même lignée.

Portrait de YVESM
26/novembre/2023 - 10h15

En toute « impartialité ».

Portrait de Decenale
26/novembre/2023 - 09h40

"Les gens ont l'impression que c'est avec leur argent", sauf que c'est pas une impression, c'est vraiment l'argent qu'on nous vole qui enrichit les antisémites de france inter.