14/11 14:31

Les derniers arbitrages concernant le projet de loi sur la fin de vie ne sont toujours "pas tranchés", déclare le ministre de la Santé Aurélien Rousseau: "Les dernières décisions ne sont pas prises" - Regardez

Les derniers arbitrages concernant le projet de loi sur la fin de vie ne sont toujours "pas tranchés", a déclaré mardi le ministre de la Santé Aurélien Rousseau sur Sud Radio. Le texte, très attendu et très sensible, doit être présenté en décembre en Conseil des ministres. "Le président de la République s'est engagé, il y aura un projet de loi qui sera examiné", a assuré le ministre de la Santé.

A ce stade, la forme que prendra une future "aide active à mourir" reste suspendue aux arbitrages d'Emmanuel Macron. "Je crois qu'aujourd'hui on ne peut pas dire que c'est tranché, les dernières décisions ne sont pas prises", a déclaré Aurélien Rousseau, se disant "frappé par la sensibilité et l'intimité de ce sujet".

"Je pense que, sur ce sujet, il faut qu'on y aille quand on est absolument sûr de tout ce qu'on a écrit", a-t-il ajouté. La création d'un plan de développement des soins palliatifs semble, elle, actée. "Sur ça, il n'y a pas de doute. Il faut que le plan soit extrêmement robuste, précis sur tous les territoires et pas juste une annonce", a dit Aurélien Rousseau.

Se pose aussi la question d'un éventuel référendum sur le sujet. Début novembre, Emmanuel Macron a écrit aux différents chefs des partis politiques pour leur proposer d'élargir son champ aux "questions de société". Si, actuellement, l'article 11 de la Constitution "ne permet pas le référendum sur ce type de sujet", "le président a dit qu'il y aurait une discussion sur" cet article, a rappelé Aurélien Rousseau. A titre personnel, le ministre de la Santé semble penser que "le Parlement est le lieu où ce type de débat est le plus légitime".

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions