06/11 19:07

Voici de façon très précise combien a couté le voyage de trois semaines d'Anne Hidalgo en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française : Transport, logement...

 Anne Hidalgo tente de calmer la polémique après son absence pendant 3 semaines de la capitale et son très long voyages dans les îles. Elle publie ce soir un très long communiqué (A lire en intégralité en cliquant ICI) dans lequel elle détaille son voyage et surtout son coût pour les parisiens. Justement, à ce propos, il est écrit : 

"Le coût du transport de l'ensemble de la délégation des trois élus et des trois collaborateurs qui les accompagnaient s'est établi, pour l'ensemble des vols Paris / Nouméa (avec escale à Tokyo) / Ile des Pins / Nouméa / Papeete (avec escale à Auckland) / Paris à la somme de 40.955 euros.

La Maire de Paris est allée au-delà de ces considérations puisqu'elle a décidé de financer par ses propres moyens son billet retour.

Les frais d'hébergement et de restauration se sont établis à 18.545 euros.

La Maire de Paris a prolongé son déplacement officiel par un temps privé intégralement pris à sa charge. Anne Hidalgo est rentrée le dimanche 5 novembre en finançant son billet. Les billets aller et retour du reste de la délégation ont été pris en charge par la Ville de Paris."

Officiellement, le long déplacement d’Anne Hidalgo en Polynésie française, était destiné à "inspecter les infrastructures de l’épreuve de surf des JO 2024", rappellent en préalable nos confrères du Parisien. Un long déplacement de 3 semaines qui a beaucoup fait parler ces derniers jours, beaucoup s'étonnant de l'absence prolongée de la Maire de la capitale.

C'est un article du Canard enchaîné du 25 octobre dernier qui a mis le feu aux poudres, évoquant des mots tenus par Laurent Nuñez, le préfet de Paris, lors d'une réunion avec la municipalité.

"Madame Hidalgo, avec qui nous travaillons sur le dossier du plan de circulation, est absente jusqu'à mi-novembre. Elle est en déplacement à Tahiti, où elle est allée inspecter les infrastructures pour les épreuves de surf des JO", aurait indiqué l'ex-secrétaire d'État à l'Intérieur, d'après l'hebdomadaire.

Elle devait donc visiter, le spot mythique de Teahupoo, sur la côte sud-ouest de Tahiti. La vague où les athlètes se mesureront en juillet prochain se trouve à 400 m du large.

La visite du site devait avoir lieu le 21 octobre mais, elle a dû être annulée « au vu du climat de tension sur place », reconnaît aujourd’hui la mairie de Paris. La première édile s’est donc fait représenter par l’adjoint au sport Pierre Rabadan, ex-rugbyman, qui a assisté le 22 octobre — à bord d’une embarcation — à l’entraînement de l’équipe australienne.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
7/novembre/2023 - 13h18
kuwabara a écrit :

elle a raison tout le monde s en fou...dans 1 mois c est oublié , elle sera pas inquiteé , ni virée..

Tout le monde s'en fout, mais vous avez quand même cliqué sur l’article avec nous.

Portrait de kuwabara
7/novembre/2023 - 11h56

elle a raison tout le monde s en fou...dans 1 mois c est oublié , elle sera pas inquiteé , ni virée..

Portrait de minnetonka
7/novembre/2023 - 09h01

elle + plus 3 élus + 3collaborateurs..... tout ce petit monde pour de belles vacances au soleil!!!

Mme Hidalgo vous (..et vos accompagnateurs) devriez remercier les parisiens pour ce joli cadeau!!!!!

UNE HONTE!!

Portrait de Lotus14
7/novembre/2023 - 07h55

C'est incroyable !!!!! 

On s'aperçoit que beaucoup  élus ne sont pas honnêtes . 

Est ce qu'elle va être sanctionnée ? C'est avec l'argent public qu'elle a été voir sa fille !!!!

Portrait de Koikilencoute
6/novembre/2023 - 23h32

Ah les JO... Des records y seront peut-être battus. Par exemple le nombre de victimes détroussées par les petits anges. Hélas.

Portrait de Jarpy
6/novembre/2023 - 19h58

Si vous êtes capables d'assumer des parasites pareil depuis 50 ans, attendez la fin des JO.

Portrait de COLIN33
6/novembre/2023 - 19h12 - depuis l'application mobile

le tort qu'elle a c'est de s'être fait démasqué, beaucoup d'autres profitent autant sinon plus mais ne se font pas prendre