31/10 14:24

Guerre contre le Hamas : L'autorité de régulation des médias, l'ARCOM annonce qu'elle va instruire des séquences diffusées sur France Inter et sur BFM TV

Chronique de l'humoriste Guillaume Meurice sur France Inter dénoncée comme antisémite, propos sur BFMTV de Caroline Fourest, accusée de relativiser la mort d'enfants palestiniens: l'Arcom va instruire au moins deux séquences liées au conflit à Gaza, a confirmé le régulateur mardi à l'AFP, sans préciser le nombre de saisines associées.

L'Autorité de régulation de l'audiovisuel et du numérique (Arcom) "est saisie à la suite d'une chronique diffusée sur France Inter" dimanche dans l'émission de Charline Vanhoenacker et "instruira cette séquence", a-t-elle annoncé mardi sur X (ex-Twitter).

En cause, une sortie de Guillaume Meurice à propos du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu: suggérant une idée de "déguisement pour faire peur" à l'occasion d'Halloween, l'humoriste a évoqué un "déguisement Netanyahu", "une sorte de nazi mais sans prépuce". S'en est suivie une polémique sur les réseaux sociaux.

"Prépuce ou pas: Moi je serais plutôt en faveur de circoncire le temps d'antenne de Guillaume Meurice. (Et le mandat de Netanyahou aussi, mais c'est une autre histoire)", a notamment déploré sur X la rabbin et écrivaine Delphine Horvilleur. "Je trouve invraisemblable que trois semaines après le plus grand massacre de juifs depuis la Seconde guerre mondiale, dans une radio publique on en vienne à comparer un juif à un nazi" a abondé sur BFMTV le président des éclaireuses et éclaireurs israélites de France, Jérémie Haddad, fustigeant également les "réactions du plateau (de France inter) qui rit à gorge déployée".

Sollicitée par l'AFP, France Inter n'a pas commenté.

Dans l'autre séquence signalée à l'Arcom après sa diffusion lundi sur BFMTV, l'essayiste Caroline Fourest explique qu'"on ne peut pas", selon elle, "comparer le fait d'avoir tué des enfants délibérément en attaquant comme l'a fait le Hamas, et le fait de tuer des enfants involontairement comme le fait Israël".

Ces propos "hiérarchisant les morts civils palestiniens et israéliens sont choquants, dangereux, racistes", a condamné sur X la cheffe de file des députés LFI Mathilde Panot, annonçant saisir l'Arcom.

Contactée par l'AFP, l'Arcom a confirmé avoir été saisie sur cette séquence qu'elle "instruira" également, sans détailler le nombre de saisines reçues ou leurs auteurs.

Si des manquements sont constatés de la part des diffuseurs, l'Arcom pourra selon leur gravité adresser un rappel à la réglementation, une mise en garde ou une mise en demeure qui, en cas de manquements répétés, peut précéder une sanction.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de YVESM
31/octobre/2023 - 22h30

Comme on dit, jamais deux sans trois :

- l’hôtel Meurice, ancien siège de la Gestapo

- Charles Meurice, complice de la Gestapo

- Guillaume Meurice, « humoriste », spécialiste du nazisme.

Je n’aimerais pas m’appeler « Meurice »…

Portrait de MICMAH458
31/octobre/2023 - 19h17
De Pompignan a écrit :

panot est à côté de la plaque

Si c'est fait exprès, tu es prêt pour les Grosses Têtes.

Je vous rassure, ou je vous consterne, mais c'était bien fait exprès.  smiley

Portrait de MICMAH458
31/octobre/2023 - 14h42

Une fois de plus, panot est à côté de la plaque, mais elle est tellement excitée à chaque fois qu'elle peut se jeter sur un os à ronger, sa raison d'être étant de rajouter toujours un peu d'ordures (pour rester poli) pour montrer qu'elle existe.  En effet, Caroline Fourest met en opposition les termes "délibérément" et "involontairement", mais ne dit nulle part qu'un mort d'un côté est plus ou moins important qu'un mort d'un autre côté.

Et j'en profite pour signaler la grande (in)utilité de l'ARCOM, de sa grande sévérité et de son pouvoir immense, puisque cet organisme peut adresser un rappel à la réglementation, une mise en garde ou une mise en demeure qui, en cas de manquements répétés, peut éventuellement amener à une sanction.  A ce train là, quoi que l'on fasse ou que l'on dise, personne n'est jamais puni.