Rechercher

31/10 07:46

Le projet d'expérimenter ChatGPT pour la correction d'articles de correspondants locaux de l'Est Républicain est suspendu mais pas remis en cause, annonce la direction

Le projet d'expérimenter ChatGPT pour la correction d'articles de correspondants locaux de l'Est Républicain est suspendu mais pas remis en cause, a indiqué la direction du groupe Ebra, propriétaire du quotidien. Le projet, qui suscite des inquiétudes dans la rédaction, a été présenté jeudi en comité social et économique de l'Est Républicain et Vosges Matin. Les représentants du personnel ont souhaité mandater un expert pour étudier les conséquences économiques, financières, éditoriales et sociales de cette expérimentation de l'intelligence artificielle.

"La direction de l'Est Républicain a considéré cette demande prématurée et a décidé de suspendre la séance, pour rediscuter les modalités de mise en oeuvre de ce projet", selon un communiqué d'Ebra. "Cette suspension ne remet pas en cause l'expérimentation présentée au sein de l'Est Républicain", affirme le groupe. L'expérimentation devait concerner les volontaires d'un service de secrétariat de rédaction à Nancy, qui relit, corrige et met en page les articles de correspondants locaux d'un secteur.

"L'IA peut tout à fait agir comme un éditeur. Il faut des garde-fous", martèle Eric Barbier, délégué du Syndicat national des journalistes (SNJ). C'est la première fois qu'un groupe de presse français fait savoir qu'il entend recourir à l'IA générative pour le travail usuel de sa rédaction. Il n'y aura pas d'impact sur les emplois, assure la direction. "L'arrivée de l'IA générative dans les rédactions est inévitable" et il s'agit "de tester simplement les +fonctions bureautiques+ de cet outil d'IA" qu'est le robot conversationnel ChatGPT, développé par la société américaine OpenAI, avait indiqué en amont du CSE Christophe Mahieu, directeur général des deux titres.

"Le choix, la hiérarchie de l'information, la première et la dernière relecture ainsi que la validation finale pour publication resteront de la responsabilité des journalistes de notre rédaction", avait-il aussi assuré. Le groupe Ebra (Crédit Mutuel) est le premier groupe de presse quotidienne régionale, avec neuf titres couvrant 23 départements de l'est de la France (L'Alsace, les DNA, Le Progrès...).

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bruno.13
31/octobre/2023 - 13h03

Même les journalistes ne savent plus écrire correctement. Qu'ils prennent donc des cours de français et qu'on leur fournisse un BLED

Portrait de Greenday2013
31/octobre/2023 - 12h47

"Il n'y aura pas d'impact sur les emplois, assure la direction."

Mais oui c'est ça...