19/10 14:31

Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dénonce "des informations mensongères" après la publication d'une enquête de Radio France sur des "soupçons d'emplois fantômes" à la région

Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a dénoncé jeudi "des informations mensongères" après la publication d'une enquête de Radio France sur des "soupçons d'emplois fantômes" à la région, où son opposition a immédiatement réclamé des explications.

"Cet article repose, et je le regrette, sur des informations qui sont mensongères, erronées et malhonnête", a commenté l'élu LR, potentiel candidat à la présidentielle de 2027, interrogé sur le sujet en marge d'une conférence de presse consacrée à l'assemblée plenière de la région.

"Je regrette que les journalistes aient été instrumentalisés", a-t-il ajouté, en précisant vouloir exercer son "droit de réponse (...) pour rétablir la vérité des faits". La cellule investigation de Radio France a publié jeudi une enquête sur quatre proches de Laurent Wauquiez, rémunérés par le conseil régional et basés à Paris, dont les missions pour l'exécutif régional font l'objet de questionnements en interne.

Radio France ne précise pas si ces emplois sont concernés par l'enquête ouverte en 2020 par le parquet national financier (PNF), après la publication d'un rapport de la Cour régionale des comptes sur les collaborateurs de Laurent Wauquiez à la région. En septembre 2022, une perquisition avait été menée au siège de la région dans le cadre de ces investigations.

"Ces révélations s'inscrivent dans une liste qui ne cesse de s'allonger et qui a déjà bien écorné le mythe de la +Région la mieux gérée de France+", a commenté, dans un communiqué, le groupe Les Écologistes en réclamant "une totale transparence" au président de la région.

L'ancienne ministre socialiste Najat Vallaud Belkacem, élue régionale, a critiqué "l'usage des moyens de la région par M. Wauquiez" (...) qui ne sont pas censés être une cagnotte personnelle pour la construction de son avenir". Son groupe demandera des précisions et envisage de saisir la justice s'il n'obtient pas de réponses sur la nature des emplois décrits par Radio France, a-t-elle dit à l'AFP.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions