22/10 17:02

L'Inde prévoit d'envoyer un homme sur la Lune et de disposer d'une station spatiale d'ici 2040, annonce le Premier ministre indien Narendra Modi, donnant une accélération au programme spatial indien

L'Inde prévoit d'envoyer un homme sur la Lune et de disposer d'une station spatiale d'ici 2040, a déclaré le Premier ministre indien Narendra Modi, donnant une accélération au programme spatial indien.

L'annonce du Premier ministre intervient alors que le pays le plus peuplé du monde se prépare à effectuer un vol d'essai clé samedi, pour sa première mission spatiale avec équipage.

S'appuyant sur "le succès" de ses initiatives spatiales, l'Inde doit "désormais viser des objectifs nouveaux et ambitieux, notamment la création de la +Station Bharatiya Antariksha+ (Station spatiale indienne) d'ici 2035 et l'envoi du premier Indien sur la Lune d'ici 2040", a déclaré M. Modi mardi dans un communiqué publié mardi soir.

Le dirigeant a demandé aux responsables de l'agence spatiale indienne de préparer "une série de missions" sur la Lune.

L'Inde a été le premier pays à faire atterrir un engin près du pôle Sud lunaire, pratiquement inexploré, en août et a lancé avec succès un mois plus tard un vaisseau spatial pour observer les couches les plus externes du Soleil.

En 2014, l'Inde est devenue le premier pays asiatique à mettre un satellite en orbite autour de Mars et son agence spatiale a lancé 104 satellites en une seule mission en 2017.

L'Inde se concentre actuellement sur sa première mission habitée dans l'espace, appelée Gaganyaan (véhicule spatial).

La mission de trois jours, qui devrait avoir lieu l'année prochaine, vise à envoyer trois membres d'équipage sur l'orbite terrestre pour un coût d'un peu plus d'un milliard de dollars, selon l'agence nationale.

Le pays prévoit également de lancer une sonde sur la Lune, en collaboration avec le Japon, une autre sur Mars et une mission orbitale vers Vénus au cours des deux prochaines années.

L'Inde est parvenue à rivaliser avec les puissances spatiales établies, pour des budgets beaucoup plus modestes.

Les experts estiment qu'elle peut maintenir ses coûts à un niveau bas en copiant et en adaptant la technologie existante, ainsi que grâce à une pléthore d'ingénieurs hautement qualifiés qui gagnent une fraction des salaires de leurs homologues mondiaux.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de shermancrow
23/octobre/2023 - 09h51

Ils ne veulent pas plutot filer à bouffer à 90% de leur population qui creve la dalle ?

Portrait de Le penseur1
22/octobre/2023 - 21h16

Ils ont le temps de voir venir...prendre leurs compatriotes pour des cons !