06/10 07:31

La Première ministre Elisabeth Borne présentera "fin octobre" les réponses du gouvernement aux émeutes de fin juin devant 500 maires des villes les plus touchées, annonce Matignon

Elisabeth Borne présentera "fin octobre" les réponses du gouvernement aux émeutes devant 500 maires des villes les plus touchées, a annoncé Matignon mercredi, à la veille d'un conseil national de la refondation consacré à ce sujet. "Fin octobre", la Première ministre "présentera un point d'étape sur les mesures prises et celles qui vont être travaillées de manière approfondie avec les élus locaux", en réponse à ces violences déclenchées par la mort du jeune Nahel, tué par un policier fin juin.

Il s'agira de "clore" une séquence ouverte par le président Emmanuel Macron, qui avait reçu à l'Elysée début juillet les maires de plus de 300 communes ayant subi des dégradations importantes. Elisabeth Borne présidera auparavant jeudi un CNR à Matignon destiné à "partager le diagnostic et les pistes de réflexion" sur les émeutes qui ont secoué la France fin juin-début juillet. Il s'agit "de réfléchir aux causes profondes" et aux "actions politiques qu'on peut conduire sur le court, moyen, long terme".

Mais ce CNR, puis les réponses données fin octobre, sont bien "distincts" du Comité interministériel des villes (CIV), qui sera également organisé "d'ici fin octobre". Ce CIV doit aborder des problématiques de fond, tant sur le plan du logement que de l'école ou des discriminations. "On ne peut pas ramener la question des émeutes (...) à la question des quartiers prioritaires ou des grands ensembles", a expliqué Matignon, étant donné que "seul un tiers des quartiers touchés par les émeutes sont des quartiers prioritaires de la ville (QPV)".

L'événement devant les 500 maires est également distinct de la "convention nationale de la démocratie locale" sur le statut et les violences faites aux élus que prévoit d'organiser le 30 octobre Dominique Faure, ministre déléguée chargée des Collectivités. Le CNR jeudi réunira à partir de 17H00 une cinquantaine de personnes, dont plusieurs ministres (Aurore Bergé, Charlotte Caubel, Gérald Darmanin, Eric Dupond-Moretti, Sabrina Agresti-Roubache, Jean-Noël Barrot, Dominique Faure), une dizaine de maires touchés par les violences, ainsi que des chercheurs, parlementaires, associations, et des représentants des collectivités et des syndicats.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de MICMAH458
6/octobre/2023 - 13h00

Je crains bien que les seules annonces que cette femme soit en mesure de révéler, puisque ce gouvernement ne maîtrise rien ou tellement peu, et pour rester dans le blablabla habituel, consisteront en : "l'Etat ne vous laissera pas tomber, et nous allons ouvrir quelques carnets de chèques supplémentaires pour vous aider à reconstruire.  Vraiment désolé pour les dégradations occasionnées par ces voyous, on a mis tous les moyens possibles et notre bonne volonté, mais malheureusement on n'en pas su mettre la main sur les casseurs".

Portrait de COLIN33
6/octobre/2023 - 08h17 - depuis l'application mobile

Encore de " beaux" discours, même si ce n'est pas le sujet, veiller à ce qu'ils ne fassent pas main basse sur la réserve financière de l'agirc Arcco plusieurs milliards